X

Moyen Orient et Monde

Nous assistons à l’une des pires périodes de combat depuis le début du conflit, avertit l’ONU

Syrie
OLJ
13/02/2018

Les combats en Syrie n’ont fait qu’empirer depuis que les Nations unies ont réclamé il y a une semaine un cessez-le-feu d’un mois pour permettre la distribution d’aide humanitaire, a mis en garde hier un responsable de l’ONU à Damas.
Les Nations unies avaient lancé mardi dernier cet appel urgent aux belligérants en Syrie, mettant en garde contre « les conséquences désastreuses » de la crise humanitaire qui ravage le pays, en proie depuis 2011 à une guerre meurtrière.
Le Conseil de sécurité de l’ONU n’a pas appuyé cet appel par une résolution, mais doit examiner un nouveau projet de texte concernant une trêve de 30 jours.
Quelques heures avant les pourparlers prévus à New York, le coordinateur humanitaire de l’ONU en Syrie, Ali Zaatari, a renouvelé son plaidoyer en faveur d’un arrêt provisoire des hostilités.
« Depuis notre déclaration du 6 février, lorsque les représentants de l’ONU en Syrie ont appelé à une cessation des hostilités pendant un mois, la situation s’est détériorée », a déploré M. Zaatari dans un communiqué.
« Nous assistons à l’une des pires périodes de combat depuis le début du conflit, avec des centaines de civils tués et blessés, des déplacements massifs (de population) et la destruction d’infrastructures civiles, y compris des installations médicales », a-t-il ajouté.
La semaine dernière, l’aviation du régime syrien a pilonné la Ghouta orientale, enclave rebelle à l’est de Damas, faisant plus de 250 morts en cinq jours, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), tandis que les insurgés tiraient des obus et des roquettes sur la capitale.
En parallèle, l’offensive lancée par la Turquie dans le nord-ouest de la Syrie a déplacé des milliers de familles fuyant les combats à la frontière.
« Nous continuons d’insister sur notre message : cette terrible souffrance du peuple syrien doit cesser. Les Syriens ont déjà fait les frais de ce conflit brutal », a souligné M. Zaatari.
« J’en appelle à nouveau à toutes les parties concernées et à ceux qui ont un pouvoir d’influence sur elles : mettez fin à cette souffrance humaine intolérable », a-t-il insisté.
La Suède et le Koweït ont proposé un nouveau projet de résolution qui exige un cessez-le-feu de 30 jours et la levée des sièges imposés par les belligérants, notamment le régime, à plusieurs localités en Syrie.
Les tractations devaient débuter hier à New York et, selon des diplomates, le texte pourrait être rapidement soumis au vote des quinze membres du Conseil. Mais la Russie – qui a utilisé son veto à plusieurs reprises pour protéger son allié, le président syrien Bachar el-Assad – pourrait bloquer le vote d’une nouvelle résolution.
Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de guerre israélienne contre le Liban, mais les options régionales restent ouvertes, selon Nasrallah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.