X

À La Une

Israël a fait parvenir des aides à des déplacés syriens fuyant la province de Deraa

Syrie

"Notre plus grande crainte est que l'Iran fasse de la Syrie un poste avancé militaire face à Israël", dit le ministre israélien de l'Energie.

OLJ/Agences
29/06/2018

Israël a fait parvenir des aides à des civils réfugiés dans la partie syrienne du plateau du Golan après avoir fui les combats dans le sud de la Syrie voisine, a annoncé vendredi l'armée israélienne. Dans la nuit, des tonnes de produits alimentaires, notamment pour nourrissons, des vêtements ainsi que des médicaments ont été envoyés à ces déplacés installés dans un campement informel, a indiqué le communiqué sans préciser comment ce matériel avait été transféré en territoire syrien.

Israël occupe depuis 1967 une partie du plateau du Golan situé à la frontière entre les deux pays, qui sont toujours techniquement en état de guerre.

Les civils syriens fuient une offensive du régime syrien et de ses alliés déclenchée il y a dix jours pour reprendre les zones rebelles dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie en guerre. La province de Deraa est située près du Golan et à la frontière avec Jordanie. Selon l'ONU, des dizaines de milliers de civils, plus de 120.000 selon derniers chiffres, fuyant les combats ont été déplacés. Certains d'entre eux sont installés dans des camps de fortune dans la partie syrienne du Golan. La journée de jeudi a été la plus meurtrière, avec des dizaines de raids aériens qui ont fait au moins 25 morts parmi les civils, dont des enfants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Des dizaines de milliers de civils syriens fuyant les hostilités vivent dans des conditions misérables dans des camps proches de la frontière avec Israël. (...) Nous avons offert une aide humanitaire à ces camps installés dans le Golan syrien, tout en poursuivant notre politique de non-intervention dans le conflit syrien", a affirmé l'armée israélienne. Dans son communiqué, l'armée a dit suivre "de près les développements dans le sud de la Syrie et être préparée à différents scénarios. (...) Nous ne permettrons pas aux Syriens d'entrer en Israël et nous continuerons de préserver nos intérêts sécuritaires".

Le ministre israélien de l'Energie, Yuval Steinitz, a, pour sa part, estimé qu'Israël "doit empêcher l'entrée de réfugiés venus de Syrie". "Nous continuerons à faire ce qui est nécessaire (pour les réfugiés). Je ne veux pas entrer dans les détails mais notre plus grande crainte est que l'Iran fasse de la Syrie un poste avancé militaire face à Israël", a-t-il ajouté dans un entretien à une radio israélienne.

Tout en veillant à ne pas être aspiré dans le conflit, Israël a frappé à plusieurs reprises le territoire syrien, notamment contre des convois d'armes destinées, selon lui, au Hezbollah, allié du régime syrien et ennemi de l'Etat hébreu. Depuis 2013, plus de 10.000 civils syriens ont été traités dans des hôpitaux israéliens, selon l'armée.

Face à la crise qui sévit dans la province de Deraa, la Jordanie, qui accueille déjà quelque 650.000 réfugiés syriens, a appelé la communauté internationale a aidé les déplacés. "La Jordanie a atteint le maximum de sa capacité d'accueil de réfugiés", a déclaré le ministre jordanien des affaires étrangères Ayman Safadi à Al-Jazeera jeudi soir.

La Turquie a également vivement condamné, vendredi, les assauts meurtriers du régime contre les territoires rebelles dans le sud de la Syrie, estimant que la Russie, l'Iran et les Etats-Unis avaient une "part de responsabilité" dans ces "violations".
Secteur sensible, le sud de la Syrie était resté relativement calme depuis un an grâce à un accord de "désescalade" négocié directement par Moscou, Washington et Amman.


Lire aussi

Ankara condamne l'assaut "inhumain" du régime dans le Sud syrien

À Deraa, les bombardements contre les rebelles s’intensifient

Frappes israéliennes près de Damas : retour à la routine ?



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

D,UN COTE ON MASSACRE !
ET DE L,AUTRE ON SACRE !

Irene Said

Une façon facile de se faire une bonne publicité auprès de la commaunauté internationale: "vous voyez comme nous sommes humains envers ces malheureux réfugiés syriens ?"
Et ça va marcher !
Pour faire oublier ce qu'ils ont fait aux Palestiniens de Gaza le mois passé ?
Irène Saïd


Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La délicate position du Liban aux rencontres de La Mecque

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants