X

Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner...

« À bord d’un taxi, dans la région de Jaj, j’ai été kidnappé par des hommes armés »

Pour préserver l’espoir

Des milliers de personnes ont disparu pendant la guerre du Liban. Leur sort reste inconnu. Dans le cadre du projet « Fus'hat Amal »*, nous publions le portrait de l'une d'elles.

OLJ
13/04/2016

Mon nom est Nassif. J'avais 36 ans et vivais avec ma femme Nabiha, enseignante à l'école du Sacré-Cœur de Batroun, et Eugénie, notre fillette de 2 ans. Je travaillais dans la police depuis plus de dix ans.
Notre vie a basculé en novembre 1976, lorsque des affrontements entre le Mouvement national libanais et les Kataëb ont éclaté dans notre région. Alors que les tensions ne cessaient de s'accroître entre les deux parties, le moukhtar de Lehfed, dans le caza de Jbeil, a été assassiné. Des représailles s'en sont suivies et des centaines d'hommes armés sont entrés dans le village voisin de Jaj. Craignant pour sa vie, le moukhtar de la localité s'est enfui.

Quelques jours plus tard, le 13 novembre 1976, des proches du moukhtar sont venus me trouver. Ils m'ont demandé d'aller vérifier que sa maison était en ordre et de récupérer sa voiture. Arrivé sur les lieux, j'ai découvert des hommes armés volant tout ce qui leur tombait sous la main. J'ai immédiatement fait demi-tour. Mais c'était trop tard, ils m'avaient vu et se sont lancés à ma poursuite. J'ai réussi à arrêter un taxi et à monter à bord. Quelques minutes plus tard, alors que je commençais à croire que je leur avais échappé, le taxi s'est arrêté. Des hommes armés ont ouvert la portière et m'ont extirpé du véhicule.

C'est ainsi que s'arrête le récit du chauffeur de taxi.
Mon nom est Nassif Samrani. Ne laissez pas mon histoire s'interrompre ici.

 

* « Fus'hat amal » est une plateforme numérique qui rassemble les histoires des personnes disparues au Liban. Le projet est financé par le Comité international de la Croix-Rouge, l'Union européenne, le National Endowment for Democracy et la Fondation Robert Bosch.
Des histoires d'autres personnes ayant disparu durant la guerre sont disponibles sur le site Web de Fus'hat amal à l'adresse: www.fushatamal.org
Si vous êtes un proche d'une personne disparue, vous pouvez partager son histoire sur le site du projet ou contacter Act for the Disappeared aux 01/443104, 76/933306.

 

Tous les témoignages dans notre dossier
Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner...

À la une

Retour au dossier "Disparus de la guerre civile : S'ils pouvaient témoigner..."

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pourquoi je (ne) quitte (pas) « L’Orient-Le Jour »

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de plan général pour déstabiliser le Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants