Rechercher
Rechercher

Liban

En plein jour, un homme agresse violemment deux Kényanes à Bourj Hammoud (vidéo)

Selon l'organisation Mouvement anti-racisme, les victimes ont été incarcérées...

Capture d'écran de la vidéo partagée sur la page facebook de "Weyn el Dawle" (Où est l'Etat) montrant un homme agressant deux Kényanes dans le quartier de Bourj Hamoud, dans le nord de Beyrouth, le 17 juin 2018.

Une vidéo, publiée sur la page Facebook de "Weyn el dawle" (où est l'Etat), et dans laquelle on peut voir un homme attraper violemment deux femmes par les cheveux et les frapper alors qu'elles sont à terre dans une rue de Bourj Hammoud, en banlieue de Beyrouth, provoque l'indignation, depuis mercredi, sur les réseaux sociaux, des internautes et organisations dénonçant un "crime raciste". 

Selon un communiqué des Forces de sécurité intérieure publié mercredi, l'agresseur, qui appartiendrait à l'armée, a foncé au volant de son véhicule sur les deux femmes de nationalité kényane et a manqué de les renverser. Alors que les deux femmes s'élevaient contre le chauffard, l'homme est descendu de son véhicule et a commencé à les frapper, les jetant à terre.

Ce n'est qu'au bout de longues minutes que des passants finissent par intervenir pour empêcher l'homme de continuer à frapper les deux victimes.

Le communiqué des forces de l'ordre, qui précise que les deux jeunes femmes ne sont pas en possession de titres de séjours valables, indique que ces événements ont eu lieu dimanche dernier et qu'une enquête a depuis été ouverte. Les deux femmes ont dans ce cadre témoigné et été auscultées par un médecin. Elles ont porté plainte pour coups et sévices. Le document des FSI précise que cette affaire a été envoyée devant la justice. 

Dans leur témoignage, dont l'organisation Mouvement anti-racisme (Anti-Racism Movement, ARM) a pu avoir connaissance, les deux Kényanes ont affirmé que leur agresseur a volontairement dirigé sa voiture dans leur direction. Lorsqu'elles lui ont demandé pourquoi il les agressait, l'homme aurait répondu : "Je suis dans mon pays, je suis libre de faire ce que je veux".

A noter que dans cette affaire, ce sont les victimes qui sont actuellement en prison, selon l'ARM. Une incarcération qui serait liée au fait que les papiers des deux Kényanes ne sont pas en règle. Interrogée sur le sort de l'agresseur, et son éventuelle incarcération, une source des FSI indique à L'Orient-Le Jour ne pas vouloir se prononcer sur le sujet, l'affaire relevant désormais de la justice.

Contacté par L'Orient-Le Jour en soirée, le ministre sortant de la Justice, Salim Jreissati, a affirmé avoir saisi le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Peter Germanos, de l'affaire, et que le suspect a été arrêté.

Lire aussi

Refoulé d’une garderie du Mont-Liban à cause de la couleur de sa peau...



Une vidéo, publiée sur la page Facebook de "Weyn el dawle" (où est l'Etat), et dans laquelle on peut voir un homme attraper violemment deux femmes par les cheveux et les frapper alors qu'elles sont à terre dans une rue de Bourj Hammoud, en banlieue de Beyrouth, provoque l'indignation, depuis mercredi, sur les réseaux sociaux, des internautes et organisations dénonçant un "crime...

commentaires (26)

les deux hommes et la femme qui ont aide a battre ces filles devraient etre deja en prison car pris en flagrant delit leurs noms divulgues mais comme d'habitude leur zaim les fera exonerer et dira probablement que c 'est les filles qui se sont ruees sur lui et il n a fait que se defender a suivre SVP

LA VERITE

17 h 33, le 22 juin 2018

Tous les commentaires

Commentaires (26)

  • les deux hommes et la femme qui ont aide a battre ces filles devraient etre deja en prison car pris en flagrant delit leurs noms divulgues mais comme d'habitude leur zaim les fera exonerer et dira probablement que c 'est les filles qui se sont ruees sur lui et il n a fait que se defender a suivre SVP

    LA VERITE

    17 h 33, le 22 juin 2018

  • Au nom du piston libanais les victimes sont et seront toujours en prison. Triste .

    Antoine Sabbagha

    20 h 30, le 21 juin 2018

  • "Une enquête a été ouverte "! Il est vraiment nécessaire de faire une enquête pour savoir qui est l'agresseur ? Comment se fait-il qu'il n'ait pas été arrêté immédiatement ?

    Yves Prevost

    20 h 26, le 21 juin 2018

  • Plus étonnant que la barbarie de cet énergumène est la passivité des badauds. Comme si de rien n'était. Un gros qui tape deux femmes tenues par les cheveux, pas un passant pour réagir . C'est de la non assistance à personne en danger. Est ce par ce qu'elles sont noires? C'est avec autant d'humanité zéro que sont traitées la plupart des domestiques éthiopiennes et autres africaines. La honte. Reste à suivre ce qui va arriver à cet "abadaye", ce héro des égouts pour ses faits d'armes? Sera -t-il emprisonné? Jugé? Est ce que l'Orient le Jour pourra nous tenir informés?

    Stephane W.

    20 h 26, le 21 juin 2018

  • Et de trois mesdames les députes Jaroudi et Yacooubian. Vos interventiopns sont sans suite ...

    aliosha

    20 h 15, le 21 juin 2018

  • Un militaire avec un si grand ventre ? c'est peut être la pizzaïolo de service . Au Liban , existe bien un racisme latent , un égocentrisme et une sur estime de soi même . Je ne veux en aucun être assimiler par ma nationalité a ce genre de sauvage , que la loi s'applique de la façon la plus rigoureuse . Faut il que ceux qui sont chargés de l'appliquer soient moins raciste que lui . Je veux bien parier que ce macaque sorti tout droit d'un zoo a de la famille en Afrique qui l'aide financièrement

    ZIAD CHOUEIRI

    19 h 36, le 21 juin 2018

  • quelle honte!!!! la plus part des libanais vivent en dehors du Liban et beaucoup en Afrique et ils vivent comme des rois. je ne dirai pas que j'ai honte d'être libanaise, car cet individu n'est pas représentatif du Liban et je ne me reconnais pas en lui. je vous invite a regarder ce reportage sur les libanais de côte d'ivoire. https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1009581185884587&id=148052052037509

    rayelie

    18 h 56, le 21 juin 2018

  • Inadmissible. Ce sauvage doit être incarcéré au plus vite. Il ne mérite pas d’appartenir à l’armee qui doit symboliser la noblesse d’ame... mais pourquoi écrire «deux Kenyanes » et non pas deux personnes ?

    lila

    18 h 52, le 21 juin 2018

  • Tres souvent, l'OLJ nous presente ces evenements douloureux et revoltants, mais tres souvent aussi, l'OLJ ne donne pas de suivi sur ces affaires. Est-ce parce qu'ils recoivent des menaces ou des cadeaux pour etouffer ces affaires? Le travail de journaliste n'est pas seuleument de presenter des images chocs, mais surtout de suivre une affaire et s'assurer que cela ne reste pas impuni.

    Michel N Fayad

    18 h 45, le 21 juin 2018

  • J'ai honte.

    Algebrix

    17 h 55, le 21 juin 2018

  • S'il était en Europe il serait déjà en prison et aurait demandé pardon et les autorités les auraient donné des papiers de séjour. Ce' type là est un barbare car l'animal est beaucoup mieux que lui

    Eleni Caridopoulou

    17 h 36, le 21 juin 2018

  • Le plus choquant c'est la passivité, et même la complicité des spectateurs alors que ces pauvres femmes sont traitées comme des animaux. Honte sur eux! On peut très bien refuser l'immigration illégale et cependant se comporter avec un minimum de correction. La brutalité est la fermeté des imbéciles.

    Emmanuel Pezé

    17 h 06, le 21 juin 2018

  • J'ai honte ...

    Otayek Nada

    17 h 03, le 21 juin 2018

  • Brute barbue de l’armée libanaise ?? Donc immunité garantie certaine dans ce pays géré par des voyous/voleur/mafieux. Et le comble: ce sont les victimes qui pourriront en prison en attendant de les remballer ds leur pays nues comme des vers faute de papier!! Et la brute?? Elle recommencera demain matin évidement!! Les libanais sont nés racistes et en sont fiers malheureusement car c’est dans l’éducation!! Nous sommes les plus forts dans la condescendance, le racisme et l’arrogance car nous pensons que nous descendons de la cuisse de Jupiter! TOZ ! W Bleid .....

    T Myriam

    16 h 55, le 21 juin 2018

  • c'est effarent le monde qu'il y a qui ne donne pas assistance a ces filles On pourrait avoir un delit de non assistance a personne en peril dans ce cas mais notre justice se hate d'emprisonner les faibles seulement et qui sont ces autres personnes qui parfois aident ce monstre a les frapper au lieu de l'arreter

    LA VERITE

    16 h 44, le 21 juin 2018

  • Tiens, je ne savias pas qu'un militaire avait le droit de porter ce genre de barbe ...

    Remy Martin

    16 h 26, le 21 juin 2018

  • et ells sont en prison car leur papier sont echus quelle honte

    LA VERITE

    16 h 13, le 21 juin 2018

  • Est ce que cet animal sans cervelle sait au moins qu'il y a des libanais qui vivent au Kenya et partout en Afrique?

    FRIK-A-FRAK

    15 h 51, le 21 juin 2018

  • Titre de séjour ou pas pour les deux malheureuses Kenyanes, voilà l'exemple parfait d'un animal libanais en pleine action ! Il appartient à l'armée...??? On attend de voir ce que les autorités de notre pays vont faire et si elles seront capables pour une fois d'agir rapidement et efficacement et de prouver que nous vivons dans un état qui se respecte ou alors dans une jungle immonde... Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 32, le 21 juin 2018

  • UN HOMME DITES-VOUS ? UNE BETE FEROCE PLUTOT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 15, le 21 juin 2018

  • walaw so mutch ?? what for ? haaraam

    Souraya Fakhoury

    15 h 12, le 21 juin 2018

  • La Liban, la Suisse de l'Orient. Le Liban, le pays de la lumière et du rayonnement. Au Liban, à Bourj-Hammoud, un soldat en civil tabasse deux Kényanes qu'il avait manqué de les écraser. Au Liban, la maréchaussée enfonce les cinq portes d'un domicile pour enlever un garçon de 9 ans en l'arrachant des bras de sa mère en pleurs afin de le livrer à son géniteur remarié. Au Liban, à Baalbeck, la ville du soleil et des dieux, des bandits tirent tous azimuts, dans la rue, sur les magasins, les passants. Jadis, quelqu'un avait dit : "Dormez et laissez vos portes ouvertes". J'ai oublié son nom !

    Honneur et Patrie

    14 h 57, le 21 juin 2018

  • Mais oui, on s’indigne, on dénonce, on crie au scandale, au racisme.... Dans quelques jours, on n’en parle plus... Des malabars, style brute milicienne ou bodyboard pareils ne seront même pas inquiétés, protégés par on sait qui et continueront de faire ce qu’ils veulent! Jusqu’au prochain épisode! Le Libanais, en général sait qu’il est raciste, mais vous savez quoi, dans l’ambiance morbide du pays, il n’en a pas honte et s’en fout, il en est même fier en sourdine, et...vogue la galère!

    Saliba Nouhad

    14 h 46, le 21 juin 2018

  • On ne connait pas les tenants et les aboutissants de cette affaire mais tout de meme ! Est ce, ces deux malheureuses femmes kenyanes sans titre de sejour serait-elles moins humaine que nous ? Est-ce, cet individu qui se pretend (qui salit l'honneur de l'armée libanaise), D'être militaire aurait plus de poids qu'un juge pour ainsi faire la loi par lui même ? On voit bien que ce sont ce genre d'individus désoeuvrés sans éducation qui rabaisse l'image de notre pays. La police, doit faire son travail de securisation des lieux oublics et la justice doit punir cet homme d'une manière exemplaire. Espérons !

    Sarkis Serge Tateossian

    14 h 27, le 21 juin 2018

  • Donc ce militaire barbu est toujours libre ...bravo les FSI ....

    Houri Ziad

    14 h 13, le 21 juin 2018

  • Une punition sans complaisance s'impose à cette brute épaisse. Pourvu seulement qu'on ne l'accuse pas d'être du hezb libanais de la résistance. Lol..

    FRIK-A-FRAK

    14 h 02, le 21 juin 2018