Spécial Orientation professionnelle / Édition 3

Le styliste : un artiste et créateur souvent solitaire

Photo DR

27/03/2018

Véritable métier de création et d’art, le stylisme est très tendance et séduit de plus en plus. Le styliste est l’une des pièces centrales dans une marque ou une entreprise de prêt-à-porter, car c’est lui qui est chargé de cibler tous les phénomènes de société en la matière pour créer les vêtements, les chaussures ou les sacs qui peuvent rencontrer un grand succès. Même si la concurrence est très rude dans ce secteur d’activité, le métier de styliste est très recherché et reste en vogue.

Description du métier
Le styliste crée les nouvelles collections d’une marque de mode ou de prêt-à-porter. Il doit anticiper en surveillant les tendances de la mode et en analysant les phénomènes de société. Il intervient aussi dans les domaines du marketing, du commercial et de la technique, de même qu’il travaille en étroite collaboration avec le modéliste qui réalise concrètement les prototypes. Il peut participer aux opérations de contrôle tout au long de la fabrication pour l’évaluation du prix de revient prévisionnel du produit. Mais le styliste n’est pas seulement un artiste. Moins de 20 % de son temps de travail est consacré à la création pure, le reste étant essentiellement du travail technique et du marketing.

Comment devenir styliste ?
Plusieurs formations sont disponibles pour se préparer à ce métier. Plusieurs diplômes sont envisageables : BTS (brevet de technicien supérieur), Bachelor (licence) ou master en stylisme, MBA en mode… Depuis plus de 175 ans, Esmod Paris forme principalement aux métiers du stylisme et du modélisme, de l’atelier aux structures industrielles de pointe. L’école est installée depuis plus de 18 ans à Beyrouth, en partenariat avec l’Université Saint-Joseph depuis septembre 2017.
La formation se déroule en trois ans et aboutit à une licence (180 crédits européens). « Ce programme intensif de trois ans permet aux étudiants d’acquérir d’excellentes compétences techniques tout en développant et affinant leurs capacités en créativité et en marketing. Au cours de la dernière année, les étudiants dessinent et créent une collection de vêtements en se spécialisant sur un marché spécifique », explique Pierre Najm, directeur du service étudiant d’information et d’orientation à l’Université Saint-Joseph (USJ). « Ce programme permet également aux étudiants de se lancer dans l’industrie de la mode dès qu’ils obtiennent leur diplôme universitaire, précise-t-il. La formation se divise entre stylisme et modélisme. Le stylisme aborde le design créatif, là où le modélisme le traduit en termes de construction par des drapés, des coupes ou des coutures. C’est la combinaison de ces deux disciplines qui confère à la méthodologie Esmod sa valeur ajoutée et apporte aux diplômés de l’école une expertise technique et créative sans égal. »
« Force est de constater qu’au cours des 177 années d’expérience dans le domaine pédagogique, Esmod a réussi à se distinguer à plusieurs niveaux », poursuit Pierre Najm. Les plus importants étant notamment le réseau international de 20 écoles dans le monde permettant de s’enrichir les unes les autres grâce à l’échange de professeurs. Un réseau qui constitue également une opportunité pour les étudiants d’effectuer des échanges entre écoles au cours du cursus de 3 ans.

Qualités et compétences requises
Pour devenir styliste, il est tout d’abord indispensable d’avoir un bon coup de crayon et de savoir dessiner, tout en maîtrisant parfaitement les outils informatiques.
La créativité et l’observation sont deux qualités majeures chez un bon styliste, ainsi que la maîtrise de l’anglais et d’autres langues pour communiquer facilement avec des clients du monde entier.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué