Moyen Orient et Monde

Paris durcit sa politique d’immigration

France
OLJ/AFP
19/12/2017

En accueillant un premier groupe d'une vingtaine de réfugiés africains, sélectionnés au Tchad, les autorités françaises veulent montrer leur nouveau cap en matière d'immigration : accueil sélectif des réfugiés et politique « intraitable » d'expulsion pour les autres migrants. Ce durcissement de ligne a suscité l'hostilité de certaines ONG et militants de gauche, le défenseur des droits mettant en garde contre un risque de « tri » dans les centres d'hébergement où le gouvernement veut opérer un recensement.

L'idée est « d'empêcher que des personnes ne se mettent en danger en prenant la mer, à partir de la Libye notamment », plaident les autorités françaises. Mais dans le même temps, elles ne cachent pas leur volonté de contrôler très strictement les flux migratoires. « La République française a été fondée sur une tradition d'accueil et d'asile. J'y suis profondément attaché », a réaffirmé récemment le président Emmanuel Macron. Mais « je souhaite que (...) nous reconduisions de manière intraitable celles et ceux qui n'ont pas de titre » de séjour, a-t-il martelé. La France a enregistré 85 000 demandes d'asile l'an dernier dont 36 000 ont été acceptées. Les éloignements d'étrangers en situation irrégulière ont augmenté de 14 % sur les 11 premiers mois de l'année, a souligné hier le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

Un texte de loi est actuellement en préparation, afin de répondre à l'« exigence de fermeté et d'efficacité », avait rappelé M. Collomb dans une circulaire fin novembre, où il affirmait que « la lutte contre l'immigration irrégulière était une priorité de l'action du gouvernement ». Dans un contexte de « crise migratoire sans précédent » depuis 2014, « si nous ne prenions pas un certain nombre de mesures, nous serions confrontés à une situation insupportable », a-t-il récemment déclaré. Dans un pays où le parti d'extrême droite Front national a multiplié les succès électoraux, propulsant sa candidate Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle, le gouvernement centriste veut visiblement donner des gages à une opinion publique souvent défiante vis-à-vis de l'immigration.

 

(Lire aussi : Avec Wauquiez, la droite française s'éloigne du centre)

 

 

Refus de faire le « tri »
Le gouvernement français a notamment décidé de mener un recensement dans les centres d'hébergement d'urgence, pour réorienter les occupants en fonction de leur situation (réfugiés, déboutés...), s'attirant la colère des associations du secteur qui craignent un renvoi massif de sans-papiers.

Celles-ci ont dénoncé hier une volonté de « contrôle généralisé des personnes étrangères » dans le but « de les identifier et de procéder à un examen contraint de leur droit au séjour en France ». Et en ont appelé à l'intervention du défenseur des droits, Jacques Toubon.
« Nous avons une situation difficile », a reconnu ce dernier sur France Inter, en évoquant un risque de « tri » dans les centres d'hébergement.
« On refuse de faire le tri », a prévenu ces derniers jours Florent Gueguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité. « Si les centres deviennent des pièges à migrants, un certain nombre d'associations va se retirer des dispositifs, et les migrants eux-mêmes n'iront plus », a-t-il prédit.

 

Pour mémoire

Franc-parler abrupt et peu de promesses : Macron rajeunit les relations franco-africaines

Un an après le démantèlement de la "Jungle" de Calais, une normalisation inachevée

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants