X

À La Une

Six combattants du Hezbollah évacués de Foua et Kfarya

Conflit syrien

Un "accueil populaire" leur sera réservé dans la banlieue sud de Beyrouth et au Liban-Sud.

OLJ
20/07/2018

Six membres libanais du Hezbollah qui combattaient dans les localités syriennes chiites pro-régime assiégées de Foua et Kfarya, ont été évacués, a annoncé vendredi la "cellule d'information de guerre" affilée au parti libanais.

Un accueil populaire sera réservé à l'un d'eux, Hajj Wissam Doulani, de son nom de guerre Hajj Hadi, à son retour dans la banlieue sud de Beyrouth à 14h30, précise le Hezbollah dans un communiqué. Un accueil similaire sera réservé aux autres combattants, notamment au Liban-Sud.

La "cellule d'information de guerre précise qu'un combattant du Hezbollah originaire du Liban-Sud, Jamil Faqih (Abou Yasser), était "tombé en martyr en juillet 2015 alors qu'il défendait les deux villages situés dans le nord-ouest de la Syrie.

Situés dans la province d'Idleb, Foua et Kfarya, en majorité de confession chiite et acquises au régime de Bachar el-Assad, étaient les deux dernières zones assiégées de Syrie. Elles ont été encerclées pendant trois ans par des rebelles et le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, ancienne branche d'el-Qaëda en Syrie. Ces localités sont désormais vides "après l'évacuation de 6.900 personnes -civils et combattants prorégime", a affirmé jeudi le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Un accord conclu mardi entre la Russie, alliée du régime, et la Turquie, soutien des rebelles, prévoyait l'évacuation des civils et combattants prorégime en échange de la libération de prisonniers détenus par Damas.

Le siège de Foua et de Kafraya a commencé en 2015 lorsque rebelles et jihadistes ont envahi la province d'Idleb, empêchant l'accès de la nourriture et des médicaments.
L'ONU et le Croissant-Rouge arabe syrien ont fourni une aide humanitaire dans le cadre d'opérations réciproques synchronisées avec deux villes proches de Damas assiégées par le gouvernement, Zabadani et Madaya.

En avril 2017, les quatre villes ont également fait l'objet d'opérations d'évacuation coordonnées. Mais un attentat suicide visant un convoi de civils évacués de Foua et de Kafraya avait fait 150 morts, dont 72 enfants.




Lire aussi

Foua et Kfarya, villages chiites assiégés dans le Nord-Ouest syrien, évacués

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’éditorial de Michel EDDÉ

Pourquoi « L’Orient-Le Jour » augmente son prix

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué