Dernières Infos

Programme d'accueil des réfugiés dans l'UE: "priorité" aux femmes en zone libyenne, selon le HCR

AFP
09/01/2018

Les femmes doivent être "prioritaires" dans les programmes d'accueil de réfugiés que les pays européens vont chercher dans la zone libyenne, a estimé mardi un responsable du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

"Les programmes de réinstallation doivent cibler en priorité les femmes", a affirmé l'envoyé spécial du HCR pour la Méditerranée centrale, Vincent Cochetel, lors d'un colloque organisé par l'association France Terre d'Asile, en assurant ne "pas avoir vu une femme réfugiée au Niger qui n'ait pas fait l'objet de viols en Libye". Il faut un "rééquilibrage prioritaire" en leur faveur dans le cadre de ces programmes consistant pour les pays d'accueil à aller chercher directement des réfugiés présélectionnés par le HCR sur la route de la Méditerranée centrale, en Libye ou dans les pays frontaliers.

Les femmes ont représenté 12% des migrants ayant traversé la Méditerranée sur les trois premiers trimestres de 2017.

Alors que le HCR a demandé l'an dernier aux pays d'accueil de s'engager sur 40.000 places supplémentaires, "le compte n'y est pas" puisque pour le moment seules "10.000 places environ sont plus ou moins garanties", a affirmé M. Cochetel. "On espère que cela va se clarifier dans les semaines à venir", a-t-il ajouté, avertissant que rien "ne permet de penser que les arrivées sur la Libye vont diminuer".

La France s'est de son côté engagée à réinstaller 3.000 personnes depuis le Tchad et le Niger d'ici fin 2019.
Le responsable du HCR a par ailleurs regretté une politique des retours "mal gérée en Europe". "Tant mieux s'ils sont volontaires, tant pis sinon, mais il n'y a pas une politique d'asile qui fonctionne s'il n'y a pas aussi de politique de retours efficaces", a-t-il affirmé.

Cela vaut notamment pour les mineurs, pour qui "la meilleure solution passe d'abord par la recherche de liens familiaux dans le pays d'origine ou de transit, et pas forcément par l'asile". "Il faut arrêter d'être naïf, on est en train de miner, de détruire la protection pour ceux qui en ont besoin en Europe parce qu'on ne regarde pas ce sujet avec le réalisme qui est nécessaire", a ajouté M. Cochetel.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants