X

À La Une

Dons des Emirats et du Qatar au profit des services de santé de Gaza

proche-orient

Selon l'OMS, le don des Emirats allait permettre "de fournir suffisamment de carburant pour permettre aux établissements de fonctionner pendant plusieurs mois".



OLJ/Reuters
10/02/2018

Les Emirats arabes unis et le Qatar ont annoncé qu'ils allaient débloquer au total 11 millions de dollars pour financer l'achat du carburant nécessaire au fonctionnement des générateurs de secours des services de santé de Gaza, ont dit vendredi des représentants.

L'Onu a effectué mardi un appel aux dons, expliquant que les réserves de carburant indispensables au fonctionnement des groupes électrogènes de secours, qui permettent aux hôpitaux et aux services sanitaires de Gaza de fonctionner, seraient épuisées dans les dix jours.

Les Emirats arabes unis ont fait un don de deux millions de dollars (1,6 million d'euros), tandis que le Qatar a promis d'apporter une aide de neuf millions de dollars (7,4 millions d'euros).

Annonçant le don des Emirats dans un communiqué, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué qu'il allait permettre "de fournir suffisamment de carburant pour permettre aux établissements de fonctionner pendant plusieurs mois" L'engagement du Qatar a été annoncé via le site internet de son ministère des Affaires étrangères.

Faute de carburant, les générateurs de secours de trois des 13 hôpitaux de Gaza, ainsi que ceux de 14 des 53 centres médicaux de l'enclave, ont cessé de fonctionner, a annoncé Ashraf al Kidra, porte-parole du ministère de la Santé de Gaza. Cette pénurie est la conséquence d'un conflit entre le Hamas et l'Autorité palestinienne, qui n'ont pas réussi à s'entendre sur un partage du pouvoir malgré l'accord de réconciliation signé en octobre dernier sous la supervision de l'Egypte.

Le Hamas reproche à l'Autorité palestinienne de bloquer le paiement du carburant qui est fourni par Israël. L'Autorité affirme, elle, que le Hamas n'a pas transféré les fonds provenant de la vente des médicaments à Gaza avec lesquels elle achète le carburant.

Ismail Haniyeh, dirigeant du Hamas, a quitté Gaza vendredi en vue d'un nouveau cycle de pourparlers avec des représentants égyptiens au Caire afin de tenter de préserver la réconciliation, a annoncé un porte-parole du Hamas.


(Pour mémoire : La bande de Gaza menacée d'un "effondrement total", prévient l'ONU)


Compenser la diminution de l'aide américaine 

La décision des Etats-Unis de réduire de moitié l'aide financière apportée à l'UNRWA, l'agence des Nations unies qui vient en aide aux Palestiniens, pourrait aussi accentuer la précarité à Gaza.

Washington a annoncé le 16 janvier qu'il suspendait le versement de 65 millions de dollars sur les 126 millions prévus à l'UNRWA et ne débloquerait de ce fait que 60 millions. Les autorités américaines demandent à l'agence des réformes non précisées.

Durant l'année fiscale 2017, qui a pris fin le 30 septembre, l'UNRWA a reçu 355 millions de dollars des Etats-Unis, selon des responsables américains.

Plus de la moitié des deux millions d'habitants de l'enclave palestinienne dépendent du soutien de cette agence de l'Onu et d'autres ONG caritatives.

Le commissaire général de l'UNRWA, Pierre Krähenbühl, a annoncé en janvier qu'il allait entamer une campagne internationale de levée de fonds destinée à maintenir ouvertes en 2018 et au-delà les écoles et les cliniques pour réfugiés que gère l'organisation. Selon lui, notamment 525.000 enfants, fréquentant les 700 écoles de l'UNRWA, pourraient être affectés par la baisse des versements américains.

Donald Trump a menacé début janvier de suspendre le versement de "centaines de millions de dollars par an" à l'Autorité palestinienne parce que celle-ci ne veut selon lui "plus parler de paix".


Lire aussi

Des employés de l'ONU à Gaza protestent contre le gel de l'aide américaine

Gaza : un hôpital paralysé par le manque de carburant

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ma Fi Metlo

C'est pathétique comme ces mini bensaouds sont touchants de bonté vis à vis de leurs frères qu'ils ont vendu à leur preneur en otage.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Tête de Turc

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.