Rechercher
Rechercher

À La Une - Proche-Orient

En conflit sur le shabbat, un ministre israélien ultra-orthodoxe démissionne

Yaakov Litzman, qui reste membre du Parlement, a dit à la radio militaire regretter que les responsables du transport ferroviaire aient "transformé le shabbat en une journée nationale de maintenance de la voie ferrée".

Un ministre ultra-orthodoxe israélien, Yaakov Litzman, a démissionné dimanche du gouvernement de Benjamin Netanyahu après un contentieux sur la réalisation de travaux publics durant le shabbat Photo AFP / POOL / GALI TIBBON

Un ministre ultra-orthodoxe israélien a démissionné dimanche du gouvernement de Benjamin Netanyahu après un contentieux sur la réalisation de travaux publics durant le shabbat, jour sacré de repos hebdomadaire pour les juifs.

"Je démissionne de mon poste de ministre de la Santé", a écrit Yaakov Litzman, un des chefs de file du parti Judaïsme unifié de la Torah, dans sa lettre de démission dont l'AFP a obtenu une copie.
La religion juive interdit de travailler, de circuler en voiture, d'allumer ou d'éteindre l'électricité durant le shabbat, repos hebdomadaire observé par les juifs du vendredi soir au samedi soir.

Le ministre a justifié sa décision par les travaux de construction et d'entretien sur les voies ferrées effectués le samedi et qui constituent, selon lui, un "grave coup porté à la sainteté du shabbat".

Après avoir remis sa démission au bureau du secrétariat du gouvernement, le ministre a dit à la radio militaire regretter que les responsables du transport ferroviaire aient "transformé le shabbat en une journée nationale de maintenance de la voie ferrée".
Le gouvernement avait déjà tenté de désamorcer cette querelle en ordonnant que des non-juifs accomplissent ces tâches, selon les médias, mais le ministre ultra-orthodoxe a maintenu sa décision.

Le Premier ministre, à la tête du parti de droite au pouvoir, le Likoud, a dit regretter la décision de M. Litzman, soulignant vouloir éviter la tenue de nouvelles élections. 
"Le gouvernement national dirigé par le Likoud est ce qu'il y a de mieux pour l'Etat d'Israël", a affirmé M. Netanyahu à l'ouverture d'une réunion du gouvernement.

"Je pense que chaque membre de la coalition a intérêt à ce qu'elle continue d'exister", a-t-il ajouté, précisant aussitôt: "Je ne pense pas, je le sais".
M. Litzman reste toutefois membre du Parlement.

Son porte-parole a indiqué à l'AFP que la formation le Judaïsme unifié de la Torah resterait "à ce stade" dans la coalition gouvernementale, préservant la majorité parlementaire à M. Netanyahu.
Cette coalition repose sur une majorité de 66 députés sur 120, dont les 13 sièges du Shass et du Judaïsme unifié de la Torah, les deux partis religieux.

Le respect du shabbat, un sujet primordial pour les partis ultra-orthodoxes qui prônent une application stricte des règles du judaïsme, est un sujet de frictions récurrent au sein du gouvernement depuis sa formation en 2015.

 

Lire aussi

En Israël, les ultra-orthodoxes doivent désormais faire leur service militaire

Netanyahu condamne les propos d'un membre du gouvernement sur les juifs américains

Un ministre ultra-orthodoxe israélien a démissionné dimanche du gouvernement de Benjamin Netanyahu après un contentieux sur la réalisation de travaux publics durant le shabbat, jour sacré de repos hebdomadaire pour les juifs.
"Je démissionne de mon poste de ministre de la Santé", a écrit Yaakov Litzman, un des chefs de file du parti Judaïsme unifié de la Torah, dans sa lettre de...

commentaires (4)

ON S,EN FOUT...

LA LIBRE EXPRESSION

08 h 42, le 27 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • ON S,EN FOUT...

    LA LIBRE EXPRESSION

    08 h 42, le 27 novembre 2017

  • Je déteste quand on les nome orthodoxes ceux ci sont des fanatiques comme les Daech .

    Eleni Caridopoulou

    19 h 23, le 26 novembre 2017

  • Encore un exemple où mènent les extrémismes et obscurantismes religieux. 10%de la population israélienne, et ils veulent imposer leurs dogmes religieux à une société supposément démocratique et laïque... Idem pour l’obligation à la prière et au jeûne... La différence avec les autres sociétés plus égalitaires: on respecte les droits des citoyens, libertés des religions et leurs pratiques, dans la mesure où elles ne s’imposent pas aux autres, ne se mêlent pas de politique et ne menacent pas la paix civile... Les pays du Moyen-Orient ont encore beaucoup de chemin à faire.

    Saliba Nouhad

    18 h 24, le 26 novembre 2017

  • Personne ne dira que c'est de l'obscurantisme ! Non vraiment personne.

    FRIK-A-FRAK

    16 h 49, le 26 novembre 2017

Retour en haut