Moyen Orient et Monde

Combats meurtriers entre le régime et une coalition soutenue par Washington

Syrie
OLJ
30/04/2018

Des combats meurtriers ont éclaté hier dans l’est de la Syrie entre une coalition arabo-kurde soutenue par Washington et les forces de Bachar el-Assad, une confrontation rare malgré quelques incidents sanglants ces derniers mois.
Neuf combattants prorégime et six des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition dominée par les Kurdes alliée des États-Unis, ont été tués dans ces affrontements dans la province de Deir ez-Zor, frontalière de l’Irak, a précisé l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Les forces du régime ont conquis à la mi-journée quatre villages, selon l’agence officielle SANA, mais quelques heures plus tard, les FDS reprenaient le contrôle de trois d’entre eux, a rapporté l’observatoire. Riche en pétrole, la province de Deir ez-Zor était autrefois tenue par le groupe jihadiste État islamique (EI), mais il a été chassé de la plupart des zones qu’il contrôlait, après les offensives distinctes et concomitantes menées l’été dernier par les FDS et le pouvoir syrien. La coalition internationale emmenée par Washington, qui soutient les FDS, a confirmé une « attaque » des forces prorégime, précisant qu’elle avait œuvré à une « désescalade de la situation », selon un communiqué.
L’armée syrienne soutenue par la Russie et les FDS appuyées par les États-Unis s’étaient fait la course pour contrôler les territoires de cette province. Aujourd’hui, le régime tient la ville de Deir ez-Zor, chef-lieu de la province, mais aussi toute la rive ouest de l’Euphrate, tandis que les FDS sont stationnées sur la rive orientale du fleuve. « L’objectif du régime est de protéger la ville, en repoussant les combattants des FDS qui se trouvent sur la rive est en face de la cité », a dit le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

 Autonomie kurde
Par le passé, plusieurs incidents meurtriers ont opposé les belligérants, même si une ligne dite de « déconfliction » avait été érigée pour éviter tout dérapage. En février, une centaine de combattants prorégime avaient été tués dans des frappes de la coalition internationale à Deir ez-Zor, Washington assurant que ces raids intervenaient après une offensive des forces loyalistes contre un QG des FDS. En septembre 2017, les FDS avaient accusé la Russie d’avoir bombardé une de leurs positions, tuant un de leurs combattants et en blessant d’autres. À la faveur du conflit qui ravage la Syrie depuis 2011 et qui a fait plus de 350 000 morts, la communauté kurde, qui domine les FDS, a imposé une autonomie de facto sur les territoires sous son contrôle dans le nord du pays. Mais le régime, qui tient déjà plus de la moitié du territoire syrien grâce à l’appui militaire de Moscou, est déterminé à reconquérir l’intégralité du pays.
Sur un autre front, dans la périphérie sud de Damas, son aviation pilonnait hier le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, mais aussi le quartier voisin de Hajar el-Aswad, tenus par l’EI, selon l’OSDH. Cette opération intervient après la reconquête totale des territoires rebelles dans la Ghouta orientale, près de Damas, annoncée à la mi-avril, après des semaines de bombardements meurtriers et des accords d’évacuation imposés aux insurgés. Des colonnes de fumée s’élevaient des abords de Yarmouk après des frappes aériennes, tandis que les tirs des francs-tireurs étaient entendus dans le secteur, qui participait à une visite de journalistes organisée par les autorités. « L’opération ici est différente de celle de la Ghouta orientale », assure une source militaire. « Ici, les bâtiments sont collés les uns aux autres et les ruelles sont étroites, ce qui ne permet pas le passage des chars », poursuit-il.
Les médias d’État syriens ont annoncé hier en fin de soirée qu’un accord d’évacuation de Yarmouk a été conclu. L’accord doit commencer aujourd’hui et concerne « des groupes terroristes » qui seront transférés vers des territoires insurgés dans le Nord-Ouest syrien, selon l’agence officielle SANA, qui ne nomme pas les jihadistes de l’EI.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué