X

À La Une

"Droit comme un I" : quand Boris Eltsine décrivait Poutine à Bill Clinton

Etats-Unis/Russie

Les transcriptions déclassifiées des appels téléphoniques et des rencontres bilatérales des anciens présidents russe et américain, entre 1993 et 1999, des documents jusqu'ici classés top-secrets, ont été publiés en bloc par la bibliothèque présidentielle de M. Clinton

OLJ/AFP/Sylvie LANTEAUME
07/09/2018

"Il est droit comme un I". Au crépuscule de sa présidence, Boris Eltsine décrivait en termes élogieux Vladimir Poutine, qu'il avait choisi pour lui succéder, selon des documents publiés récemment par la bibliothèque présidentielle de Bill Clinton.

C'est en septembre 1999 que le premier président russe, dont la santé a déjà beaucoup décliné, parle pour la première fois de M. Poutine au président américain, avec qui il a développé une relation amicale, selon les compte-rendus de leurs entretiens jusqu'ici classés top-secrets. Les 700 pages de documents, publiés en bloc, regroupent toutes les transcriptions déclassifiées des appels téléphoniques et des rencontres bilatérales de MM. Clinton et Eltsine du 23 janvier 1993 jusqu'à la démission abrupte du président russe le 31 décembre 1999. Les documents montrent que les deux hommes parviennent à rester cordiaux, même quand ils ne sont pas d'accord sur des sujets aussi sensibles que les projets d'expansion de l'OTAN ou l'intervention de l'Alliance atlantique au Kosovo en 1998.

Puis le 8 septembre 1999, au cours d'un entretien téléphonique, Boris Eltsine prévient Bill Clinton que c'est son Premier ministre Vladimir Poutine qui lui succédera. "Il m'a fallu longtemps pour trouver qui pourrait être le prochain président russe en 2000", dit-il. "Et puis je l'ai croisé - Poutine, je veux dire - j'ai examiné sa biographie, ses centres d'intérêt, ses connaissances, etc. J'en ai conclu que c'était un homme solide, très bien informé des sujets dont il est chargé". "En même temps, il est rigoureux, fort et très sociable", poursuit Eltsine. "Je suis sûr que tu verras en lui un partenaire très qualifié". Le président russe se dit "tout à fait convaincu" que la candidature de M. Poutine recevra du soutien.


(Lire aussi : Sanctions contre la Russie : un outil de séduction de Trump ?)


Prudence américaine 
Deux mois plus tard, les deux hommes se retrouvent en marge d'un sommet de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à Istanbul. En public, les deux hommes s'affrontent sur la question de l'intervention militaire russe en Tchétchénie, que Washington réprouve, mais en privé, ils retrouvent leur complicité.

"Bill, tu t'es fait mal à la jambe ?", demande Boris.
"Oui mais ça va", répond le président américain, avant de demander qui va gagner l'élection présidentielle russe en mars 2000. "Poutine, bien sûr", lui répond le président russe. "Il sera le successeur de Boris Eltsine. C'est un démocrate et il connaît l'Occident".
"Il est très intelligent", note prudemment Bill Clinton qui a déjà eu plusieurs entretiens avec M. Poutine, architecte de l'offensive militaire en Tchétchénie. "C'est un dur. Il est droit comme un I", répond Eltsine. "Je ferai tout mon possible pour qu'il gagne - légalement bien sûr. Et il gagnera. (...) Il a l'énergie et l'intellect pour réussir".


(Lire aussi : Pourquoi les extrêmes européens adorent Poutine)


Le 31 décembre, Boris Eltsine annonce sa démission. Bill Clinton l'appelle aussitôt et le félicite pour cette transition pacifique du pouvoir. "Boris, je pense que les historiens diront de toi que tu as été le père de la démocratie russe", dit-il, avant d'assurer que les Etats-Unis vont continuer à coopérer avec la Russie de M. Poutine.
Pourtant, Washington se méfie déjà du président russe. Vladimir Poutine est "un homme dur (...), très déterminé, tourné vers l'action", déclare la chef de la diplomatie américaine Madeleine Albright le 2 janvier. "Je pense que nous allons devoir surveiller ses actes avec beaucoup d'attention", ajoute-t-elle au cours d'un entretien sur la chaîne NBC.

La publication de ces compte-rendus rédigés par les responsables de la Maison Blanche présents dans le Bureau ovale lors des entretiens téléphoniques ou dans la pièce lors des réunions bilatérales, tranche avec le secret qui entoure encore les deux heures de discussions en tête-à-tête de M. Poutine avec Donald Trump en juillet à Helsinki. Aucun membre de la délégation américaine n'avait été admis dans la pièce.


Pour mémoire
Poutine fustige les sanctions américaines "contre-productives"

Trump-Poutine : déminage à tous les étages à Washington

Trump mord (à pleine dents) à l’hameçon russe

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUTINE EST UN BON PRESIDENT POUR LA RUSSIE ! ET UN DUR POUR LES AUTRES !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué