X

À La Une

Erdogan menace la "force frontalière" parrainée par Washington en Syrie

conflit

"L'Amérique a avoué qu'elle était en train de constituer une armée terroriste à notre frontière. Ce qui nous revient, à nous autres, c'est de tuer dans l'œuf cette armée terroriste", a lancé le président turc.

OLJ/AFP
15/01/2018

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé lundi de lancer une opération visant à "tuer dans l’œuf" une force que Washington souhaite constituer en Syrie avec notamment des combattants kurdes qu'Ankara considère comme "terroristes".

L'annonce de la création prochaine de cette force de 30.000 combattants dans le nord de la Syrie a provoqué un regain de tension entre les États-Unis et la Turquie, qui craint de voir les milices kurdes syriennes s'implanter durablement à sa frontière.

"L'Amérique a avoué qu'elle était en train de constituer une armée terroriste à notre frontière. Ce qui nous revient, à nous autres, c'est de tuer dans l’œuf cette armée terroriste", a lancé M. Erdogan lors d'un discours à Ankara.

La coalition emmenée par les États-Unis pour lutter contre le groupe État islamique (EI) a annoncé dimanche la création de cette "Force de sécurité frontalière" pour "empêcher la résurgence" des jihadistes.

La force frontalière, qui se constituera "au cours des prochaines années" selon la coalition, sera composée pour moitié par des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes, le reste des effectifs seront de nouvelles recrues.
Or les FDS sont dominées par les Unités de protection du peuple kurde (YPG), une milice kurde considérée par la Turquie comme l'extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation kurde qui livre une sanglante guérilla contre Ankara depuis 1984.

"Un pays, que nous qualifions d'allié, insiste pour implanter à notre frontière une armée terroriste, en dépit de toutes nos objections, de nos mises en garde et de nos recommandations bien intentionnées", a déploré M. Erdogan.

 

(Lire aussi : Quel visage pour la Syrie de demain ?)

 

Opération "à tout moment"
Le porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag, a accusé lundi Washington de "jouer avec le feu" en constituant cette force.

Dans ce contexte de vives tensions, M. Erdogan a affirmé que l'armée turque était "prête" à lancer une opération "à tout moment" contre les bastions des YPG à Afrine et Minbej, dans le nord de la Syrie.
"Les préparatifs sont terminés, l'opération peut commencer à tout moment", a affirmé M. Erdogan, ajoutant que "les opérations se (poursuivraient) jusqu'à ce qu'il ne reste plus un seul terroriste".
L'armée turque a envoyé lundi un convoi d'une vingtaine de blindés à la frontière avec la Syrie, selon l'agence de presse étatique Anadolu.

La Turquie a déjà lancé une offensive dans le nord de la Syrie en août 2016 pour repousser vers le sud les jihadistes de l'EI, mais également pour contrer l'expansion territoriale des milices kurdes.

Si la Turquie voit les YPG comme des "terroristes", les États-Unis considèrent cette force comme l'une des plus efficaces pour combattre l'EI au sol. Appuyées par la coalition internationale, les FDS ont ainsi été le fer de lance de la prise l'an dernier de Raqqa, bastion de l'EI dans le nord de la Syrie.
Cette divergence de vues au sujet des milices kurdes a fortement contribué à tendre les relations entre la Turquie et les États-Unis, pourtant alliés au sein de l'Otan.

En parallèle de ces tensions avec Washington, Ankara, qui appuie l'opposition syrienne, a renforcé ces derniers mois sa coopération avec Moscou, qui soutient le président Bachar el-Assad.
L'annonce de la création de la nouvelle force frontalière en Syrie a également fait réagir la Russie, dont le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov a dit lundi attendre "des explications détaillées".

Le régime syrien a également condamné le projet de création de la force frontalière : une source diplomatique syrienne, citée par l'agence officielle Sana, a qualifié de "traître à la nation" quiconque la rejoindrait.

Ces développements surviennent alors que la Turquie a condamné ces derniers jours la multiplication des frappes des forces du régime de Damas sur la province rebelle d'Idleb (nord-ouest).
Ankara s'inquiète en outre d'une éventuelle participation des YPG à un congrès que le président russe Vladimir Poutine souhaite organiser les 29 et 30 janvier dans la station balnéaire de Sotchi afin de trouver une issue à ce conflit qui a fait plus de 340.000 morts. La Turquie a fait savoir qu'elle ne s'associerait pas à cette initiative si des représentants des milices kurdes devaient s'y joindre.

 

Pour mémoire

Moscou accuse Washington d'entraîner d'anciens combattants de l'EI

Les Kurdes syriens dans le viseur du régime

Coalition internationale contre l'EI : qui fait quoi ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL N,OSERA PAS ! MAIS SI PAR HASARD IL ESSAIE QUELQUE CHOSE IL LE PAYERA CHER LE MINI SULTAN...

Sarkis Serge Tateossian

ohh que oui. Plus le temps passe et plus le "temps" va se gâter entre le mini sultan et l'Amérique.

Depuis cent ans au pays des "pacha criminels" on tuait, on massacrait des peuples pour s'emparer de leurs terres et biens. (au passage en promettant aux pauvres kurdes prospérité fondée sur la richesse amassée aux victimes, (promesse non tenue). Car les familles saboundji et d'autres membres du patronat turc sont les vrais bénéficiaires du génocide de 1915, et non pas les kurdes, preuves bancaires à l'appui).

Toutes les régions de la Turquie où les kurdes habitent, mais aussi les régions où jadis habitaient des arméniens et d'autres minorités chrétiennes sont totalement délaissés et toutes les milliards reçus par l'Europe et l'Amérique durant un siècle ont servi à embellir et enrichir les régions investies par les turques. (Ankara-Istanbul...etc.

De nos jours un KURDISTAN est nécessaire et leur apport à la stabilité de la région est plus que nécessaire et c'est un problème humain.
Ce peuple ne peut pas rester plus longtemps sans patrie et sans défense

Le temps de l'esclavage est terminé ...le Monsieur Erdogan doit comprendre ce fait d'une manière ou d'autres ....

Il est vrai que le sultan vient d'acheter à la Russie (encore non livrés), des missiles terriblement "effrayants" ...
il est désormais capable de déclencher la guerre contre l’Amérique... ouf! Le stratège du XXI siècle est né ?






Bery tus

menacer quoi !?!?! vous pouvez rien faire absolument rien ... c'est la plus grande preuve de connivence entre les USA et la Russie !! on vous l'avez dit aussi que la syrie ne reviendra plus jamais comme avant .. si assad reste la syrie vas etre morceler qu'on le veuille ou non

BOSS QUI BOSSE

Que se passe t'il en terre complotiste contre la Syrie du héros Bashar ?

Les mini WAHABITES s'engueulent en se menaçant de se rentrer dedans , et voilà t'il pas que 2 membres de l'otan sont sur le point de se taper dessus.

Écoutez je vous suggère de demander PARDON aux RÉSISTANTS HÉROS. Ça pourrait marcher.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants