Rechercher
Rechercher

turquie

"La mort du journalisme indépendant" : Erdogan en passe de renforcer son emprise sur les médias

Un conglomérat proche du président turc en passe de racheter le plus grand groupe de presse notamment constitué autour du quotidien Hürriyet, considéré comme le "journal de référence", de l'agence de presse Dogan, de la chaîne de télévision Kanal D et de la chaîne d'information CNN-Türk.

Le siège du groupe Dogan à Istanbul, le 22 mars 2018. Le groupe Dogan, plus grand groupe de presse de Turquie, en passe d'être racheté par une holding proche du président turc Recep Tayyip Erdogan. REUTERS/Kemal Aslan

Le plus grand groupe de presse de Turquie était jeudi en passe d'être racheté par une holding proche du président turc Recep Tayyip Erdogan, une transaction qui renforcerait la mainmise du pouvoir sur les médias.

Le groupe Dogan a annoncé dans un communiqué que des discussions étaient en cours en vue de son achat par le conglomérat Demiroren Holding, qui possède déjà deux journaux pro-Erdogan. Les discussions se déroulent sur la base d'une valeur opérationnelle de 1,1 milliard de dollars et une valeur boursière de 890 millions de dollars en tenant compte des dettes du groupe Dogan.

Dogan Holding est notamment constitué autour du quotidien Hürriyet, considéré comme le "journal de référence" en Turquie, de l'agence de presse Dogan, de la chaîne de télévision Kanal D et de la chaîne d'information CNN-Türk.
La version en anglais de Hürriyet, Hurriyet Daily News, est particulièrement lue par les expatriés et les diplomates en poste en Turquie.

Si elle devait se réaliser, cette transaction renforcerait l'inquiétude des défenseurs de la liberté de la presse en Turquie qui dénoncent la multiplication des pressions contre les médias sous la présidence de M. Erdogan, en particulier depuis le putsch manqué de juillet 2016. "Cette vente consacre la mort du pluralisme et du journalisme indépendant", a affirmé dans un communiqué Erol Önderoglu, représentant de Reporters Sans Frontières (RSF) en Turquie. "A l'approche des élections générales de 2019, l'emprise du gouvernement sur les médias est désormais totale".


(Pour mémoire : Putsch manqué en Turquie : prison à vie pour trois journalistes renommés)



"Tolérance zéro"
"Avec ce rachat d'ampleur, y compris de Hürriyet, l'industrie des médias de masse en Turquie passe sous le contrôle politique direct du président Erdogan", a commenté sur Twitter Kadri Gürsel, grand nom de la presse en Turquie.

Un journaliste du groupe Dogan parlant à l'AFP sous couvert d'anonymat a estimé que le changement de pavillon attendu traduisait "un manque de pluralisme et une tolérance zéro pour les opinions dissidentes". "La liberté d'expression en Turquie touche le fond".

Longtemps considéré comme le représentant de l'establishment turc, le groupe Dogan a eu une relation délicate avec M. Erdogan, marquée par des années d'opposition à l'homme fort de Turquie, avant d'adopter une ligne plutôt progouvernementale.

Hormis quelques journaux, la plupart des grands médias turcs appartiennent à des holdings actifs dans plusieurs secteurs comme la construction ou l'énergie. Pour nombre d'observateurs, cette particularité les expose aux pressions des autorités.
La quasi-totalité des médias grand public suivent la ligne gouvernementale, en dehors de quelques exceptions, comme le journal Cumhuriyet, dont le patron, le rédacteur en chef et plusieurs journalistes sont actuellement en procès pour activités "terroristes".

En 2009, Dogan avait été condamné à une amende colossale qui l'avait poussé à vendre - à Demiroren Holding, déjà - deux de ses principaux titres de presse, Milliyet et Vatan.


(Lire aussi : "Graves" violations des droits de "centaines de milliers de personnes" en Turquie, accuse l'ONU )


"Pays fermé" 
Journalistes incarcérés, médias fermés : les ONG pointent régulièrement les pressions contre les médias en Turquie, pays qui occupe la 155e place sur 180 au classement de la liberté de la presse établi par RSF.

Demiroren Holding, fondé et dirigé par Erdogan Demiroren, est actif notamment dans les secteurs de l'énergie, de la construction et du tourisme. Dans un enregistrement diffusé par des médias en 2014, un homme présenté comme étant Demiroren pouvait être entendu en train de présenter des excuses en sanglotant à M. Erdogan, alors Premier ministre, après la publication par Milliyet de révélations explosives sur le processus de paix avec les Kurdes.

Un autre développement renforçant les craintes pour la liberté d'expression en Turquie a eu lieu sur le terrain législatif avec le vote par le Parlement tard mercredi d'une loi étendant l'autorité du Haut-conseil turc de la radio et de la télévision (RTÜK) aux contenus audiovisuels publiés en ligne. Cette loi oblige les organisations, locales ou internationales, qui souhaitent diffuser du contenu audiovisuel en ligne à obtenir une autorisation de diffusion auprès du RTÜK, qui aura donc compétence pour les bloquer ou les interdire.


Pour mémoire
En Turquie, « le journalisme a été progressivement tué sous les différents mandats d'Erdogan »

« Journalisme, pas terrorisme », se défend le quotidien « Cumhuriyet »    

Face à la désillusion en Turquie, la fuite des cerveaux

Le président d'Amnesty en Turquie restera finalement en détention

Macron mal informé sur la liberté de la presse en Turquie, selon Ankara

La purge en Turquie s'étend aux entreprises, des journalistes menacés de prison



Le plus grand groupe de presse de Turquie était jeudi en passe d'être racheté par une holding proche du président turc Recep Tayyip Erdogan, une transaction qui renforcerait la mainmise du pouvoir sur les médias.

Le groupe Dogan a annoncé dans un communiqué que des discussions étaient en cours en vue de son achat par le conglomérat Demiroren Holding, qui possède déjà deux...

commentaires (1)

Le pluralisme n'a jamais existé en Turquie ni hier ni avant hier... Même il y a 15 ans au "sommet de leur gloire" du semblant démocratie qu'ils avaient, au moment de l'arrivée au pouvoir en tant que premier ministre du petit sultanet, Erdogan, ils avait toujours des articles dans leur constitution qui leur interdisait d'avoir la liberté d'expression comme tous pays démocratique, par exemple parler des kurdes ou encore leur langue, ou prononcer le mot génocide arménien (mais il y a encore plein d'autres exemples) leur faisait encourir une peine de prison et une amende.... De nos jours et les dix dernières années la Turquie est passé au rang des pays totalitaires les plus sanguinaire sur la planète. Elle est la plus grande prison du journalisme... Et l'opposition .... Est néant ... Un vrai trou noir ....

Sarkis Serge Tateossian

02 h 41, le 23 mars 2018

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Le pluralisme n'a jamais existé en Turquie ni hier ni avant hier... Même il y a 15 ans au "sommet de leur gloire" du semblant démocratie qu'ils avaient, au moment de l'arrivée au pouvoir en tant que premier ministre du petit sultanet, Erdogan, ils avait toujours des articles dans leur constitution qui leur interdisait d'avoir la liberté d'expression comme tous pays démocratique, par exemple parler des kurdes ou encore leur langue, ou prononcer le mot génocide arménien (mais il y a encore plein d'autres exemples) leur faisait encourir une peine de prison et une amende.... De nos jours et les dix dernières années la Turquie est passé au rang des pays totalitaires les plus sanguinaire sur la planète. Elle est la plus grande prison du journalisme... Et l'opposition .... Est néant ... Un vrai trou noir ....

    Sarkis Serge Tateossian

    02 h 41, le 23 mars 2018