X

La Dernière

Le Festival des cinémas arabes revit

Douze ans après la dernière Biennale des cinémas arabes en 2006, le cinéma arabe est remis à l’honneur à l’IMA. La responsable de ce festival, Layan Chawaf, était présente au Pavillon libanais, invitée par la présidente de la Fondation Liban Cinéma, Maya de Freige.

C. K. | OLJ
18/05/2018

La Fondation Liban Cinéma était fière d’accueillir cette semaine au pavillon consacré au Liban le lancement d’un événement d’envergure, le Festival des cinémas arabes, qui se déroulera du 28 juin au 8 juillet à l’IMA à Paris, rassemblant tous les pays producteurs arabes. « Un nouveau cycle s’ouvre avec cette édition pleine de promesses », souligne Jack Lang dans le catalogue consacré au festival. Ce dernier aura pour présidente d’honneur l’actrice et réalisatrice palestinienne Hiam Abbas. L’édition est prometteuse car le monde arabe, depuis 2006, a atteint une certaine maturité dans son industrie cinématographique. Même s’il tente encore de trouver ses repères, il s’affirme peu à peu dans la sphère du 7e art. Il s’agit donc de lui assurer une bonne visibilité, et c’est ce que tend à faire cet événement.
Au programme, plus de 70 films, entre fictions et documentaires, courts et longs, tous produits entre 2017 et 2018. À l’issue de la compétition, un trophée sera remis au lauréat.
Outre la compétition, la programmation comprend deux hommages, l’un à Jean Chamoun, réalisateur libanais décédé il y a plus d’un an, et l’autre à Mahmoud Zemmouri, acteur, réalisateur et cinéaste algérien. Elle comprend aussi un regard sur le cinéma saoudien, jeune et frais, qui vient d’éclore. Deux rencontres seront organisées en présence des professionnels arabes et européens. La première s’articulera autour des résidences et ateliers d’écriture en Europe et dans le monde arabe, et la seconde autour de l’industrie cinématographique. Des ateliers d’écriture de courts métrages sont également prévus, avec Cinephilia Short Lab. De plus, un atelier Talents en court, de l’écrit à l’écran, sera consacré aux jeunes qui aimeraient apprendre les différentes étapes de la réalisation d’un film.
Une séance jeune public et un programme hors les murs sont également inscrits à l’agenda de ce festival qui accueille plus d’une centaine d’invités entre cinéastes, acteurs, producteurs venant des pays arabes mais aussi d’Europe. « Rendez-vous pris donc le 28 juin », promet Layan Chawaf, heureuse et émue de reprendre ce festival qui lui tient tellement à cœur.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

22 octobre 1989-22 octobre 2018, Taëf entame sa 30e année

En toute liberté de Fady NOUN

La vérité et le dialogue des cultures

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué