L’édito de Ziyad MAKHOUL

Ministres de quoi, exactement ?

L’édito
05/02/2018

Le contribuable libanais peut dormir heureux : l’argent qu’il donne joyeusement, et qui sert à (grassement) payer les salaires de ses leaders politiques, est magnifiquement utilisé. 
Cela est une sinistre plaisanterie. Parce que les Libanais payent la classe politique qui défait systématiquement leur pays pour, pratiquement, regarder. Ou dynamiter. Ou altérer.

Où étaient les ministres de la Défense et de l’Intérieur lorsque tous les ingrédients d’une néoguerre civile étaient réunis, à Sin el-Fil, à Hadeth et ailleurs, avec les miliciens d’Amal dans les rues, kalachnikovs à la main – où étaient l’armée et les Forces de sécurité intérieure ? Que vont faire le président de la République et le président de la Chambre demain mardi à part montrer qu’ils essayent d’éteindre des feux qu’ils ont eux-mêmes (ou par gendre interposé…) allumés ? Que font-ils tous, à part remercier en silence et en secret un ministre israélien fondamentalement fasciste, Avigdor Lieberman lui-même, de leur avoir servi de prétexte pour, prétendument, se réconcilier ? Que fait le ministre de la Justice pendant que les journalistes, les blogueurs, les artistes, les humoristes ou les utilisateurs des réseaux sociaux qui ont quelque chose à dire et à partager se font harponner et humilier par un appareil judiciaire férocement déterminé à les bâillonner ? Que font exactement les autres ministres? Que font les députés, dans leur quasi-totalité, à part utiliser l’argent que les Libanais leur donnent pour autoproroger leurs mandats, se contentant de légiférer intelligemment et efficacement une fois chaque année bissextile – et encore ?

La campagne électorale est lancée. Les livres libanaises et les dollars des contribuables financent désormais de merveilleuses, et foncièrement vaines, promesses. Celles du chef des Kataëb, principal pilier de l’opposition, ont fait le buzz ce week-end. Aussi populiste soit-il, et il l’était particulièrement : c’est de bonne guerre, le discours de Samy Gemayel était réussi. Il faut dire que la classe au pouvoir lui a infiniment facilité la tâche…

Reste cette virtuelle, cette ultra-utopique consolation : si, un jour, les présidents, ministres, députés et toute la clique au pouvoir depuis au moins quatre décennies se voyaient obligés de rembourser les Libanais pour escroquerie organisée, nous serons sans aucun doute les habitants de la Terre les plus riches.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

a chanter KOULLOUNA ,
a chanter la gloire de aoun, nasrallah, Berri & en tt dernier hariri.
C deja beaucoup et trop leur demander pas vrai ?
OUF ! C fatigant lorsqu'on n'a que ca a faire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE CLOWNERIES ET DE CHIMPANZERIES NOS HEBETES CHEFS, MINISTRES ET AUTO-ALLONGES ET AUTO-PROROGES SONT DES CHAMPIONS MONDIAUX ! KELLON MTE3IIN EL LATTA !!! MAIS HELAS, LES MOUTONS SUIVENT ET BELENT... ET VOTENT POUR LES MEMES ABRUTIS... IL SUFFIT D,UN X OU D,UN Y
HERITIER, PARENT OU DE TOUT AUTRE DESIGNE ZAIM POUR FANATISER, RADICALISER ET CONDUIRE LES TROUPEAUX !

C. F..........

""...si, un jour, les présidents, ministres, députés et toute la clique au pouvoir depuis au moins quatre décennies se voyaient obligés de rembourser les Libanais pour escroquerie organisée, nous serons sans aucun doute les habitants de la Terre les plus riches.""
Non seulement nous serons les habitants les plus riches de la terre, mais sans aucun doute de l’espace. Pas besoin de rappeler leur passé bien documenté, la chute de l’édito suffit. S’il y a une once de honte, ils rougiront. J’ai cru par naïveté que la jeune génération prendra la relève, mais hélas, je répète ma phrase de la semaine dernière : ""les fruits pourris ne tombent jamais loin de l’arbre !"" Avec ce que je viens de lire, la semaine sera bonne. Merci.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué