Rechercher
Rechercher

Sécurité

Regain des tensions israélo-iraniennes en Syrie : le Hezbollah dit privilégier la « stabilité »

Des militaires inspectant les fragments de roquettes à Hasbaya. Photo ANI

Alors même que le front israélo-iranien en Syrie s’embrase, que la confrontation prend de l’ampleur et que des fragments de roquettes ont atteint le territoire libanais durant la nuit, une source du Hezbollah affirmait hier à l’agence al-Markaziya que « la stabilité du Liban et sa protection face aux conflits régionaux sont une priorité pour nous ». Et d’ajouter : « Rien n’est plus important que la stabilité intérieure. Notre présence en Syrie n’a d’autre objectif que la lutte contre le terrorisme. » 

« Malheureusement, poursuit cette source, à la Maison-Blanche se trouve un président impulsif qui a pris la décision de mettre la région sur un volcan en se retirant de l’accord nucléaire iranien. Toutefois, l’unanimité “positive” européenne sur le fait de ne pas suivre ses traces réduit l’impact des conséquences de ce retrait. » Mardi, le président américain Donald Trump annonçait le retrait de son pays de l’accord nucléaire iranien et rétablissait les sanctions contre Téhéran.
Toutefois, toujours selon cette source du Hezbollah, « les développements du front israélo-iranien sur la scène syrienne sont limités et il ne semble pas qu’il y ait d’escalade dans les jours qui viennent ».

Autre son de cloche du journal israélien Haaretz, qui estime qu’après l’escalade des derniers jours, « les regards se tournent vers une éventuelle riposte et des représailles de la part du Hezbollah ». Dans ce même article, le journal affirme que « les raids israéliens ont visé 50 sites iraniens en Syrie, ce qui ramène les efforts iraniens d’implantation de leur présence militaire dans ce pays des mois en arrière ».

Le journal signale aussi qu’« avec près d’un mois de retard, la riposte iranienne contre Israël est venue sous la forme d’une attaque de la brigade al-Qods de la garde révolutionnaire iranienne, en représailles contre la mort de sept de ses membres lors du raid israélien sur la base aérienne T4 en Syrie, le 9 avril ».


(Lire aussi : L’effet boomerang du retrait US attendu au Liban)


Fragments de roquettes
Les échanges de tirs nocturnes entre Israël et l’Iran en territoire syrien, dans la nuit de mercredi à jeudi, après un brusque accès de tension entre ces deux pays, ont débordé quelque peu au Liban, où des fragments de roquettes sont tombés. L’armée a publié un communiqué hier dans lequel elle précise qu’« entre 3h et 3h45 à l’aube de jeudi, plusieurs fragments de roquettes se sont abattus sur les abords des localités de Hebbariyé (caza de Hasbaya, non loin du mont Hermon), Chebaa, Sakiyat Wadi Janaam, Khirbet Qanafar et Qabb Élias, sans faire de victimes ». L’armée explique que le type des roquettes et le lieu d’où elles ont été tirées sont toujours inconnus. Les militaires se sont rendus sur les lieux et ont inspecté les débris avant de les transporter pour les besoins de l’enquête.

De son côté, le ministre de la Défense Yaacoub Sarraf, accompagné du député Qassem Hachem (bloc du président du Parlement), a effectué une tournée sur la frontière sud, face aux villages de Kfar Kila et Adaïssé, s’enquérant des développements militaires en Syrie, notamment le bombardement syrien qui a atteint le Golan occupé la nuit d’avant. Il s’est également informé sur les fragments de roquettes tombés près de villages du caza de Hasbaya, causant des dégâts dans les câbles téléphoniques et électriques.

Peu après minuit, l’armée avait, par ailleurs, fait savoir que « quatre avions de chasse israéliens ont violé l’espace aérien libanais » dans la nuit de mercredi à jeudi, au-dessus du littoral au niveau de Naqoura (Liban-Sud), avant d’effectuer un survol circulaire autour de Chekka (littoral nord) puis retourner à leur base. L’ANI a rapporté que l’aviation israélienne survolait hier matin massivement le Liban-Sud à basse et moyenne altitude.



Lire aussi

Tension Israël-Iran en Syrie : des fragments de roquettes s'abattent sur le Liban


Alors même que le front israélo-iranien en Syrie s’embrase, que la confrontation prend de l’ampleur et que des fragments de roquettes ont atteint le territoire libanais durant la nuit, une source du Hezbollah affirmait hier à l’agence al-Markaziya que « la stabilité du Liban et sa protection face aux conflits régionaux sont une priorité pour nous ». Et...

commentaires (3)

et des arabes manifestent leur joie avec une IMPLANTATION PERSE EN TERRE ARABE !! ET C'EST CEUX LA QU'ILS VEULENT QU'ON SUIT ... JAMAIS la russie ne joue que pour ces intérêts .. et je vais prophétiser ici maintenant si une guerre eclate entre l'iran et israel directement, la russie n'interviendra JAMAIS AU GRAND JAMAIS .... PQ, PARCEQUE MEME SI LA RUSSIE A FAIT CE QU'ELLE VOULAIT EN SYRIE C'EST EN PARTIE AVEC L'ACCORDS OU LAISSER FAIRE US ... MAIS LA RUSSIE N'EST PAS C... elle connaît tres bien ces limites

Bery tus

14 h 53, le 11 mai 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • et des arabes manifestent leur joie avec une IMPLANTATION PERSE EN TERRE ARABE !! ET C'EST CEUX LA QU'ILS VEULENT QU'ON SUIT ... JAMAIS la russie ne joue que pour ces intérêts .. et je vais prophétiser ici maintenant si une guerre eclate entre l'iran et israel directement, la russie n'interviendra JAMAIS AU GRAND JAMAIS .... PQ, PARCEQUE MEME SI LA RUSSIE A FAIT CE QU'ELLE VOULAIT EN SYRIE C'EST EN PARTIE AVEC L'ACCORDS OU LAISSER FAIRE US ... MAIS LA RUSSIE N'EST PAS C... elle connaît tres bien ces limites

    Bery tus

    14 h 53, le 11 mai 2018

  • Très intelligent ce hezb libanais de la résistance libanaise, il sait préserver ses acquis locaux et en même temps il n'a pas besoin de se mêler de cet affrontement , l'Iran NPR sait tres bien se débrouiller toute seule avec ses alliés de Syrie et de Russie. En 8 ans de complot en Syrie le résultat est une implantation iranienne indécrottable , de Syrie AGRESSÉE par les occidentaux par bactéries wahabites interposées.

    FRIK-A-FRAK

    13 h 58, le 11 mai 2018

  • Une fois de plus ils répondront lorsqu'ils le décideront parce qu'ils savent qu'ils n'en sont pas capables sans risquer de se faire étriller. Le compte à rebours a commencé et les Russes ne pourrons rien y faire le jour ou il sera décidé d'en finir avec les Iraniens et le Hezbollah. Leur défaite et leur élimination militairement, et donc politiquement de facto, est la condition sine qua non pour la sauvegarde de Bachar au pouvoir en Syrie et de son indépendance politique pour contrôler ce qui va rester de la Syrie. Ca l'arrange donc autant qu'a la Russie. Du coup et afin de voir enfin la région se stabiliser et prospérer grâce aux énormes gisement de carburant qui se trouve entre la Jordanie, le Liban, Israël, Chypre et l'Egypte il faut des gouvernements stables, démocratiques et en paix les uns avec les autres. Les Arabes l'ont compris et ont changé leur positions, les Iraniens s'obstinent. Tant pis pour eux.

    Pierre Hadjigeorgiou

    11 h 24, le 11 mai 2018