Rechercher
Rechercher

À La Une - Culture

Prix al-Owais : le Liban à l'honneur

Hoda Barakat, Georges Corm et Chawki Bazih ont été récompensés.

Georges Corm, Hoda Barakt et Chawki Bazih : trois Libanais parmi les lauréats du prix al-Owais.

Avec trois lauréats sur cinq, le Liban a brillé lors de la quinzième édition des prix de la Fondation culturelle Sultan ben Ali al-Owais, dimanche à Dubaï.
L'écrivaine Hoda Barakat, auteure de nombreux romans dont Le laboureur des eaux (récompensé en 2000 par la médaille Naguib Mahfouz de littérature) a été récompensée dans la catégorie « Roman, nouvelle, théâtre » ; conjointement avec l'écrivain irakien Abdel Khaliq al-Rikabi. Le jury a voulu notamment récompenser les « techniques narratives exquises qu'ils utilisent dans leurs textes créatifs et leur capacité à créer des récits qui sont sensibles aux changements de la réalité et qui reflètent les pensées et les sentiments intimes les plus profonds », selon le communiqué de la fondation. Quelque 401 candidats concouraient dans cette catégorie, précise le communiqué.


Le prix dans la catégorie « Poésie » a été décerné au poète Chawki Bazih, parmi 293 nominés. « Il travaille habilement sur diverses formes de traditions transmises de génération en génération et les fusionne avec des modèles esthétiques modernes, qui soulignent leur profondeur humaine et leur imagination créative », a commenté Abdul Hamid Ahmed, secrétaire général de la fondation, cité dans le communiqué.


L'historien et ancien ministre des Finances (1998-2000) Georges Corm, auteur de plusieurs ouvrages de références sur le Liban et la géopolitique du Moyen-Orient, a , quant à lui, remporté le prix dans la catégorie « Études humaines et prospectives », - parmi 468 candidats-, pour « l'ampleur de son travail et son analyse approfondie des problèmes, ainsi que pour son approche réaliste face aux problèmes et aux préoccupations économiques », selon le communiqué de la fondation. « Il nous fournit des prévisions et des scénarios d'avenir qui posent de nombreuses questions », a déclaré M. Ahmed.


Le prix dans la catégorie « Études et critiques littéraires », brigué par 263 candidats, a, lui, été décerné à l'écrivain tunisien Hammadi Sammoud, qui avait déjà obtenu le prix de l'organisation arabe pour l'éducation la culture et les sciences en 2011. Le vainqueur de la catégorie « réalisation culturelle et scientifique » sera, par ailleurs, annoncé à une date ultérieure, indique le communiqué.


Créée en 1987 aux Émirats Arabes Unis par le poète Sultan ben Ali al-Owais, la fondation culturelle éponyme vise à honorer et soutenir les savants et intellectuels littéraires arabes. Décerné tous les deux ans depuis 1988, ce prix est assorti d'une dotation de 100 000 dollars pour les gagnants de chaque catégorie. La fondation avait jusque-là récompensé deux Libanais : l'écrivain Elias Khoury (catégorie « Roman, nouvelle, théâtre » en 2007) et l'écrivain et académicien Amin Maalouf (catégorie « réalisation culturelle et scientifique » en 2011).

 

 

 


Avec trois lauréats sur cinq, le Liban a brillé lors de la quinzième édition des prix de la Fondation culturelle Sultan ben Ali al-Owais, dimanche à Dubaï.L'écrivaine Hoda Barakat, auteure de nombreux romans dont Le laboureur des eaux (récompensé en 2000 par la médaille Naguib Mahfouz de littérature) a été récompensée dans la catégorie « Roman, nouvelle, théâtre » ;...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut