X

Moyen Orient et Monde

Après la « Guerre du hommos » entre le Liban et Israël, le couscous va-t-il s’emmêler les plats au Maghreb ?

Polémique

Une initiative devrait réunir Algérie, Maroc, Tunisie, Libye, Mauritanie et même Mali dans le cadre d’un projet commun d’inscription du mets emblématique au patrimoine immatériel de l’humanité de l’Unesco.

OLJ/Joëlle GARRUS/AFP
14/02/2018

Un plat de couscous pourrait-il adoucir les relations diplomatiques compliquées entre les pays d’Afrique du Nord ? Un projet commun d’inscription du plat emblématique de la région à l’Unesco pourrait au moins amorcer un réchauffement.

Où fait-on le meilleur couscous ? Quels ingrédients sont légitimes, lesquels sont apocryphes ? Maroc, Algérie, Tunisie, Libye... Les pays du Maghreb ont tous leur idée et revendiquent le savoureux plat, y compris sur les réseaux sociaux. Voulant sans doute éviter un psychodrame comme celui de la « Guerre du hommos » entre le Liban et Israël, qui se disputent la paternité de la purée de pois chiches, plusieurs experts des pays du Maghreb doivent débattre d’une éventuelle demande commune d’inscription du couscous au patrimoine immatériel de l’humanité. Slimane Hachi, directeur du Centre algérien de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) et promoteur du projet, a précisé à la radio algérienne que l’initiative devrait réunir Algérie, Maroc, Tunisie, Libye, Mauritanie et même Mali, sans donner de date ni de lieu. Une démarche à l’issue incertaine, mais qui a plus de chance d’aboutir qu’une tentative unilatérale : en 2016, l’Algérie avait suscité un tollé au Maroc, son voisin et rival, en voulant la jouer solo à l’Unesco.

C’est que le couscous n’appartient à aucun des pays du Maghreb en particulier, soulignent experts et gastronomes. « Le couscous a une origine berbère, bien avant que les pays du Maghreb tels qu’on les connaît aujourd’hui n’existent », explique Patrick Rambourg, historien français des pratiques culinaires et alimentaires. « Il remonte incontestablement aux Berbères, même si l’histoire commence avec les Romains, venus avec du blé », abonde l’anthropologue, gastronome et restauratrice parisienne Fatema Hal, née à Oudja, au Maroc. Néanmoins, même l’origine de l’introduction du blé ne fait pas l’unanimité, certains évoquant un apport arabe. Souvent citée, l’historienne culinaire Lucie Bolens avait décrit des pots primitifs de couscous retrouvés en Algérie, remontant au règne du roi Massinissa (202-148 av. J.-C.), Berbère qui unifia la Numidie (nord de l’Algérie et des portions de la Tunisie et de la Libye).
« La paternité est un sujet compliqué, un terrain glissant. Et est-ce si important ? » interroge M. Rambourg, qui préfère mettre l’accent sur l’emblème que sont devenus cette semoule de blé dur et le plat éponyme pour toute la région. « Il y a des plats et des denrées totems : le pain en France, le couscous au Maghreb. (...) La cuisine fait partie de l’identité de tous les peuples, la manière de cuisiner, de servir les plats, révèle ce que l’on est. Pour les pays du Maghreb, le couscous représente une part de leur identité », explique-t-il. Pour autant, « ça ne va pas être simple : il va falloir qu’ils se mettent d’accord entre eux », ajoute-t-il.

Échec de l’intégration régionale
Pour une labellisation, « il faut montrer la permanence historique du plat ou de la pratique, montrer qu’elle s’inscrit dans le quotidien de tous les groupes constituant un peuple ou une nation, que cela fait partie de leur identité, de leur culture », dit encore M. Rambourg. Et ne pas mettre trop tôt en avant l’immense diversité des couscous.

Facile ? « Il y a des positions si figées de part et d’autre qu’il est très compliqué de trouver des terrains d’entente, même sur un sujet qui peut paraître anodin et devrait permettre de trouver des points de rapprochement », regrette Kader Abderrahim, chercheur français à l’Institut Prospective & Sécurité en Europe. « Il y a tellement d’antagonismes accumulés depuis 50 ans et cela s’est beaucoup dégradé, surtout ces derniers mois », ajoute-t-il. Le chercheur rappelle « les rivalités essentiellement entre l’Algérie et le Maroc », nées aux lendemain de l’indépendance de l’Algérie, face au refus des nouvelles autorités de ce pays de reconsidérer les frontières établies sous la colonisation française, alors que le Maroc revendiquait des villes ou portions de territoire. Et de ces divisions est né un paradoxe « incompréhensible » : malgré « une culture commune, une histoire en partie commune, une même langue, une tradition religieuse », le Maghreb « n’a pas réussi son intégration régionale ». Or « le Maghreb, c’est plus fort que l’Europe, divisée par la langue et par l’histoire, que l’Amérique du Sud, divisée aussi par l’histoire et par les langues », pointe M. Abderrahim.
« Si le couscous peut contribuer à réunir, tant mieux ! Mais plutôt que de mettre toute son énergie pour un titre, il faudrait faire le nécessaire pour préserver toute notre cuisine, avec des écoles qui ne se contentent pas d’enseigner une cuisine internationale », relève de son côté Fatema Hal.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

Recette israélienne pour préparer un délicieux hoummous:

Trouver un palestinien qui a préparé du hoummous.
Le virer de chez lui.
C’est prêt.

Sarkis Serge Tateossian

On apprend et on apprend toujours plus ..c'est bien.

Mais venant au Hoummous je suis surpris de sa paternité disputée entre Israël et le Liban....

Sans vouloir être fermé aux suggestions d'autrui, je tien toutefois à rappeler l'importance et la présence quasi traditionnelle du hoummous au Liban, depuis une longue lignée de générations ...
Sa réputation reconnu en tant que spécialité libanaise est mondiale. Les plus grande chaines de distributions dans le monde comme l'enseigne Carrefour ou autres indiquent clairement l'origine libanaise du Hoummous...sur les boites.

Enfin si Israël est né il y a 70 ans ...le Liban existe sous des différentes appellation depuis la nuit des temps.

Ma conclusion : La paternité du Hoummous ne se discute même pas, le hoummous est libanais. Demandez lui et il vous le dira !

Stes David

"même l’origine de l’introduction du blé ne fait pas l’unanimité, certains évoquant un apport arabe". Mais le blé était déjà là des milliers d'années en Europe avant que des arabes ont mis un pied dans la région. Sur Wikipedia on écrit : "L'arrivée du blé en France remonte probablement au Ve millénaire av. J.‑C. ". Ce qui peut-être vrai c'est que les Romains ont donné un rôle plus important au pain et au blé dans la nourriture ('fructibus' pour facilité du transport) ce qui serrait une mauvaise dévelopment d'ailleurs dans la diète de l'homme. Mieux une tabouleh avec plus de persil et moins de blé que l'invers de tabouleh avec bcp de blé et peu de persil, donc la tabouleh libanaise me semble mieux que la marocaine ...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Tête de Turc

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.