X

Économie

Le monde des affaires mobilisé pour éviter un retrait américain de l’Aléna

Commerce
OLJ
20/11/2017

Face au risque d'un retrait américain de l'Aléna, le monde des affaires monte au front pour convaincre l'administration Trump de conserver l'accord de libre-échange. Spot publicitaire télévisé expliquant pourquoi « l'Aléna est bon pour l'Amérique », multiplication des études démontrant les effets négatifs d'une sortie du traité, le dossier a été soumis aux sénateurs et la mobilisation, emmenée par la Chambre de commerce américaine, s'intensifie alors que les négociateurs du Canada, du Mexique et des États-Unis ont repris leurs tractations cette semaine à Mexico.
« Aux côtés de plusieurs autres groupes industriels, agricoles et du monde des affaires, nous avons porté le cas devant le Congrès ces dernières semaines », explique une porte-parole de la Chambre de commerce, la plus grande organisation patronale des États-Unis représentant plus de trois millions d'entreprises de tous secteurs et régions confondus. Des discussions ont eu lieu avec les 100 sénateurs, précise-t-elle. Avec le même message, sortir de cet accord « serait une erreur », notamment pour les producteurs de blé.
Un retrait pur et simple « est toujours une option très probable, ce qui explique une telle pression du monde des entreprises », estime Monica de Bolle, experte au Peterson Institute for International Economics (PIIE). En octobre, la quatrième session de discussions à Washington s'était soldée par des propositions américaines radicales comme une clause « crépusculaire » (« Sunset » en anglais) permettant d'abroger l'Aléna au bout de cinq ans ou l'abrogation du chapitre 19 permettant de régler les litiges commerciaux. Mexico et Ottawa les avaient immédiatement rejetées demandant aux négociateurs de Trump de revoir leur copie.
Ces propositions ont eu pour effet de « réveiller » les sénateurs et les entreprises qui jusque-là ne prenaient pas véritablement au sérieux les menaces du président américain, observe Edward Alden, du Council of Foreign Relations. « À leur décharge, ce président est imprévisible. (...) Il est difficile de discerner ce qui relève de la plaisanterie de ce qui constitue une menace », dit-il. Donald Trump a martelé que l'Aléna était le « pire accord » de l'histoire, lui imputant le colossal déficit commercial (plus de 64 milliards de dollars) avec le Mexique et la destruction de milliers d'emplois.

Éloigner l'administration Trump
Aujourd'hui, « diverses associations s'efforcent d'orienter positivement les discussions en tentant d'éloigner l'administration Trump de la rhétorique très sévère » lors des précédentes discussions, estime Monica de Bolle, pour qui la mobilisation produit un certain effet. Pour preuve, dit-elle, la décision des ministres des trois pays de ne pas prendre part à la session de discussions en cours au Mexique évitant ainsi une escalade verbale. « Cela préserve la possibilité d'une sixième session en 2018 », dit-elle. « Le monde des affaires est désormais pleinement engagé », renchérit Edward Alden.
Mais à l'approche des élections de mi-mandat en 2018, Donald Trump entend afficher des réussites politiques. Or la crainte, souligne Mme de Bolle, est qu'il annonce un retrait de l'Aléna, évoqué pendant sa campagne de 2016, s'il ne parvient pas à faire passer au Sénat sa réforme sur la fiscalité. Dans un sondage publié cette semaine, 56 % des Américains ont estimé que l'Aléna était bénéfique pour les États-Unis. Les seuls électeurs républicains sont toutefois 54 % à estimer le contraire.
« Les gens oublient que l'Aléna a contribué largement au développement du commerce entre les États-Unis, le Canada et le Mexique », note Beth Ann-Bovino, chef économiste chez S&P Global. « Il a triplé depuis la mise en œuvre du traité », passant de 290 millions de dollars en 1993 à plus de 1,1 milliard en 2016, rappelle-t-elle. Selon elle, l'accord a contribué à renforcer la compétitivité de l'industrie manufacturière en forçant les entreprises à innover.
L'économiste souligne enfin qu'un retrait de l'accord conduirait à une hausse des prix freinant la consommation, traditionnel moteur de l'économie américaine, avec pour conséquence une baisse des revenus des entreprises. Citant enfin une étude menée par le cabinet ImpactEcon, les pertes d'emplois non qualifiés pourraient s'élever à 250 000 dans les 3 à 5 ans après le retrait, dit-elle. En ajoutant les emplois qualifiés, c'est un million supplémentaire d'emplois qui pourrait disparaître.
Delphine TOUITOU/AFP

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.