Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Conflit israélo-palestinien

« La stratégie de Abbas est confuse »

Le dirigeant palestinien a estimé dimanche qu'« Israël a mis fin à Oslo », mettant un énième coup d'arrêt aux négociations de paix.

Le président palestinien Mahmoud Abbas s’exprimant durant la rencontre des dirigeants de l’Organisation de libération de la Palestine à Ramallah, dimanche. Mohammad Torokman/Reuters

« Nous disons à Trump que nous n'accepterons pas son plan, l'affaire du siècle s'est transformée en claque du siècle. » Ces mots prononcés dimanche soir par le président palestinien Mahmoud Abbas en réponse à l'offre de paix du président américain sont forts et confirment surtout la perte, à ses yeux, de la place de médiateur de la première puissance mondiale dans le processus de paix israélo-palestinien. La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par Donald Trump et l'annonce, le 6 décembre, du transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem ont asséné l'ultime coup à la relation entre le camp palestinien et les États-Unis, qui s'était déjà bien dégradée ces derniers mois.

« Jérusalem est la capitale éternelle de l'État de Palestine », a affirmé Mahmoud Abbas à l'occasion de l'ouverture de la réunion des cadres de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Ramallah, qui s'est poursuivie hier. « Nous sommes à un moment critique et notre avenir est en danger... On nous offre actuellement Abou Dis comme capitale », a ajouté le dirigeant palestinien. Il confirme ainsi les rumeurs qui couraient depuis décembre sur une offre de plan de paix sponsorisé par Washington et Riyad pour faire de la petite ville d'Abou Dis, située dans le gouvernorat de Jérusalem, la capitale palestinienne.

Si la décision américaine de reconnaître Jérusalem a permis de remettre le conflit entre les Palestiniens et l'État hébreu, qui dure depuis plus de soixante ans, sur le devant de la scène moyen-orientale, elle n'a pas aidé à débloquer des négociations de paix enlisées depuis plusieurs années, mais elle a, au contraire, contribué à polariser les positions de chaque partie.

Pire encore, elle met au placard les efforts déployés par les précédentes administrations américaine, palestinienne et israélienne pour tenter d'obtenir une solution commune au conflit qui constitue l'épicentre de la tension dans la région. « Je dis qu'il n'y a plus d'Oslo, Israël a mis fin à Oslo », a martelé le dirigeant palestinien dimanche. Les accords d'Oslo, auxquels M. Abbas se réfère, ont été signés en 1993 à Washington D.C. par le Premier ministre israélien de l'époque, Yitzhak Rabin, Yasser Arafat, président du comité exécutif de l'OLP, et Bill Clinton, alors président des États-Unis.

 

(Lire aussi : La Ligue arabe va demander à l'Onu de reconnaître la Palestine)

 

 

Quel scénario post-Oslo ?
Le document permettait alors de donner un cadre aux négociations de paix et posait la reconnaissance mutuelle entre les deux parties concernées, un événement historique où les dirigeants présents posaient, tout sourire, pour les caméras sur le perron de la Maison-Blanche, semblant annoncer une résolution du conflit dans un futur proche. Vingt-cinq ans plus tard, l'occurrence paraît bien lointaine, voire presque anecdotique.

Les déclarations de Mahmoud Abbas soulèvent donc de nombreuses interrogations. Ira-t-il jusqu'au bout de ses propos ? Quelles options se présentent alors pour le camp palestinien dans un scénario post-Oslo ? Car l'abandon du texte « signifierait également la dissolution de l'Autorité nationale palestinienne », alors que les zones qu'elle administre ont été définies par les accords d'Oslo, souligne Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des universités et président de l'Institut de recherche et d'études Méditerranée Moyen-Orient (Iremmo), interrogé par L'Orient-Le Jour. « Cela poserait notamment le problème du sort des institutions palestiniennes sous son contrôle, qui sont particulièrement utiles au quotidien pour la population », ajoute-t-il.

Selon l'expert, il en va de même pour le problème des armes du Hamas ou encore de la coopération sécuritaire avec l'État hébreu, dont l'Autorité palestinienne a besoin. Autant d'éléments à prendre en compte, et bien peu d'indications du côté palestinien pour répondre à ces questions.

Dans cette optique, une autre difficulté pour M. Abbas serait également de présenter un médiateur autre que les Américains pour chapeauter les négociations de paix. Une tâche loin d'être facile alors qu'il est peu probable que les Israéliens acceptent un autre intermédiaire que Washington sous l'administration Trump, acquise à leur cause.
« La stratégie de Mahmoud Abbas est confuse pour le moment », observe M. Chagnollaud. Face à un plan d'attaque difficilement lisible du côté palestinien, il s'agit de savoir si la solution à deux États est aussi remise en cause. Si elle a déjà été évoquée par le président palestinien par le passé, un changement de position sur la question irait à l'encontre des intérêts palestiniens dans le contexte actuel. « Le dirigeant palestinien a tout intérêt à tabler sur son succès diplomatique qui a déjà eu un début de concrétisation » ces dernières années du fait de diverses reconnaissances internationales du statut de la Palestine, estime le spécialiste.

 

 

Lire aussi
Les menaces de Trump contre les Palestiniens, un coup d'épée dans l'eau ?

En 2014, rapporte le Haaretz, Netanyahu proposait que l'Egypte donne une partie du Sinaï aux Palestiniens

Israël adopte une loi visant à compliquer le partage de Jérusalem


« Nous disons à Trump que nous n'accepterons pas son plan, l'affaire du siècle s'est transformée en claque du siècle. » Ces mots prononcés dimanche soir par le président palestinien Mahmoud Abbas en réponse à l'offre de paix du président américain sont forts et confirment surtout la perte, à ses yeux, de la place de médiateur de la première puissance mondiale dans le processus...

commentaires (4)

DEPUIS QUAND LES PALESTINIENS ONT UNE STRATEGIE ?

CENSURE GRAND PROBLEME POUR REABONNEMENT + SOUTIEN

11 h 42, le 16 janvier 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • DEPUIS QUAND LES PALESTINIENS ONT UNE STRATEGIE ?

    CENSURE GRAND PROBLEME POUR REABONNEMENT + SOUTIEN

    11 h 42, le 16 janvier 2018

  • D'abord c'est Arafat qui a fait sauter Oslo avec ses intifadas a deux sous pour 2 a 3% de territoire. S'il avait accepter les arrangements proposés de l’époque tout cela n'aura pas eu lieu. Depuis les pernicieux Israéliens en ont profité pour rogner le plus de territoire possible et de les affaiblir a tel point que le Abbas ne peut plus que sucer son pouce lorsqu'il se fâche. Ni Hamas, ni Abou Hamas, ni Hezbollah, ni l'Iran, ni personne n'y peut plus rien car aux yeux des puissances mondiales, ils ne sont pas crédibles. Pourquoi? Eh bien les Palestiniens avaient accepté de remplacer leur pays par la Jordanie. Tentative ratée! Puis par le Liban. Doublement ratée et en plus ce fut la débandade... Quels droits ont ils pu se garder aux yeux du monde? Qui est aujourd'hui enclin a les soutenir autrement qu'avec des mots? Personne... D'ailleurs personne n'en est capable aujourd'hui. Pas même les Russes avec toute leur puissance... Chanter lui plutôt le requiem du rêve de la dite éternelle capitale de la Palestine... Il la retrouvera peut être au Paradis...

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 51, le 16 janvier 2018

  • comment diable peut il avoir l'idee meme d'une quelconque strategie a ce pauvre bougre ! qui n'a jamais su a quel "saint" se vouer, qui s'est habitue a ne rien faire d'autre QUE rouspeter SEULE L'UNION VERITABLE AVEC LE HAMAS en vue d'un VRAI soulevement de l'INTERIEUR peut faire bouger les choses.

    Gaby SIOUFI

    10 h 25, le 16 janvier 2018

  • " Tu n’apprendras rien de tes victoires mais tout de tes défaites. " Proverbe japonais

    FAKHOURI

    10 h 23, le 16 janvier 2018

Retour en haut