X

Liban

Des élections pour rien ?

Les échos de l’agora
14/05/2018

À entendre les responsables des principales forces politiques, tout le monde pavoise bruyamment pour célébrer la victoire électorale de son camp politico-confessionnel. Est-ce à dire que la nouvelle loi électorale est parvenue à renouveler l’establishment politique ? Cela se vérifie certes dans quelques cas, mais qui ne changent pas vraiment la donne. L’impression qu’on tire est que l’État libanais, comme régulateur central de la vie politique, n’a pas été renforcé par ce scrutin.

Les élections ont montré, a posteriori, le caractère fallacieux des prétextes avancés pour justifier la prorogation du mandat de la Chambre des députés. Le Liban est en mesure d’organiser à n’importe quel moment un scrutin électoral, en un seul jour sur l’ensemble de son territoire. Le nouveau mode de scrutin ne semble pas avoir posé de gros soucis à l’électeur moyen. C’est le décompte des voix et la répartition des sièges, selon les règles de la proportionnelle adoptée, qui demeurent problématiques.

Dès lors, comment se présente le bilan politique de ces « noces de la démocratie », pour reprendre le slogan tant répété ? Le moins qu’on puisse dire est qu’il serait abusif d’y chercher un progrès quelconque. Tous les cris de victoire clament le triomphe du clanisme confessionnel.

Le binôme chiite Hezbollah-Amal confirme son emprise incontestée sur la communauté chiite ainsi que son hégémonie sur l’ensemble de la vie publique, grâce à son arsenal illégal et son esprit milicien.
Le courant du Futur, parti du Premier ministre Saad Hariri, demeure le pôle principal de la communauté sunnite. Malheureusement, c’est son rôle national qui semble remis en cause. Est-il encore porteur du projet « Liban-message » incarné par Rafic Hariri et les accords de Taëf ? Ce parti a tant été harcelé qu’il est obligé aujourd’hui de ne plus être qu’un simple leadership sunnite, rôle que lui contestent d’autres forces sunnites qui demeurent des fidèles inconditionnels du régime de Damas et qui font un retour au Parlement en compagnie d’autres figures non musulmanes prosyriennes.
Walid Joumblatt, quant à lui, réussit à préserver sa figure de premier chef de la communauté druze¨, mais également son image de marque comme leader national.
En milieu chrétien, ce scrutin parvient à rééquilibrer les forces au sein du duopole formé par les Forces libanaises (FL) de Samir Geagea et le Courant patriotique libre (CPL) du président Michel Aoun et de son gendre Gebran Bassil. Alors que le CPL maintient ses positions, les FL font une percée spectaculaire en doublant leurs effectifs parlementaires. Cela annonce sans doute de fortes luttes de rivalité. Quant aux autres forces politiques, leurs positions respectives demeurent quelque peu stables.

Dès lors, on pose la question : mais qu’a donc produit ce scrutin ?

La réponse est désarmante de simplicité. Le scrutin a confirmé la situation anormale qui prévalait avant, celle du délitement avancé de l’État et de l’effacement quasi total de son rôle politique de régulateur central. La fonction présidentielle elle-même n’échappe pas à cet affligeant constat. Le président de la République est le premier des maronites et des chrétiens, le Premier ministre le premier des sunnites, le président de la Chambre le premier des chiites.

On chercherait en vain un peuple libanais unifié dans cette triade chiites-sunnites-chrétiens, sans oublier le quatrième mousquetaire, les druzes. Mais où est donc passé l’État qui cimente toutes ces composantes ? 

C’est Samir Geagea qui a le mieux décrit cette situation en proclamant que la priorité actuelle doit privilégier les services : routes, déchets, communications, etc. Selon cette logique, il vaut mieux sans doute cohabiter de manière provisoire avec l’État dans l’État qu’est le Hezbollah, en attendant des jours meilleurs.
Hélas, les choses sont ainsi depuis 1968. La souveraineté libanaise demeure otage d’intérêts stratégiques hors frontières. C’est précisément cela la « guerre des autres et pour les autres » de feu Ghassan Tuéni.


Dans la même rubrique 
La vision juste de Samir Frangié

Quand la haine perd toute pudeur

Quand la loi défigure la démocratie

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

TYAN Georges

Et si on prenait tous ces npremiers de leur commneauté et qu'on les envoyait promener.
En effet ces elections sont uns crutin pour rien.
Merci Docteur.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND ON PARLE D'ELECTIONS LIBRES ET DEMOCRATIQUES ET DE LEUR RESULTATS ET EN LES ACCEPTANT... PASSES A L'OMBRE DES ARMES ET DES INTIMIDATIONS... ON SE RIT DE SOI-MEME !

Salim Dahdah

Les élections du 6 mai sont une consécration de l'état de déliquescence générale de la scène politique nationale qui prévalait avant cette échéance. Elles marquent une République qui se cherche et un régime en plein désordre et désarroi,
Puisse le Président de la République remettre toutes les parties à leurs places et engager rapidement, avec courage et objectivité, le resserement des rangs autour de projets stratégiques et politiques indispensables.

Soeur Yvette

Oui la guerre des autre et pour les autres ...trite ...merci pour cet article cible comme toujours...pauvre Liban...

Yves Prevost

Triste constat, mais parfaitement lucide.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants