Liban

Rome II, des assises politiques par excellence

Dans les coulisses de la diplomatie
09/03/2018

La conférence internationale de soutien à l’armée libanaise, Rome II, s’ouvrira jeudi prochain dans la capitale italienne. Le Liban y sera représenté par le chef du gouvernement, Saad Hariri, qui sera accompagné des ministres des Affaires étrangères, Gebran Bassil, de la Défense, Yaacoub Sarraf, et de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, ainsi que d’un groupe d’officiers supérieurs qui doivent exposer aux représentants des 41 États arabes et occidentaux qui y participeront les deux plans quinquennaux établis respectivement par l’armée et par les Forces de sécurité intérieure.

Ces deux documents doivent servir de base pour déterminer les aides matérielles et logistiques qui devraient être fournies à l’armée et aux FSI. L’armée doit, entre autres, exposer les étapes nécessaires pour parvenir à réduire sa présence à l’intérieur du pays et la consolider tout le long des frontières, que ce soit avec Israël ou la Syrie.  Le chef du gouvernement est appelé à prononcer un discours qui sera axé sur l’importance du rôle qui a été assumé par les services de sécurité dans la protection du Liban contre le danger terroriste.

Un diplomate italien devait à ce propos relever que Rome II est par excellence une conférence politique et non pas une réunion destinée à rassembler des dons pour le Liban. Selon lui, chaque État participant doit prendre conscience des efforts fournis par le Liban pour préserver sa souveraineté et sa sécurité et pour lutter contre le terrorisme d’une manière qui a surpassé, toujours selon le même diplomate, celle du reste des pays de la région, puisqu’il a même réussi à neutraliser les cellules terroristes dormantes, après avoir chassé les groupes jihadistes des jurds où ils avaient pris position à la frontière avec la Syrie.

On ignore toujours le niveau de la représentation des 41 États qui prendront part à la conférence de Rome. On sait seulement que le département d’État américain a décidé de se faire représenter par le secrétaire d’État adjoint pour les affaires du Moyen-Orient, David Satterfield, et par un groupe d’officiers supérieurs américains.



Lire aussi

Paris accorde 14 millions d'euros d'aide militaire au Liban

Le groupe de navires français « Jeanne d’Arc » en escale au Liban

Le Brésil participera aux conférences de soutien au Liban, affirme son ministre des Relations extérieures

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué