Liban

La diplomatie libanaise critique vertement le HCR

Le ministère libanais des Affaires étrangères a critiqué hier avec virulence le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) qui avait pris ses distances mercredi sur la question du retour de près de 500 réfugiés syriens chez eux après s’être installés à Chebaa, au Liban-Sud. Le ministère a accusé le HCR de favoriser l’implantation des réfugiés syriens au Liban.
 « Le ministère regrette le contenu du communiqué publié par le HCR au sujet des quelque 500 réfugiés syriens qui sont rentrés à Beit Jin en Syrie, après avoir quitté Chebaa », peut-on lire dans un communiqué du palais Bustros. Le HCR « n’encourage même pas un exemple à petite échelle d’un retour volontaire, sûr et digne qui respecte tous les principes humanitaires et les usages internationaux », estime le ministère. Il affirme que l’agence onusienne « fait peur aux réfugiés pour les dissuader de rentrer en cette période, en affirmant que la situation n’est pas sûre ». « Cela confirme nos peurs concernant une volonté sérieuse de naturalisation (des réfugiés) en instillant la peur dans le cœur des déplacés et en obstruant les efforts visant à leur retour (...) », poursuit le ministère. Celui-ci a fait savoir qu’il allait « réévaluer le travail du HCR dans ce domaine et en cette phase spécifique », et qu’il lui « réclame des comptes conformément aux usages diplomatiques (...) ».


Le ministère libanais des Affaires étrangères a critiqué hier avec virulence le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) qui avait pris ses distances mercredi sur la question du retour de près de 500 réfugiés syriens chez eux après s’être installés à Chebaa, au Liban-Sud. Le ministère a accusé le HCR de favoriser l’implantation des réfugiés syriens au...

commentaires (0)

Commentaires (0)