X

À La Une

Décès du ministre sortant Ali Kanso à 70 ans

Liban
OLJ
04/07/2018

Le ministre d’État libanais sortant chargé des Affaires du Parlement, Ali Kanso, est décédé mardi à l'âge de 70 ans des suites d'une longue maladie. Le corps du défunt sera transporté jeudi à 10 heures l'hôpital Bellevue, à Mansourieh, dans le Metn, vers son village natal de Doueir, au Liban-Sud, où il sera enterré à 14 heures. La famille de M. Kanso recevra les condoléances vendredi et samedi à Doueir.

"Nous avons perdu un collègue cher, une personnalité remarquable et un frère", a déclaré le Premier ministre sortant Saad Hariri dans un communiqué publié par son bureau de presse. "Il a occupé ses fonctions au sein du gouvernement avec responsabilité et a toujours su comment agir, avec ses convictions politiques, au service de l'intérêt général", poursuit le texte.

Né en 1948 dans une famille chiite, Ali Kanso était le chef du Parti syrien national social (PSNS). Il avait été élu président de cette formation en août 2016, après l'expiration du mandat d'Assaad Hardane, et avait déjà occupé cette fonction par le passé, entre août 2005 et juillet 2008. "Il a conduit le parti dans les moments difficiles et il a joué un rôle politique et national important", a indique le PSNS dans un communiqué publié dans la journée.

M. Kanso a été ministre du Travail au sein du gouvernement de Rafic Hariri entre 2000 et 2003. Il était entré de nouveau au gouvernement en juillet 2008 en tant que ministre d'État, au sein de l'équipe d'union nationale dirigée par Fouad Siniora. En 2011, M. Kanso réintègre le gouvernement, dirigé par Najib Mikati en tant que ministre d'Etat sans portefeuille, et conserve ce poste jusqu'au 15 février 2014. Le 18 décembre 2016, il devient ministre d'Etat pour les affaires parlementaires dans le second gouvernement de Saad Hariri.

Ali Kanso était également titulaire d'un diplôme en arts et en littérature arabe obtenu à l'Université libanaise. La Fédération des écrivains libanais a salué un "collègue généreux, loyal et dévoué" et un "homme politique d'envergure nationale".

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

...Chef du "Parti Syrien national social"...chez nous au LIBAN...!
Dans quel autre pays trouvera-t-on une telle aberration ?

A part cela, paix à son âme !

Irène Saïd

TousAuPoteau

Je suis sure qu'il laisse deriere lui un riche héritage politique et beaucoup d'accomplissements pour le Liban ... bon vent, et 3e2bel le reste

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué