X

La Dernière

Le Village préféré des Libanais : Bkassine célèbre sa victoire en grande pompe

compétition

« L’Orient-Le Jour » a remis à Bkassine le trophée de la troisième saison de la compétition « Le Village préféré des Libanais », au cours d’une fête organisée samedi, dans le cadre du festival annuel du village.

N. M. | OLJ
03/09/2018

L’heure était à une double fête samedi soir à Bkassine, caza de Jezzine. Des milliers de personnes venues des différentes régions du pays ont convergé vers la place de Sainte-Tècle (Mar Takla) pour célébrer en grande pompe la victoire de Bkassine à l’édition 2018 du Village préféré des Libanais. Organisé pour la troisième année consécutive par L’Orient-Le Jour, en partenariat avec Fransabank, et en collaboration avec Waterfront City Dbayé, Souk el-Tayeb et livelovebeirut, le concours avait mis en lice cette année, aux côtés de Bkassine, les villages de Aïn Dara, Baakline, Broummana, Enfé, Jeb Jannine, Jouaya, Kfour, Marjeyoun et Qartaba.

Samedi soir était aussi le rendez-vous des adeptes de la chanson libanaise, avec le concert de Melhem Zein, donné dans le cadre du Festival de Bkassine, et qui pour l’occasion a lancé une chanson dédiée au village.

La fête a commencé tard dans l’après-midi par une rencontre autour d’un déjeuner convivial à la Maison de la forêt, donné par le conseil municipal du village, présidé par le colonel Habib Farès. Des notables de la région, au nombre desquels Sélim Khoury et Amal Abou Zeid, respectivement député et ancien député de Jezzine, se sont joints à la fête. Nagy Khoury, secrétaire général de l’amicale des Anciens du Collège Notre-Dame de Jamhour, et originaire de Bkassine, a salué « la dynamique » et l’initiative de L’Orient-Le Jour qui « pousse les gens à s’occuper de leurs villages ». « C’est ça la vraie politique et cela est plus important que le concours lui-même », insiste-t-il.

Cap ensuite sur la place de Mar Takla qui a revêtu pour l’occasion ses plus beaux atours. L’église de Sainte-Tècle rayonne de mille et une couleurs. Des parapluies rouges et blancs pendent du ciel. L’ambiance est bon enfant. Des jeunes du village offrent aux présents de petits desserts libanais. On rit, on boit, on mange… en attendant la remise du trophée et le début du concert. Un écran géant, installé à l’entrée de la scène, permet aux inconditionnels de Melhem Zein de suivre la soirée en direct.

« Résistance touristique et culturelle »

L’heure est à la remise du trophée. Ziyad Makhoul, rédacteur en chef à L’OLJ, a rappelé que la première édition de ce concours, remporté en 2016 par Akkar el-Atika, avait permis à ce village « déshérité » et « délaissé » par l’État de « construire un hôtel pour accueillir les touristes » venus découvrir cette localité du Liban-Nord. En 2017, c’était au tour de Sir el-Denniyé, « jadis l’une des principales destinations de villégiature du Liban-Nord », de redorer son blason. « Les Libanais qui avaient oublié ce coin perdu de leur pays ont recommencé à le redécouvrir », poursuit M. Makhoul. Et d’affirmer : « À L’OLJ, nous n’aimons pas le concept de milice. Nous voulons aider l’État, qui est de plus en plus vulnérable, pour qu’on puisse se souvenir à quel point notre pays peut être beau. »

S’adressant aux habitants de la localité, M. Makhoul a affirmé que « Bkassine et son conseil municipal sont une leçon à suivre, car vous avez prouvé que lorsque les Libanais s’entendent, malgré leurs différences, ils peuvent réaliser de très belles choses, ne serait-ce que d’avoir fait de Bkassine un village sans déchets ». Pour le rédacteur en chef à L’OLJ, « la résistance culturelle, touristique et environnementale reste la vraie résistance ».

La responsable marketing et communication d’entreprise de la Fransabank, Dania Kassar, a de son côté noté que « cette année, Bkassine était devant une échéance environnementale et touristique par excellence ». Elle a rappelé qu’aux premiers jours du vote, « la concurrence était serrée entre Bkassine et Qartaba, mais au fil des jours, Bkassine creusait encore plus l’écart avec Qartaba, pour occuper la première place ». Mme Kassar a en outre annoncé que la « Fransabank accorde une attention particulière à l’environnement et à la préservation du patrimoine ». Aussi, il y a cinq ans, cet établissement « a été partenaire d’une initiative exceptionnelle et pionnière, lancée par Bkassine et qui s’est étalée à toute la région de Jezzine : Beit ‘a tabi’tna ». Dans le cadre de cette initiative, Fransabank a accordé le premier « prêt résidentiel respectueux de l’environnement » destiné aux habitants de Jezzine, « avec pour objectif de préserver l’environnement et de limiter la consommation d’énergie ». Et Mme Kassar de conclure en déclarant être « fière » de ce partenariat avec L’OLJ qui « permet de mettre la lumière sur les villages du Liban » et d’« encourager le tourisme rural ».

Un fort esprit d’appartenance

Prenant la parole, le colonel Farès a noté que Bkassine ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans les efforts déployés par les ancêtres pour développer le village, un travail qui a été poursuivi au fil des siècles. Et d’assurer que « la beauté du village sera préservée jusqu’à la fin des temps ».

Suivent des instants de rires et de plaisanterie, lorsque la présentatrice de la MTV, qui retransmettait l’événement en direct, a nommé le ministre sortant d’État à la Planification et ancien ministre du Tourisme, Michel Pharaon, dans un lapsus involontaire, Michel Aoun (le chef de l’État), avant de rectifier son erreur.

M. Pharaon a insisté dans son allocution sur l’importance de l’initiative menée par L’OLJ qui « a permis de renforcer le tourisme rural ». Ce qui s’est traduit par un important développement rural, « de l’ordre de 40 à 50 %, au cours des trois à quatre dernières années ». « Cette initiative met l’accent sur la beauté du Liban, mais en même temps permet de réaliser à quel point on est en train de le détruire, alors qu’on devait préserver l’environnement et l’écologie qui constituent une rentrée pour les villages », ajoute-t-il. Et M. Pharaon de conclure en saluant « l’esprit d’appartenance » des habitants de la région qui, « malgré leurs différends politiques, ont travaillé de concert dans l’intérêt du village », appelant dans ce cadre les dirigeants à « suivre l’exemple et à œuvrer dans l’intérêt du Liban pour former le gouvernement ».

À Bkassine, les festivités se poursuivront tous les week-ends du mois de septembre, avec au rendez-vous des activités culturelles, sportives et touristiques.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Esprit festif et créativité symbolisent le village. Bravo et félicitations aux habitants de Bkassine.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué