X

Économie

La Banque Richelieu « restera une banque française dans son ADN », assure Antoun Sehnaoui

Acquisition
OLJ
12/07/2018

Le PDG de la SGBL, Antoun Sehnaoui, a commenté pour L’Orient-Le Jour la récente acquisition par l’établissement qu’il dirige de la Banque Richelieu France, ainsi que de ses sociétés sœurs, Banque Richelieu Monaco et Richelieu-gestion. « À la suite de l’aval de la Banque centrale européenne, de la Banque du Liban et de l’Autorité française de contrôle prudentiel et de résolution, je me réjouis de la finalisation de notre acquisition de la Banque Richelieu, une banque qui restera, dans son ADN, française et patrimoniale, dont la qualité des équipes, du management et le sens profond de la relation client nous ont séduits «, a déclaré M. Sehnaoui. » Cette opération représente une formidable opportunité de développer nos activités de gestion de fortune et d’asset management et de pouvoir ainsi construire une plate-forme bancaire internationale de premier plan. Le recrutement de talents a permis de consolider et d’étendre les expertises sur nos différents métiers, et nous sommes désormais pleinement équipés pour répondre avec souplesse et ingéniosité aux attentes de nos clients. «
Et M. Sehnaoui d’ajouter : « Notre vision pour la Banque Richelieu s’inscrit dans cet esprit de conquête qu’elle incarne déjà aujourd’hui. Au croisement de l’audace, de la créativité et de la prudence, cet esprit qui nous anime est une force qui nous permet de créer et rendre possible des solutions novatrices, adaptées à l’environnement de nos clients. Cette disposition doit aussi se mettre directement au service de l’esprit de conquête de nos clients, de leurs ambitions, de leurs exigences et nous partageons cet esprit avec eux. « Les trois établissements acquis par la SGBL – deux banques privées et une société de gestion – étaient des filiales de KBL European Private Bankers (KBL EPB), basé au Luxembourg et implanté dans plusieurs pays d’Europe. Ces sociétés, qui pèsent au total 3,6 milliards d’actifs sous gestion, vont être gérées par la Compagnie financière Richelieu, présidée par le PDG de la SGBL, Antoun Sehnaoui, et détenue à 100 % par la SGBL. La banque libanaise avait indiqué cette semaine avoir obtenu l’accord des autorités monétaires concernées pour finaliser cette opération sur laquelle elle avait communiqué pour la première fois en décembre dernier.
Au Liban, la SGBL fait partie des banques alpha, les quinze établissements locaux dont les dépôts excèdent 2 milliards de dollars, selon la classification du cabinet Bankdata Financial Services. La banque a réalisé 42 millions de dollars de profits au premier trimestre, selon les derniers résultats publiés, contre 41,9 millions sur la même période en 2017. Ses actifs ont atteint 22,3 milliards de dollars à fin mars, en hausse de 3,5 % depuis le début de l’année, selon Bankdata.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué