Économie

Immobilier libanais : les petites surfaces de plus en plus prisées en 2017

Liban

Une reprise du secteur demeure tributaire d'une stabilité politique, ont indiqué des représentants de la profession lors d'une conférence.

29/11/2017

Si les professionnels de l'immobilier se montrent rassurants quant aux performances du secteur durant l'année 2017, ils confient avoir baissé leurs prix pour s'adapter à une demande plus exigeante avant de pointer du doigt l'instabilité politique qui freinerait la confiance des investisseurs. Tel est le constat dressé par les participants à la conférence organisée, ces deux derniers jours, par le syndicat des agents et consultants immobiliers au Liban (REAL) au Phoenicia, à Beyrouth.

L'ensemble des intervenants a ainsi relevé un changement de la demande qui s'est davantage concentrée cette année sur les logements résidentiels de petites surfaces, principalement dans les périphéries de Beyrouth. « L'année 2017 a été relativement meilleure que 2016, grâce aux ventes de studios et de petites unités à une chambre à coucher. Avant, l'engouement pour les petites surfaces était surtout observé dans Beyrouth, mais il gagne désormais les périphéries de la capitale, car les prix y sont plus abordables », a indiqué à L'Orient-Le Jour le président du REAL, Walid Moussa.

« Il y a cinq ans, les surfaces de moins de 150 m² ne représentaient que 25 % des transactions immobilières, aujourd'hui elles représentent plus de la moitié du total des transactions », a confirmé Marwan Barakat, le directeur du département de recherche de Bank Audi. Ce dernier relève aussi l'évolution à la baisse de la part des transactions immobilières réalisées à Beyrouth. « Alors qu'en 2007, plus de 40 % de la valeur totale des transactions immobilières avaient été réalisées à Beyrouth, aujourd'hui cette part ne représente plus que 27 % du total », a-t-il dit. Il en est de même pour la part des permis de construire délivrés à Beyrouth, qui est passée de 18 à 6 % entre 2007 et 2017, a poursuivi M. Barakat.

 

(Pour mémoire: Baisse du nombre de permis de construire à fin septembre)

 

Baisse des prix
Pour s'adapter à ce nouveau type de demande, les professionnels de l'immobilier ont indiqué avoir baissé leurs prix de 20 à 25 % en 2017. « Les Libanais ont clairement perdu de leur pouvoir d'achat, malgré les politiques encourageantes de la Banque centrale (de prêts subventionnés, NDLR). On espère que le relèvement de la grille des salaires va favoriser l'achat de biens immobiliers par les fonctionnaires », a confié à L'Orient-Le Jour Maroun Hélou, président du syndicat des entrepreneurs de travaux publics. Par ailleurs, « certains promoteurs ont besoin de liquidité pour pouvoir continuer leurs projets et accordent donc des escomptes », a expliqué pour sa part M. Moussa. Mais cette baisse reste à relativiser, selon M. Barakat. « Si les prix ont bien baissé de 20 à 25 % par rapport à 2010, il faut rappeler qu'ils avaient augmenté de plus de 35 % entre 2006 et 2010 », a-t-il souligné.

Quant aux grands appartements de haut standing, « les opérations sont très limitées, car la confiance n'est pas au rendez-vous du fait de l'instabilité politique régnante », s'est désolé M. Hélou. « Les étrangers n'investissent plus au Liban, et même la diaspora libanaise n'est pas très intéressée », a également regretté M. Moussa. « Le secteur immobilier a déjà réussi à surmonter plusieurs crises politiques et économiques, mais la situation doit impérativement se stabiliser. La crise provoquée par la démission de Saad Hariri aurait pu avoir des conséquences catastrophiques, mais elle n'a heureusement pas duré », a-t-il poursuivi. « Les promoteurs attendent des jours meilleurs et ne baissent pas pour autant leurs prix, préférant miser sur la rareté des terrains dans Beyrouth », a commenté Élie Sawma, président de la Fédération des promoteurs immobiliers du Liban.

En vue d'inverser la tendance, les professionnels réunis à la conférence du REAL ont formulé une quinzaine de recommandations destinées aux pouvoirs publics. Certaines d'entre elles préconisent l'introduction de mesures incitatives pour stimuler le secteur de l'immobilier, notamment en exemptant les expatriés des droits d'enregistrement de leurs biens ou encore en permettant aux étrangers souhaitant acheter des biens d'une valeur supérieure à un million de dollars d'obtenir une résidence permanente au Liban. Les participants appellent également les autorités à moderniser le cadre législatif et fiscal encadrant le secteur, et demandent la tenue d'une séance de dialogue avec le ministère des Finances en vue de réexaminer les mesures fiscales spécifiques au secteur. Enfin, les professionnels insistent sur la nécessité des partenariats public-privé (PPP) dans le développement des infrastructures et le soutien à la croissance économique.

 

 

Pour mémoire

Légère contraction de la demande immobilière au troisième trimestre

La BDL encourage les expatriés à investir dans l'immobilier au Liban

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Les gens ont peur d'acheter quand on entend Israel menaçait le Lban , ce n'est pas très rassurant

gaby sioufi

""politiques encourageantes de la Banque centrale (de prêts subventionnés""
""mesures incitatives pour stimuler le secteur de l'immobilier""

RIEN DE CELA NE DOIT ETRE FAIT -ni meme continuer a le faire
avant que les autorités ne modernisent le cadre législatif et fiscal encadrant le secteur""
et pas seulement pour ENCOURAGER les promoteurs a encore et encore construire -car il y va AUSSI des interets de l'acheteur :

-- interdire la revente avant l'expiration de 5 ans de la date d'achat( pr ex, comme la suisse l'applique en vue de freiner la speculation )a commencer par OBLIGER l'enregistrement au cadastre ( pas seulment aupres d'un notaire)
--OBLIGER les promoteurs a couvrir l'achat par une assurance/garantie de 2 ans apres la date d'achat , couvrant vices de construction divers (quelque'elle soit, une voiture achetee neuve est couverte d'une assurance pr service ET pieces gratuits de 2 a 5 ans ) alors que les promoteurs eux- TRES SOUVENT- vendent de la camelotte aux vices caches apres quoi le pauvre acheteur se demerde a ses frais.
--PROMULGUER une loi de la co-propriete claire, nette, precise comme tt pays civilise.... ET veiller a en assurer l'application EFFECTIVE

Saliba Nouhad

Mais voyons, on retourne au bon sens et à la réalité sociale du Liban!
Auparavant, frénésie de constructions immobilières grandes surfaces, haut de gamme, hors de portée du Libanais moyen, dont on s’en foutait carrément, avec l’idée du gain facile en essayant d’attirer les richards Arabes, et les nostalgiques expatriés qui voulaient s’acheter un pied à terre au Liban...
Ça avait marché quelque temps il y’a une dizaine d'années où il y avait une certaine stabilité politique relative, avec spéculation locale incontrôlée qui avait fait grimper les prix au mètre carré à Beyrouth parfois supérieur aux centres-villes de grandes capitales occidentales...
Le ridicule ne tue pas, et, au Liban, malgré des dizaines de milliers d’appartements invendus, les prix ne s’ajustent pas pour autant, et beaucoup d'expatriés avaient réalisé qu’ils se sont fait avoir, et le disent à qui veut, les clients d’Arabie et du Golfe, il faut oublier ça, et les courtiers rêvent encore de jours meilleurs...
Ils vont attendre longtemps, dans un pays instable politiquement, sur le bord de la faillite, avant que ces acheteurs retournent, si les prix ne retrouvent pas une baisse appréciable en relation avec la situation du pays...
Je lis qu’ils recommencent à se tourner vers la clientèle locale aux moyens limités et en offrant des surfaces plus petites à des prix raisonnables: eh bien, il était temps que le bon sens et la logique de marché reprennent le dessus!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les Saoudiens et le courant du Futur, des relations tendues

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.