X

À La Une

Les Emirats accusés d'influencer Trump : un homme d'affaires américano-libanais dans le collimateur

Dans la presse

Georges Nader a été questionné par le procureur Robert Mueller sur les velléités émiraties de "s'acheter une influence politique" auprès de Trump.

OLJ
04/03/2018

L'homme d'affaires américain d'origine libanaise, Georges Nader, a été interrogé ces dernières semaines par le procureur spécial Robert Mueller, qui s'intéresse aux velléités présumées des Emirats arabes unis de "s'acheter une influence politique" auprès du président Donald Trump, selon un article du New York Times paru dimanche.

Le journal américain décrit M. Nader comme un "négociateur de l'ombre avec la Syrie pendant la présidence Clinton", "conseiller du prince héritier émirati Mohammad bin Zayed al-Nahyan" et "visiteur fréquent de la Maison-Blanche l'année dernière".

Selon le quotidien, les enquêteurs de M. Mueller, qui mène l'enquête sur une possible collusion entre l'équipe du président Donald Trump et la Russie pendant la campagne présidentielle de 2016, ont interrogé M. Nader qui aurait tenté d'influencer la politique étrangère des Etats-Unis en faveur des Emirats, notamment en "donnant de l'argent en soutien à Trump durant la dernière campagne présidentielle".

L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, de même que Bahreïn et l'Egypte, ont rompu en juin dernier leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de promouvoir le terrorisme, ciblant aussi dans cette initiative l'Iran, ennemi juré de Riyad.

Le New York Times cite le cas d'une relation de M. Nader, Eliott Broidy, un mécène de la campagne de Trump, très proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a des centaines de millions de dollars de contrats avec la famille régnante émirati. M. Broidy a oeuvré ces derniers mois pour pousser l'administration Trump à se rapprocher des Emirats.

Selon le quotidien, M. Nader aurait rencontré à plusieurs reprises l'ex-conseiller stratégique de M. Trump, Steve Bannon, et l'influent gendre du président américain, Jared Kushner.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE N,EST SEULEMENT PAS AU LIBAN OU TOUT EST A ACHETER ET A VENDRE !

Sarkis Serge Tateossian

Des tireurs de ficelles a toujours existé...
Mais cette fois-ci on va finir par croire que ce président Trump fantoche arrivé directement des plateaux de téléréalités n'est qu'un nain de la diplomatie, à la tête de la plus puissante armée au monde...

Cela pose un petit problème.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants