X

À La Une

Législatives : Siniora annonce qu'il ne se présentera pas

Liban

"Mes convictions sont en contradiction avec les principes de la loi électorale, a affirmé l'ancien Premier ministre et chef du bloc parlementaire sortant du courant du Futur.

OLJ
05/03/2018

L'ancien Premier ministre libanais Fouad Siniora, chef du bloc parlementaire sortant du courant du Futur, a annoncé lundi qu'il ne se présenterait pas lors des prochaines élections législatives prévues le 6 mai.

Dimanche, le Premier ministre Saad Hariri avait demandé, à son retour à Beyrouth après une visite en Arabie saoudite, au député sortant de Saïda, au Liban-Sud, de se représenter dans cette circonscription lors d'une visite-surprise au domicile de ce dernier. M. Siniora lui avait alors demandé quelques heures de réflexion.

"Après la demande de Saad Hariri de me représenter aux prochaines législatives, j'ai finalement décidé de ne pas concourir", a déclaré M. Siniora lors d'une conférence de presse au siège du Parlement aux côtés de plusieurs députés du bloc du Futur, dénonçant  mode de scrutin proportionnel, avec vote préférentiel en faveur d'un candidat par liste. Les électeurs doivent choisir la liste dans son intégralité, sans possibilité de panachage. "Mes convictions sont en contradiction avec les principes de la loi électorale", a déclaré M. Siniora.

"Mais ma non-candidature ne signifie absolument pas que je m'éloigne du courant du Futur", a-t-il souligné. M. Siniora, compagnon de Rafic Hariri et chef de file de l’aile dure au sein du courant du Futur sur les questions de souveraineté, avait été quelque peu éloigné du centre de décision de la formation au lendemain de la curieuse aventure de Saad Hariri à Riyad.

Dans la soirée, ce dernier a commenté la décision de M. Siniora. "En 2009, j'avais fait pression sur Fouad Siniora pour qu'il soit candidat. Neuf ans plus tard, il fait partie des nôtres et nous nous tiendrons à ses côtés jusqu'à la fin", a-t-il déclaré.

Dans la circonscription du Liban-Sud I (Saïda-Jezzine), le Futur devrait être représenté par la député sortante Bahia Hariri. La composition de la liste du Futur reste à déterminer.



Lire aussi
Riyad invite Hariri à ne pas lâcher les pôles souverainistes

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Evariste

Pour ce qui se moquent de Fouad Siniora.

J’etais en mission pour la Banque Mondiale. Le projet de remettre en état le cadastre du Liban. Monsieur Siniora a travaillé avec acharnement avec son conseiller Bassel Fuleihan pour remettre en état le cadastre du Liban, qui n’avait pas été touché depuis le mandat français. Ces Messieurs, ont rendu un service extraordinaire à leur pays et j’en suis témoin.

Aussi, je me trouvais un jour, attendant mon tour pour payer les frais de sortie d’un hôpital. Devant moi, un homme suppliait la guichetière d’accéléler son travail de peur de se retrouver avec sa femme, sur chaise roulante, en attente d’un ascenseur qui n’arrivera pas, faute de courant. Elle l’envoya promener. A mon tour, je lui dis: vous vous rendez compte c’etait qui que vous avez renvoyé? Je passe sur ses commentaires. Quand je l’ai informé que c’etait le premier ministre du Liban qu’elle avait emballé avec ses propos désobligeants, elle ne savait plus comment réagir. L’hôpital en question appartenait au ministre de la santé du cabinet Siniora.

Monsieur Siniora. Monsieur. N’en déplaise à ceux qui ne savent que se moquer.

Je me rends compte que ce message pourrait ne pas passer à travers les mailles de Dame Anastasie, mais il fallait que je témoigne.

Ne plaignez point ceux qui souffrent de la censure, quand un journal comme l’Orient se permet de censurer les commentaires de ces lecteurs.

Grand Duc

Si seulement toutes les anciennes figures politiques (et sans exception !) trouvaient que "leurs convictions étaient en contradiction avec les principes de la loi électorale", et cédaient le terrain à du nouveau sang (ni Hezbollah, ni Futur, ni Patriotique, ni Amal, ni Progressif Socialiste, ni FL, ni Kataeb, etc., etc., etc.) Allez bougez de là et donnez la chance à la société civile...

Irene Said

Notre conviction est que tous ceux qui ont amené le Liban dans le chaos actuel:
Les Sunnites, les Druzes, les Chiites, les "Résistants", les Chrétiens, les vieux, les jeunes disparaîssent du paysage et nous foutent enfin la paix !
Il doit bien y avoir quelques vrais patriotes à l'intérieur des 10'452 Km2 de notre pays...non ?

Sinon...eh bien nous risquons de devenir une province de la Syrie très respectable sauvée par un "Héros" pur et dévoué, ou de l'Iran guidé par des "infaillibles au turban noir".

Que de joies en perspective !

Irène Saïd

ON DIT QUOI ?

Oh noonnnnnnnn tout sauf lui !!!!!!

Une grosse perte pour le paysage politique libanais. Hahahahaha......

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CONVICTIONS EN CONTRADITION AVEC LA LOI ELECTORALE... SEULEMENT ? ET QU,EN EST-IL DES ELECTIONS A L,OMBRE DES ARMES ILLEGALES ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants