X

À La Une

Attentat de l'EI à Homs, au moins 8 morts

Syrie

L'attaque s'est produite aux abords du quartier d'Akrama, habité en majorité par des alaouites et déjà touché à plusieurs reprises par des attaques depuis le début de la guerre.

OLJ/AFP
05/12/2017

Au moins huit personnes ont été tuées mardi lorsqu'un bus piégé a explosé dans la ville syrienne de Homs (centre), un attentat revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

L'attentat, qui a provoqué une puissante déflagration, s'est produit aux abords du quartier d'Akrama, déjà touché à plusieurs reprises par des attaques depuis le début de la guerre en Syrie en 2011. Ce secteur est habité en majorité par des alaouites, communauté minoritaire à laquelle appartient le président Bachar el-Assad.

"Au moins huit personnes ont péri dans l'explosion qui s'est produite à bord d'un minibus aux abords du quartier d'Akrama", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La télévision d'Etat syrienne, montrant des carcasses de voitures carbonisées, a également fourni un bilan de huit morts, et 15 blessés.

L'agence officielle Sana avait au préalable rapporté "l'explosion d'une bombe placée par des terroristes dans un bus".

L'attentat a été revendiqué par l'EI, par l'intermédiaire de son organe de propagande Amaq.

Akrama avait déjà été touché par plusieurs attaques similaires. La pire avait eu lieu en octobre 2014 lorsque 54 personnes, dont 47 écoliers de moins de 12 ans, avaient péri dans un attentat suicide devant une école.

Les alaouites sont une communauté musulmane hétérodoxe minoritaire en Syrie dont est issu le président Bachar el-Assad, engagé depuis 2011 dans une guerre destructrice contre rebelles et jihadistes qui a fait plus de 340.000 morts.

La ville de Homs (nord-ouest) est repassée sous contrôle total du régime de Damas depuis mai, à la suite d'un accord conclu avec les derniers combattants rebelles, sous la supervision de la Russie.

 

 

Lire aussi

Dans la Ghouta Orientale aux portes de Damas, le mirage d'une trêve

Près de sept ans de conflit en Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.