Liban

Toute la symbolique du sommet de Sotchi...

Décryptage
25/11/2017

Plongés dans la crise interne provoquée par la démission du Premier ministre Hariri depuis Riyad le 4 novembre et les développements surprenants qui l'ont suivie, les Libanais ont accordé peu d'attention à un événement stratégique qui s'est déroulé à Sotchi en Russie. Le sommet tripartite qui a réuni les présidents russe, iranien et turc (Vladimir Poutine, Hassan Rohani et Recept Tayyip Erdogan) dans la ville balnéaire russe marque, selon les analystes, la fin de la guerre en Syrie, déclenchée en mars 2011. Ce qui semble confirmer cette thèse, c'est le sommet qui a précédé, toujours à Sotchi, entre Vladimir Poutine et le président syrien Bachar el-Assad et le coup de téléphone qui l'a suivi entre le président russe et son homologue américain Donald Trump. Les différents protagonistes ont ainsi été informés de la teneur des débats et surtout des décisions prises.

Indépendamment du contenu de ces décisions qui n'a pas encore été divulgué, l'image en elle-même est significative. C'est désormais le président russe qui a le rôle principal en Syrie, et qui se partage l'influence dans ce pays avec les Iraniens et les Turcs. Il informe ensuite les Américains des accords conclus, après avoir au préalable obtenu l'aval des autorités syriennes. L'enchaînement des événements a aussi sa signification, mais l'élément le plus grave est l'absence totale des pays arabes des discussions sur la fin de la guerre en Syrie.

L'Arabie saoudite, qui a pendant des années essayé d'influer sur le cours des événements dans ce pays, est exclue des discussions finales et n'a plus là-bas que deux petites cartes, pratiquement inutiles et en tout cas ayant peu de poids. La première est celle de l'opposition syrienne dite de Riyad qui continue de poser comme condition préalable à toute discussion le départ du président syrien, condition désormais rejetée par la plupart des protagonistes, en particulier par le président turc qui a été hier jusqu'à déclarer que « des discussions avec le président Bachar el-Assad ne sont pas à exclure au sujet du dossier kurde ». La seconde carte est celle des groupes armés dans la région de la Ghouta orientale autour de Damas, notamment l'Armée de l'islam. Mais dans ce secteur, la tendance est désormais à l'accalmie, des accords ayant été conclus entre l'armée syrienne et certains groupes armés. Quant à ceux qui veulent poursuivre le combat, ils devront subir l'ultime assaut des troupes du régime car il n'est pas envisageable de laisser cet abcès si proche de la capitale.

 

(Lire aussi : Avant Genève, qui veut quoi, qui peut quoi ?)

 

Autre grand absent des négociations, Israël, qui a essayé par tous les moyens de s'imposer comme un acteur décisif sur la scène syrienne, en intervenant directement ou non sur plusieurs fronts. En vain. La dernière bataille que les Israéliens ont favorisée dans la ville de Hadar au sud de la Syrie s'est terminée par un échec total, les forces du régime et leurs alliés ayant réussi à reprendre l'initiative et à vaincre les assaillants dont les Israéliens avaient facilité les déplacements. Les Israéliens ont bien tenté de réclamer une zone tampon, dans le genre de celle qu'ils avaient instaurée au Liban-Sud et qui était appelée la bande frontalière, sur une profondeur de 40 km. Aujourd'hui, c'est à peine s'il est question d'une bande territoriale de 10 km et les discussions ne sont pas encore terminées sur ce sujet.

En somme, les véritables décideurs se sont réunis à Sotchi et ils ont dessiné les grandes lignes de l'étape future pour la Syrie et même au-delà. Avec ce sommet, il est clair que le projet de partition qui menaçait l'Irak, la Syrie et même le Liban a été totalement écarté, au moins pour la prochaine décennie. Les pays concernés vont conserver leur unité territoriale et leur cohésion interne. Même le projet d'un État kurde indépendant a été rapidement balayé, après notamment la visite spectaculaire du général iranien Kassem Soulaymani dans cette région. Selon des informations sérieuses, ce dernier aurait déclaré aux responsables kurdes, après le référendum sur l'indépendance : « Jusqu'à présent, c'est nous qui empêchions la Turquie d'envahir le Kurdistan. Mais si vous maintenez votre projet, non seulement nous ne les empêcherons plus, mais nous participerons à leurs côtés, et tout ce que vous avez bâti et dont vous êtes fiers sera remis en question. » En même temps, les forces de mobilisation populaire irakiennes lançaient un assaut pour reprendre le contrôle de Kirkouk.

Le message était donc clair, et il a été entendu. Les effets du référendum ont été ainsi suspendus et l'unité irakienne a été préservée, donnant un indicateur sérieux pour celle de la Syrie. De même, avec la libération de Boukamal et ses environs, le lien géographique stratégique entre Téhéran, Bagdad, Damas et le Liban a été réalisé, voire même consolidé. Un grand projet pour l'ensemble de la région a donc été mis en échec, et quoi qu'en pensent les analystes proches du noyau dur du 14 Mars, il y a donc un camp vainqueur et un autre vaincu en Syrie. Les détails du compromis politique qui suivra les données sur le terrain restent encore à préciser. Il est question d'élections anticipées, auxquelles le président Assad a le droit de participer, et d'une nouvelle Constitution qui prévoit le rajout de trois vice-présidents pour un partage plus ou moins équitable des pouvoirs.

Dans ce contexte, le Hezbollah fait donc partie du camp des vainqueurs, les positions russe et iranienne le montrent suffisamment. Même si elles sont souvent mal interprétées, elles n'en demeurent pas moins un indice sur le rôle du Hezbollah dans les développements régionaux. Toutefois, avec une grande sagesse, le Hezbollah montre qu'il a la victoire modeste au Liban. Par la voix de son chef, il a déjà annoncé qu'il n'a rien à voir avec ce qui se passe au Yémen et à Bahreïn. Il a aussi précisé qu'il s'apprête à retirer ses conseillers militaires d'Irak, et en Syrie, la guerre est en train de se terminer. Cela suffira-t-il à rassurer le Premier ministre ?

 

Lire aussi

Syrie: Poutine rallie Erdogan et Rohani à l'idée d'une réunion politique en Russie

Poutine place Assad au centre des discussions pour la paix

Assad a gagné la guerre, mais doit remporter la bataille politique

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

On peut gagner des batailles grâce à une supériorité militaire et aérienne, au détriment de peuples opprimés que l’on affame et que l’on massacre, mais on n’a pas encore gagné la guerre et le défi ultime de gagner la paix!
Ça ne vous rappelle pas les techniques de l’ennemi Israélien contre le peuple palestinien? Ont-ils gagné la paix et la tranquillité pour autant?
On s’est débarrassé du monstre commun Daech, mais le reste ne fait que commencer....
Les petites comédies du Hezbollah et consort, vont-elles rassurer notre Premier Ministre? Comme si ça ne dépendait que de lui!
Non, Madame, ce triomphalisme est déplacé, car le problème est beaucoup plus compliqué que ça malheureusement

Le Faucon Pèlerin

C'est très grave et même gravissime : C'est pour la première fois que je lis qu'il y'avait un projet de partition du Liban (sic). Si cela s"avérerait exact, ceci sera la plus mauvaise nouvelle de ma vie.
Je souhaiterais que Scarlett Haddad nous fournisse un éclairage à ce propos le plus tôt possible. Merci.

Hitti arlette

Qu'elle sidérante volte-face du petit dictateur turc . Il a enfin pigé où se positionner pour sauvegarder ses propres interets .un sunnite ultra conservateur du calibre erdoganien allant discuter avec la plus grande puissance chiite n'est pas une blague.
Scarlett a donné une analyse logique et tres bien structurée de la situation. .

Kastoun Maryse

Merci pour cet article très éclairant. Vos analyses sont toujours objectives et d’une drande finesse !

gaby sioufi

liberte quand elle vous tient, les gens de la moumanaa... C BON je le repete. votre choix suite a votre comprehension des choses.

MAIS VOUS VOILA A CRIER VICTOIRE - sans aucune gene - NON PAS DU LIBAN MAIS VICTOIRE contre le liban.

victoire vs la defaite de l'idee meme du liban libre de ses choix......j'ai bien ecrit " SES choix ""

Victoire du choix D'ASSUJETISSEMENT, du choix DE NON CHOIX.

RE-MARK-ABLE

Je vous salue Scarlett en tant qu'admirateur de vos articles précis et précieux et en tant que profane qui est toujours à la recherche de la vérité telle qu'elle est sur le terrain militaro politique.

A tout ce que vous avez écrit qui est d'excellente facture j'ajouterai une petite précision, le refus catégorique de Vladimir Poutine de condamner voir de tout simplement demander aux iraniens NPR de quitter le terrain d'affrontement avec usrael qui sont avec les bensaouds les grands vaincus de ce complot qu'ils ont initié en 2011.

Bon weekend Madame et permettez moi une bise affectueuse sur vos 2 joues.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE ANALYSE OU LE BARATIN EST MAITRE INCONTESTABLE ... OUBLIANT A DESSEIN LE COUP DE FIL DE POUTINE AU ROI SAOUDIEN BIEN AVANT CELUI A TRUMP... LA SAOUDITE ETANT UN FACTEUR ESSENTIEL DE TOUT COMPROMIS ET OUBLIANT AUSSI QUE LA TURQUIE REPRESENTE L,AMERIQUE ... QUAND AUX VAINQUEURS ET VAINCUS LA CHERE DAME EST FRAPPEE D,ILLUSION... PUISQUE TOUTE REFORME DEMOCRATIQUE EGALE LE TRIOMPHE DES RECLAMATIONS DES PREMIERS MANIFESTANTS PACIFIQUES DU PEUPLE SYRIEN MASSACRES PAR LE REGIME, ET SOLUTION IMPOSEE PAR LES SACRIFICES DE CE PEUPLE. LES BOUCHERS DU REGIME ET DE SES AIDES ALLIES ET ACCESSOIRES SONT LES PERDANTS ... REFORMES ONT ETE RECLAMEES REFORMES IL Y A ! FALLAIT-IL DETRUIRE COMPLETEMENT LE PAYS POUR Y ARRIVER ? QUAND AUX COMPLOTS DE PARTITIONS ILS NE SONT QUE DANS LES ESPRITS NAIFS ! LES COURS DE JUSTICE INTERNATIONALES ATTENDENT LES CAMARADES DE KARAVIC VONT S,Y PRONONCER !

Bery tus

Tant d’inepties.... oui c’est ça madame après coup quand tout est presque finis et le travail fait alors c’est bon on peut maintenant pratiquer la distanciation n’est ce pas madame

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué