X

Liban

Le Hezbollah chercherait à imposer Karamé à Hariri

Gouvernement
12/06/2018

La formation du gouvernement reste dans les délais acceptables, s’entendent à dire les parties politiques, qui rappellent les précédents de cabinets dont la genèse s’est étalée sur plusieurs mois. L’ossature du cabinet de trente est prête, mais sujette à des remaniements, notamment pour ce qui est de la part des Forces libanaises (FL), d’une part, et celle des figures sunnites opposées au courant du Futur, de l’autre.
S’agissant d’abord de la part des FL, que le Courant patriotique libre (CPL) tendait à réduire, le parti de Samir Geagea serait disposé à accepter quatre portefeuilles, dont la Justice, selon des sources concordantes.
Lors de l’entretien dimanche dernier entre les ministres Melhem Riachi et Ghattas Khoury, les FL se seraient toutefois vus proposer trois portefeuilles, selon des informations démenties par les milieux de ce parti. Ils disent en tout cas s’attarder sur la nature des portefeuilles plus que sur leur nombre.

Selon nos informations, ce sera soit quatre portefeuilles pour les FL, soit trois, avec la vice-présidence du Conseil et la Justice. Le premier cas de figure conduira soit à réduire de dix à neuf ministères (sur les quinze attribués aux chrétiens) la part du chef de l’État et du CPL réunis, soit à exclure les Kataëb du gouvernement, sachant que la représentation des Marada par un portefeuille est désormais acquise. La participation des Kataëb, avec lesquels le Premier ministre prévoirait d’entamer les négociations à son retour de Moscou, serait vue d’un bon œil par le chef de l’État, selon nos informations. Mais le parti de Samy Gemayel n’aspirerait pas outre mesure à l’intégration du cabinet, disent ses milieux.
On notera que la place n’est pas laissée, parmi la quote-part chrétienne, à un député du Parti syrien national social. Sa seule chance d’être représenté au sein du cabinet serait de se voir concéder un ministère sur la part de six réservée à la communauté chiite, que le Hezbollah et Amal ont toutefois convenu de se partager d’une manière égalitaire.


(Lire aussi : Et si, au-delà des polémiques, c’est la présidence de Michel Aoun qui est visée ?)


Du reste, les négociations ayant pour objectif, par-delà un portefeuille de plus ou de moins dans une quote-part, de tester la capacité des différents protagonistes à influer sur le cours des négociations, les rumeurs sont légion dans le cadre de la hausse des enchères, comme hier une rumeur sur l’aspiration des FL à obtenir l’un des quatre portefeuilles régaliens.
 Pour ce qui est de la participation des députés sunnites qui ne font pas partie du groupe du Futur, il y aurait de fortes chances que l’un d’eux intègre le cabinet, réduisant de six à cinq la quote-part des haririens.
En visite hier à Baabda pour transmettre au chef de l’État, Michel Aoun, un avant-projet de formation, Saad Hariri a dit s’en remettre à ce dernier, en réponse à une question sur la participation des sunnites indépendants : « Le cabinet d’expédition des affaires courantes inclut des ministres sunnites relevant du chef de l’État (Tarek el-Khatib, NDLR) et je n’ai aucun problème avec le président. » Le leader du courant du Futur était disposé à accepter, comme issue ultime, de renoncer à l’un des six portefeuilles en faveur d’un sunnite indépendant, tant que ce n’est pas une personnalité « trop provocatrice », c’est-à-dire d’allégeance syro-iranienne déclarée, selon des milieux du courant du Futur interrogés par L’OLJ. Il semble toutefois de plus en plus probable que le député de Tripoli Fayçal Karamé, pourtant perçu par les milieux haririens comme très hostiles à eux, soit intégré au cabinet. Selon nos informations, c’est le Hezbollah qui tenterait de forcer la main à Saad Hariri en faveur de M. Karamé, auquel Saad Hariri aurait opposé hier à Baabda une fin de non-recevoir jusqu’à nouvel ordre.
Malgré tout, Saad Hariri s’est dit « optimiste » hier à l’issue de son entretien avec Michel Aoun à Baabda, appelant « toutes les parties à faire quelques sacrifices et compromis ». Selon lui, l’avant-projet présenté au chef de l’État est « proche » de ce que Saad Hariri et Michel Aoun souhaitent, a dit le Premier ministre désigné.


(Lire aussi : Le Hezbollah aurait-il montré « trop d’appétit » ?)


Joumblatt et la solidarité avec Hariri
Si la visite de Walid et Teymour Joumblatt à Riyad en fin de semaine dernière a porté un effet concret relatif au cabinet, c’est un engagement de principe de la part du chef du Parti socialiste progressiste à se tenir aux côtés de Saad Hariri sur les dossiers déterminants.
Du reste, c’est une nouvelle page qui s’est ouverte entre le Parti socialiste progressiste (PSP) et l’Arabie saoudite, après une longue période de froid – il s’agit de sa première visite depuis octobre 2015 – accentuée par des critiques adressées par Walid Joumblatt contre la politique saoudienne dans la région. L’entretien avec le prince héritier Mohammad ben Salmane a été décrit comme très positif par les deux parties. Dans un tweet hier soir, le député Teymour Joumblatt a déclaré qu’une « relation historique, solide et constructive a toujours prévalu entre le PSP et notre famille au sein du royaume d’Arabie ». Et d’ajouter : « Notre visite s’inscrit dans le prolongement d’une tradition qui se renouvelle avec le prince héritier Mohammad ben Salmane, dans l’intérêt de nos deux pays et celui de la nation arabe qui a besoin d’une renaissance (…) ».


Lire aussi

Gouvernement : La mission de Hariri de plus en plus difficile

Éviter le hara-kiri à tout prix

La querelle CPL-FL complique à nouveau la tâche à Hariri

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Vous vous etonnez? Pourquoi, le Hezb a bien IMPOSE Michel Aoun comme President. Alors? Il pourrait meme imposer tous les ministres qu'il veut...La blague!

Antoine Sabbagha

Allez messieurs le temps presse , et le pays ne peut plus attendre .

Gebran Eid

TAYMOUR A PARLÉ, C'EST FORMIDABLE...IL EST MINISTRABLE OU PAS ENCORE ?

FAKHOURI

pire que les israéliens pour la désinformation

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DANS TOUTE DEMOCRATIE LES ELECTIONS FAITES SOUS L'OMBRE D'UN PARTI... MILICE ARMEE ET INTIMIDANT LES AUTRES... SONT NULS... EN FAIT ELLES NE SE FONT GUERE !

LA TABLE RONDE

Tant que c'est pour le bien du pays , pourquoi pas ?

Un peu de rivalité parmi les choix politiques ne peut faire que du bien à la démocratie libanaise .

Irene Said

"...le Hezbollah chercherait à imposer Karame à Hariri..."
de quel droit?
Vivons-nous dans une démocratie ou sommes-nous déjà sous les ordres d'une dictature imposée par l'Iran usurpateur, commanditaire et pourvoyeur financier de ce "parti de DIEU" ?
Même si le Hezbollah a obtenu beaucoup de voix aux dernières législatives du 6/5 (et encore...faudrait vérifier de quelle façon !) cela ne l'autorise pas de se comporter en dictateur pro-Syrie et pro-Iran chez nous au Liban !
Et jusqu'à nouvel ordre, nous Libanais refusons d'être les "idiots utiles" de ces deux pays, la Syrie et l'Iran !
Irène Saïd

Le Faucon Pèlerin

Le mépris... Le Hezbollah chercherait à imposer le sunnite Fayçal Karamé à Saad Hariri (sic).
C'est comme si le CPL imposerait le druze Fayçal Erslan ou comme si Walid Joumblatt imposerai le maronite Ziad Hawat... ainsi de suite.
Question d'un Libanais lambda : Qui commande quoi dans ce pays balle de ping-pong ?

Yves Prevost

Il ne faut pas compter les députés du CPL parmi les alliés du Hezbollah?
Jusqu'à présent l'alignement du Courant dit Patriotique, dit Libre, sur la milice iranienne a toujours été total. L'alliance CPL-Hezbollah aurait-elle été dénoncée en catimini?
Surprenante, mais heureuse nouvelle! On n'ose y croire!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué