Rechercher
Rechercher

Culture - Vient de paraître

A. Rihani, le philosophe de Freiké qui avait l’arabisme au cœur

Un gros pavé, au vrai sens du terme, avec ses 715 pages compactes, que cet ouvrage dédié au penseur libanais, aux éditions NDU Press.

Amine Rihani : regards de plusieurs conférenciers et intervenants sur la philosophie d’une figure de proue du mouvement littéraire du Mahjar et un des premiers nationalistes arabes.

Reliure cartonnée, papier fin, lettres fines serrées, expression trilingue (arabe, français, anglais) et plus d'une vingtaine de signatures prestigieuses (entre autres celles de Ahmad Hady al-Chabboul, Paul Jahshan, Chady Rahmé, Youssef Kamal el-Hage, Jad Hatem, Salma Abdallah, Souad al-Hakim, Francesco Medici) pour tenter de cerner et défricher la pensée, la réflexion et la vision avant-gardiste pour l'époque de l'auteur du Livre de Khaled, Amine Rihani.

Le Livre de Khaled, premier livre en anglais écrit par un Arabe évoquant deux jeunes garçons originaires de Baalbeck qui émigrent du Moyen-Orient au Nouveau Monde. Ce livre, objet d'un important symposium et passerelle d'une littérature entre Orient et Occident, a été fastueusement célébré récemment à la Librairie du Congrès US.

Le philosophe de Freiké avait l'arabisme au cœur, et c'est dans ce hameau du Metn qu'il a concocté sa pensée politique, loin du vacarme, de l'agitation de New York et de la solitude des déserts de sable, pour une vision mêlant nationalisme arabe et inspiration littéraire et artistique.

Écrivain globe-trotter avant son temps, figure de proue d'une littérature arabo-américaine aux accents profondément orientalisants et universels, tout comme son concitoyen et ami Khalil Gebran, l'homme était aussi bien à l'aise en « keffié » et « abaya » dans ses randonnées en terre jordanienne ou dans ses rencontres avec ibn Séoud, le fondateur de l'Arabie saoudite qu'en chapeau et costume bien taillé dans les rues encombrées des mégalopoles américaines. C'est dire déjà son ouverture d'esprit, son sens pratique et d'adaptation, tout en ne reniant jamais ses racines et sa véritable identité.

 

(Lire aussi : May Rihani, l'esprit de Freïké, sous toutes les latitudes)

 

 

Lectures et ralliements
Avec des lectures qui lui enrichissent les frontières, renforcent son érudition et nourrissent ses concepts philosophiques et littéraires, notamment avec les œuvres de Shakespeare, Rousseau, Voltaire, Byron qui étaient toujours à sa portée de main. Toutes les pages de ces auteurs, parfaits agitateurs de consciences et rebelles à tout conservatisme et conformisme amidonné, et qui ont refait et façonné le monde, sont l'arrière-plan de ses pensées portées vers une reconstruction de soi à partir de l'autre, des autres...

Et aujourd'hui, avec le brasier que vient d'allumer Donald Trump en nommant impunément Jérusalem comme capitale de l'État d'Israël, faisant fi en tout arrogant et infamant impérialisme américain, de plus d'un milliard et demi de musulmans et de plus de quinze millions de chrétiens dans le monde arabe, piétinant toutes valeurs religieuses et croyances, provoquant d'irrémédiables dissensions, aussi graves et perturbantes que la création de l'État hébreu en 1948, il est urgent et péremptoire de parler de nationalisme arabe. Et les idées d'Amine Rihani sont brusquement un appel à une vérité première, à un soulèvement salutaire, à une dignité retrouvée, à un évident ralliement.

Pour sa ligne de conduite philosophique, dans cet ouvrage savant et dense, les divers rédacteurs abordent les thèmes d'une philosophie transcendantale, celle du panthéisme ainsi que Rihani entre l'islam et Nietzsche, Rihani et l'idéalisme germanique, les portées d'une élévation « soufiste »... Autant de thèmes qui révèlent une âme mystique, aventurière, curieuse de toutes les connaissances, positive dans sa quête.
Ce livre pourrait bien entendu, par son érudition, ses références précises, ses sources fouillées, sa documentation sérieuse et son aspect para-universitaire ainsi que son épaisseur et son volume impressionnant, dissuader plus d'un lecteur profane. Pourtant, cela demeure un outil indispensable et capital pour tout étudiant ou simple lecteur cherchant une certaine lumière dans la cacophonie, les séismes et les dissensions du monde arabe actuel.

 

Pour mémoire

« Le Livre de Khaled » d'Amine Rihani traduit en italien

Rihani, le pluraliste à quatre mains

 


Reliure cartonnée, papier fin, lettres fines serrées, expression trilingue (arabe, français, anglais) et plus d'une vingtaine de signatures prestigieuses (entre autres celles de Ahmad Hady al-Chabboul, Paul Jahshan, Chady Rahmé, Youssef Kamal el-Hage, Jad Hatem, Salma Abdallah, Souad al-Hakim, Francesco Medici) pour tenter de cerner et défricher la pensée, la réflexion et la vision...

commentaires (3)

Y A-T-IL ARABISME OU C,EST UN MOT FABRIQUÉ ? CAR POUR QU,IL Y AIT ARABISME IL DOIT Y AVOIR UNITE DES ARABES !

LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

10 h 28, le 20 décembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Y A-T-IL ARABISME OU C,EST UN MOT FABRIQUÉ ? CAR POUR QU,IL Y AIT ARABISME IL DOIT Y AVOIR UNITE DES ARABES !

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    10 h 28, le 20 décembre 2017

  • Belle découverte. Merci au rédacteur, Edgar Davidian

    Sarkis Serge Tateossian

    17 h 06, le 19 décembre 2017

  • Un Franc-Maçon célèbre ! Le Père Jésuite Louis Cheikho a vu en Amin al Rihani un des dignitaires de la franc-maçonnerie. Il faisait partie des francs-maçons amis de Gibran Khalil Gibran et du dramaturge Daoud Moujaes membre de la loge «Sannine».

    Aractingi Jean-Marc

    16 h 29, le 19 décembre 2017

Retour en haut