X

Économie

Agriculture : au Liban, les femmes gagnent toujours moitié moins que les hommes

Rapport

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ajoute que seule une exploitation agricole sur dix est gérée par une femme.

09/03/2018

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié hier, à l’occasion de la Journée internationale des droits de la femme, les principales statistiques mettant en exergue les inégalités qui existent entre les hommes et les femmes dans le secteur agricole.

Selon l’organisation onusienne, 43 % des personnes qui travaillent dans l’agriculture au Liban sont des femmes. Leurs salaires sont en outre moitié moins élevés que ceux des hommes, pour des tâches équivalentes. La FAO enchaîne en indiquant que seules 9 % des exploitations agricoles au Liban – fermes et élevages compris – sont gérées par des femmes, ces dernières ne cultivant que 5 % du total des terres agricoles référencées dans le pays.

Inférieur au salaire minimum
La plupart des chiffres cités proviennent de rapports publiés par l’organisation onusienne et le ministère libanais de l’Agriculture entre 2010 et 2015 qui sont toujours d’actualité aujourd’hui, a confirmé à L’Orient-Le Jour le service de presse de la FAO. Seule exception : la proportion de femmes dans la population agricole, qui a été extraite d’un rapport que la FAO et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) prévoient de publier en 2018.

« Il est difficile de commenter ces chiffres en l’absence de recensement précis et actualisé de la population active qui travaille dans l’agriculture », considère le président de l’Association des agriculteurs, Antoine Hoyek. Pour ce dernier, les chiffres avancés par la FAO correspondent surtout à la réalité dans la plaine de la Békaa – où est située une importante partie des terres agricoles du pays. Il souligne également qu’une partie des femmes qui travaillent dans l’agriculture dans cette région sont membres de « tribus bédouines originaires de Syrie. »

Selon la FAO, le secteur contribue à hauteur de 5 % du PIB libanais – 10 % en comptant sa participation à l’industrie agroalimentaire – et mobilise 8 % de la population active du pays. Il n’existe pas pour l’instant de statistiques détaillées et récentes permettant de mesurer et d’identifier la population agricole du pays du Cèdre. Selon le dernier recensement effectué par le ministère de l’Agriculture en 2010, il y aurait environ 170 000 agriculteurs au Liban. Le Centre de recherches et d’études agricoles libanais (Creal) estime pour sa part qu’environ 200 000 familles dépendraient directement ou indirectement de ce secteur, qui emploie en outre de nombreux Syriens, permanents ou saisonniers. Dans une étude publiée en septembre et réalisée à partir d’entretiens réalisés auprès de 238 fermes, réparties dans l’ensemble des régions du pays, le Creal avait enfin révélé que le salaire médian pour un employé permanent dans ce secteur était d’environ 426 dollars, soit en dessous du salaire minimum légal de 450 dollars, avec d’importantes disparités. Enfin, la totalité des représentants des syndicats d’agriculteurs au pays du Cèdre qui interviennent sur la scène publique sont des hommes.



Pour mémoire

La FAO peaufine son registre des agriculteurs libanais

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA DISCRIMINATION EST PARTOUT ET EN TOUT CONTRE LES FEMMES ! EGALITÉ !!!

Bery tus

par contre ca ce n'est pas correct du tout !! Egalite dans le gagne pain ... 1er moteur de la liberation de la femme

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué