X

Moyen Orient et Monde

Le pèlerinage atteint son paroxysme sur le mont Arafat

Religion
OLJ
21/08/2018

D’une seule voix, plus de deux millions de pèlerins musulmans ont invoqué hier la clémence de Dieu sur le mont Arafat, proche de La Mecque, en Arabie saoudite, lors d’une journée de prières qui marque le temps fort de ce grand rassemblement religieux.
Les mains levées, chaque pèlerin a répété « Allah Akbar » (Dieu est le plus grand) avant d’entonner : « Il n’y a de Dieu qu’Allah. »
 « C’est un sentiment indescriptible », a dit Oum Ahmad, une Égyptienne de 61 venue au « hajj » (grand pèlerinage) après avoir pris sa retraite, tandis qu’un pèlerin pakistanais, Jaï Salim, a affirmé avoir été submergé par l’émotion en escaladant le mont. « C’est un endroit sacré pour tous les musulmans et c’est un sentiment merveilleux » d’être ici, a-t-il ajouté.
Le mont Arafat, une colline rocailleuse entourée de montagnes, s’est couvert de monde tôt hier matin, au lendemain du début du pèlerinage qui a commencé dimanche à La Mecque, dans l’ouest du royaume. C’est sur ce mont que le prophète Mahomet a prononcé, selon la tradition islamique, son sermon d’adieu aux musulmans qui l’avaient accompagné pour le pèlerinage à la fin de sa vie.
Des groupes de fidèles, vêtus de pièces de tissu blanc non cousues, ont commencé à marcher dans la nuit vers le mont Arafat, certains poussant des parents dans des chaises roulantes, d’autres buvant de l’eau avant une longue journée éprouvante physiquement. Près d’un panneau jaune indiquant en anglais et en arabe « Arafat commence ici », des employés ramassaient des bouteilles vides.
Le vent qui a soufflé au début d’une matinée chaude s’est calmé par la suite. Dimanche soir, la région de La Mecque a connu de fortes pluies, sans que cela ne perturbe le hajj, selon les autorités saoudiennes. Lundi matin, sur le mont Arafat, de nombreux pèlerins étaient munis de parapluies pour se protéger du soleil.

Épreuve
Les fidèles étaient conscients de la difficulté de cette étape essentielle du hajj qu’est le stationnement durant une journée, par plus de 40°C, sur le mont Arafat.
 « J’ai appris que c’était un peu difficile. Par conséquent, je me suis préparé en faisant du sport bien avant. Et je me suis vraiment préparé pour cette épreuve. Si Dieu veut, on pourra tenir », a déclaré Saidou Boureima, un pèlerin nigérien.
 « Nous savons que c’est un tâche difficile, mais nous sommes ici pour nous rapprocher d’Allah et être absous de tout », a dit Amna Khan, une Américaine de 39 ans.
À l’issue de la journée, les pèlerins doivent refluer sur Mozdalifa pour ramasser des cailloux qui serviront à « lapider » des stèles représentant Satan. Le hajj se termine officiellement avec la fête du Sacrifice (Adha) célébré à partir d’aujourd’hui.
Les pèlerins sacrifient une bête en mimant le geste du patriarche Abraham qui a failli sacrifier son fils, remplacé à la dernière minute par un mouton apporté par l’ange Gabriel, d’après la tradition musulmane. Selon un système mis en place par l’Arabie saoudite, il suffit d’acheter un coupon pour s’acquitter du rituel du sacrifice. Les animaux « sacrifiés » dans les abattoirs gérés par les autorités seront gelés et envoyés en forme d’aide aux communautés musulmanes pauvres à travers le monde.

86 000 Iraniens
Le hajj est l’un des cinq piliers de l’islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie, s’il en a les moyens. Il a été au centre de polémiques depuis 1987, date à laquelle la police saoudienne a réprimé dans le sang une manifestation de pèlerins iraniens dénonçant les États-Unis et Israël. Les affrontements avaient fait 402 morts, dont 175 Iraniens, selon les autorités saoudiennes.
Les Saoudiens, qui se considèrent comme les gardiens des lieux saints de La Mecque et Médine, y interdisent toute manifestation à caractère politique.
Mais leur gestion a été critiquée dans le passé par leurs rivaux iraniens qui ont souligné la répétition d’accidents mortels ces dernières décennies, dont la gigantesque bousculade de 2015 ayant fait quelque 2 300 morts, dont des centaines d’Iraniens.
Après un an de boycott, les pèlerins iraniens sont revenus à La Mecque en 2017. Leur nombre a atteint cette année 86 000, selon le gouverneur de La Mecque, le prince Khaled el-Fayçal. Ceux du Qatar sont au nombre de 300, qui sont arrivés via le Koweït, selon le prince Khaled, dont le pays a rompu l’an dernier ses relations diplomatiques avec Doha. Riyad et Doha s’accusent mutuellement d’empêcher le pèlerinage des fidèles Qataris.
Les autorités saoudiennes ont annoncé hier que le nombre total de pèlerins venus du monde entier avait atteint près de 2,4 millions.
Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants