X

À La Une

Liban : imbroglio sur l'arrêt prochain de la disponibilité des dollars dans les distributeurs automatiques

banques
OLJ
24/01/2018

La Banque du Liban (BDL) a-t-elle eu le projet de demander aux banques libanaises de limiter les retraits dans les distributeurs automatiques aux livres libanaises? Alors que plusieurs sources bancaires ont assuré, mercredi matin, au média Elpah ainsi qu' à l'Orient-Le Jour, que les distributeurs ne donneront plus de dollars à partir du 1er avril, la BDL et l'Association des banques du Liban (ABL) ont démenti ces informations.


L'affaire a commencé quand une source bancaire, interrogée par le média en ligne saoudien Elaph, a rapporté qu'à partir du 1er avril 2018, les distributeurs automatiques, au Liban, ne donneraient plus de dollars. La monnaie américaine pourrait en revanche toujours être retirée à partir des guichets, dans l’enceinte des banques, indiquait cette source.

Une information confirmée, également mercredi matin, par deux sources bancaires interrogées par L'Orient-Le Jour. Selon ces deux sources, qui ont souhaité garder l'anonymat, la banque centrale était sur le point de publier une décision en ce sens. A savoir qu'à partir du 1er avril, les distributeurs automatiques ne donneraient plus de dollars. Seule la monnaie locale, la livre libanaise, aurait été disponible dans les distributeurs. Une deuxième source avait précisé à L'Orient-Le Jour que la Banque du Liban était à l'origine de ce projet. "Dans la plupart des pays à travers le monde, on ne peut retirer de l'argent que dans la monnaie locale", précisait cette source.


Un peu plus tard dans la matinée, le gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé, a néanmoins démenti que la banque centrale allait prendre une décision en ce sens. "Les médias ont rapporté ce matin une information selon laquelle le gouverneur de la Banque du Liban va demander aux banques libanaises d'arrêter de proposer des retraits en dollars américains des guichets automatiques. Le bureau de presse du gouverneur de la Banque du Liban affirme que cette information est fausse", a écrit la BDL dans un communiqué. Un peu plus tôt, interrogée par L'Orient-Le Jour, une source à la BDL n'avait pas souhaité commenter l'information.

L'association des banques du Liban (ABL) a, elle aussi, publié mercredi à la mi-journée, un communiqué démentant tout arrêt de la distribution de dollars par les distributeurs automatiques. "Plusieurs médias ont relayé une information selon laquelle les autorités bancaires s'apprêtaient à publier une circulaire limitant les opérations de retrait d'argent liquide à travers les distributeurs automatiques à la livre libanaise seulement. L'ABL insiste sur le fait que ce sujet n'est pas du tout à l'ordre du jour, et que les banques vont continuer à permettre aux agents et citoyens d'utiliser les distributeurs automatiques pour les dépôts et les retraits en livres libanaises et en devises étrangères", a écrit l'ABL dans un communiqué.

L'Orient-Le Jour s'est néanmoins procuré, par une source bancaire digne de confiance, une lettre qui avait été envoyée par l'ABL le 19 janvier 2018 aux directeurs de banques. Une lettre labellisée "circulaire n°024/2018", dans laquelle il est écrit :

"Etant donné que la BDL est sur le point de préparer l'émission de nouveaux billets de 100 000 livres, et que la BDL est aussi sur le point d'émettre une circulaire limitant les opérations des distributeurs automatiques à la livre libanaise, nous vous convions à une réunion qui se tiendra le 25/1/2018 à 14h au siège de l'ABL, au troisième étage.
Le sujet sera présenté par la BDL, et plus précisément Monsieur Mazen Hamdan, responsable des opérations monétaires.
Nous prions de nommer les responsables des opérations monétaires et des distributeurs automatiques au sein de votre banque. Le nombre de représentants ne doit pas excéder deux personnes"

Une source à l'ABl a indiqué à L'Orient-le Jour que cette réunion avait été annulée.

Interrogée après le démenti de M. Salamé, une source bancaire a assuré à L'Orient-Le Jour qu'il y avait bien eu un projet allant dans le sens de l'arrêt de la distribution de dollars dans les distributeurs. "Il est possible que la BDL ait décidé de rétropédaler après les fuites au sujet de ce projet, et afin d'éviter un mouvement de panique", précise cette source.


Rq : cet article a été actualisé à 16h15



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE BETES REQUETES AMERICAINES DANS SA GUERRE DE FINANCEMENT DU HEZBOLLAH ! RETIRER AU GUICHET POUR SAVOIR QUI RETIRE... SI SIMPLE QUE CA !

Menassa Antoine

Quoique on en dise , résultat des courses : la conclusion est claire nette et précise par le demanti de la Banque Du Liban la plus Haute Autorité De Tutelle sur les Banques .... Mais Sacrebleu cessons de faire peur aux citoyens ils en ont assez ... L on tente en permanence une fois que les Affaires se calment à relancer l inquiétude dans la population par un travail de sape et de démolition accru sur un secteur qui n à pas été touché et qui se porte très bien ...Les gens ne sont plus dupes ... Ceux qui tentent de faire passer de telles infos devraient être punis ...

Sarkis Serge Tateossian

Les agences bancaires doivent-elles prévoir des embauches massives pour répondre à la demande aux guichets ? (des longues queues à l'horizon)...
En rire plutôt ça fait du bien

Yallaaa el-chaab, bed3awad 3akelshi

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

#MaBadnaNsedBouzna

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué