X

Économie

Liban : Baisse de la demande immobilière au quatrième trimestre 2017

Indicateur
OLJ
28/02/2018

La demande des Libanais sur le marché immobilier a baissé de 9,3 % au quatrième trimestre 2017 par rapport au trimestre précédent, selon l’indice de la Byblos Bank. Cet indice, basé sur un sondage réalisé tous les mois auprès d’un échantillon de 1 200 résidents libanais, a également baissé de 3,3 % par rapport au quatrième trimestre 2016. Seuls 5,1 % des résidents libanais ont exprimé leur volonté d’acheter ou de construire un bien immobilier dans les six prochains mois, contre une moyenne de 6,9 % sur les dix dernières années, et un pic de près de 15 % au deuxième trimestre 2010.


Hausse des taxes

 « La demande immobilière au Liban est corrélée à la stabilité politique, à la confiance des consommateurs et à l’activité économique. La demande immobilière a donc baissé au quatrième trimestre 2017 », avec la démission avortée du Premier ministre Saad Hariri le 4 novembre, commente le directeur du département de recherche de la Byblos Bank, Nassib Ghobril, cité dans un communiqué. En outre, « les résidents libanais considèrent que l’augmentation des taxes et des frais affectera négativement leur revenu disponible et leur pouvoir d’achat, ce qui aura un impact sur leurs budgets déjà limités. Cela augmentera le coût des transactions immobilières et aura un impact négatif sur la demande », continue-t-il. 

Au niveau des régions, c’est au Liban-Nord que la demande sur le marché de l’immobilier est la plus élevée au deuxième trimestre, où 9,8 % des personnes interrogées planifient d’acheter ou de construire un bien immobilier dans les six prochains mois (contre 9,7 % au trimestre précédent). Cette région est suivie par Beyrouth, le Liban-Sud, le Mont-Liban et la Békaa, où seulement 2,1 % des résidents veulent acheter ou construire un bien immobilier. 

La demande des ménages sur le trimestre a baissé chez les Libanais quel que soit leur niveau de revenu, peut-on lire dans le communiqué. Une tendance qui pourrait s’accentuer au 1er trimestre 2018 suite au resserrement du crédit immobilier par les banques commerciales depuis le début d’année, en conséquence de la décision de la Banque du Liban de modifier les conditions d’octroi de ses subventions aux prêts au secteur privé en général, dans le cadre de son dernier plan de relance (circulaire n° 485 du 1er février). Selon plusieurs sources concordantes, les nouvelles modalités de la BDL ont eu pour effet de limiter le montant de l’enveloppe de prêts subventionnés sur le total de près d’un milliard de dollars prévu par la circulaire n° 485 que chaque banque pouvait mobiliser.

Cette situation a également impacté l’Établissement public de l’habitat (EPH) dont la mission est de permettre aux ménages les plus modestes de devenir propriétaires en prenant notamment en charge les intérêts sur les prêts pour l’acquisition d’un bien immobilier pendant les premières années suivant la conclusion du contrat. 


Lire aussi

Immobilier : à quoi s’attendre en 2018 au Liban ?

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

yves kerlidou

Sans blague ! quelle surprise ! comme si le Liban pouvait échapper à cette situation on va droit vers une explosion de la bulle immobilière et pas besoin d'être un spécialiste de la voyance

George Khoury

Au vu de la situation economique, politique, ecologique et des loyers qu'on peut tirer d'un bien immobilier, le m2 doit etre vendu au maximum dans les quartier huppe de la capitale aux alentours de US$2,500

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants