À La Une

Israël dément son implication dans l'explosion d'une voiture piégée à Saïda

Liban

L'explosion a visé le responsable du Hamas, Abou Hamzé Hamdane, qui a été blessé et transporté à l'hôpital.

OLJ
14/01/2018

Un responsable du mouvement islamiste palestinien Hamas a été grièvement blessé aux jambes dimanche dans un attentat à la voiture piégée à Saïda, dans le sud du Liban, a-t-on appris de sources militaires et médicale. "Une bombe a explosé dans la voiture, blessant le propriétaire du véhicule, le Palestinien Mohammed Hamdane", a indiqué l'armée libanaise dans un communiqué. "Mohammed Hamdane, un responsable du mouvement Hamas, a été blessé dans l'explosion d'une bombe placée sous une voiture de marque BMW dans la ville de Saïda", avait auparavant indiqué à l'AFP une source militaire.
Il a été grièvement blessé aux jambes et hospitalisé, selon une source médicale.

La branche libanaise du Hamas a confirmé dans un communiqué qu'un "des ses membres" avait été blessé. "L'explosion l'a blessé à la jambe, a détruit sa voiture et endommagé un bâtiment. Les premiers indices pointent vers les sionistes pour ce crime", a poursuivi le Hamas, en référence à Israël.

Le représentant du Hamas au Liban, Ali Baraka, qui a rendu visite à Mohammed Hamdane dans un hôpital de Saïda, a affirmé devant la presse que le mouvement islamiste "se coordonnait avec les forces de sécurité libanaises pour établir" les circonstances de la "tentative d'assassinat". Selon M. Baraka, l'attentat "porte l'empreinte d'Israël qui tente de détourner l'attention (...) en raison de l'Intifada en Palestine".

L'attentat n'a pas été revendiqué jusqu'à présent. Cependant, le ministre israélien des renseignements Israel Katz a démenti dimanche les accusations palestiniennes, affirmant que le responsable du Hamas n'aurait pas survécu à l'attentat si son pays était impliqué. Dans une entrevue accordée à la radio israélienne d'extrême droite, Galei, M. Katz a dit : "Si nous étions impliqués, ça ne se serait pas terminé avec une légère blessure".
Pour sa part, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman, a affirmé que son pays ne devrait pas réagir à ces accusations de manière formelle. "Il y a une douzaine d'explosions tous les jours au Moyen-Orient et ils essaient toujours d'accuser Israël", a-t-il dit.

Un correspondant de l'AFP s'est rendu sur place et a pu voir la voiture calcinée dans le parking de l'immeuble où réside le responsable du Hamas.
Mohammed Hamdane, dont les fonctions exactes au sein du mouvement restent à préciser, est aussi connu sous le nom d'"Abou Hamza". Une source de sécurité palestinienne a affirmé à l'AFP qu'il était un membre des forces de sécurité. "Son travail est lié aux questions internes palestiniennes", a précisé cette source. "En raison de la nature de son travail, tout pointe vers l'ennemi israélien", pour cette attaque, a-t-elle poursuivi.

Des dizaines de milliers de réfugiés palestiniens vivent au Liban, pour la plupart dans les 12 camps du pays, dont celui de Aïn Héloué, le plus grand, situé près de Saïda (40 km au sud de Beyrouth).
En vertu d'un accord de longue date, l'armée libanaise ne pénètre pas dans les camps, où la sécurité est assurée par des factions palestiniennes.

Aïn Héloué abrite différents groupes armés et est régulièrement le théâtre d'affrontements impliquant de petits groupes extrémistes qui s'y sont implantés au fil des années.
Saïda avait été le théâtre en mai 2006 de l'assassinat d'un dirigeant du Jihad islamique (palestinien), Mahmoud Majzoub, et de son frère Nidal dans un attentat à la voiture piégée. L'armée libanaise affirmait avoir découvert un réseau lié à Israël, qu'elle avait accusé d'être derrière l'attentat.

Un tribunal militaire a condamné à mort en 2010 un ancien membre de la Sûreté générale libanaise reconnu coupable de collaboration avec Israël et d'implication dans l'assassinat des frères Majzoub.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.