X

Moyen Orient et Monde

Les forces du régime entrent à Mayadine, un gros fief de l’EI

Syrie

Selon une source militaire syrienne, la perte de la ville représenterait un « coup sévère » pour le groupe, qui la contrôle depuis 2014.

OLJ
07/10/2017

Les forces du régime syrien sont entrées hier dans la ville de Mayadine, décrite hier par une source militaire syrienne comme la « capitale sécuritaire et militaire » de l'État islamique dans la province pétrolière de Deir ez-Zor (Est), dont la capitale éponyme est aussi sous le coup d'une offensive contre les jihadistes.
« Avec le soutien de l'aviation russe, les forces du régime sont entrées à Mayadine et contrôlent des bâtiments dans l'ouest de la ville », a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. C'est notamment à Mayadine et Boukamal, deux villes situées dans la vallée de l'Euphrate qui s'étend jusqu'à la frontière irakienne, que les jihadistes ayant fui Raqqa (Nord), où l'EI est acculé dans son dernier carré, ont trouvé refuge. La ville de Raqqa est en effet la cible d'une offensive menée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), des combattants kurdes et arabes soutenus par une coalition internationale conduite par Washington.

« Coup sévère »
L'EI contrôle Mayadine, située à une quarantaine de kilomètres au sud de Deir ez-Zor, depuis 2014, année où le groupe extrémiste avait conquis de vastes pans de territoire en Syrie et en Irak.
Pour la source militaire syrienne, la perte de la ville représenterait un « coup sévère » pour l'organisation ultraradicale. « En dirigeant ses opérations vers Mayadine, l'armée veut mettre fin à la présence de (l'EI) dans toute la province », a-t-elle dit, précisant que « le contrôle de l'est de la province est une priorité ». L'un des objectifs des forces du régime est d'arriver jusqu'au champ pétrolier d'al-Omar, au nord-est de Mayadine, selon l'OSDH. Avant d'être détruit en octobre 2015 par des raids de la coalition internationale, ce champ pétrolier rapportait aux jihadistes entre 1,7 et 5,1 millions de dollars par mois (1,5 et 4,6 millions d'euros), selon la coalition.
Les jihadistes, qui contrôlent toujours plus de la moitié de la province de Deir ez-Zor, sont sous le coup de deux offensives distinctes pour les en déloger. D'un côté, les forces du régime, présentes sur la rive ouest de l'Euphrate, ont conquis le nord-ouest de la province de Deir ez-Zor et progressent désormais en direction du sud-est avec le soutien de l'aviation de l'allié russe. Elles ont réussi en septembre à briser le siège imposé par les jihadistes à deux enclaves gouvernementales dans la ville de Deir ez-Zor et tentent actuellement de chasser les jihadistes du reste de la ville. De l'autre, les FDS ont progressé depuis le nord de la province de Deir ez-Zor, descendant en direction de la capitale provinciale, à l'est de l'Euphrate, sans toutefois s'en approcher trop près, selon l'OSDH.
Dans la lutte contre l'EI, les civils sont les victimes collatérales. Ces dernières semaines, des dizaines d'entre eux ont ainsi péri dans des raids aériens de la Russie ou de la coalition internationale. Dans la nuit de jeudi à vendredi, 14 personnes dont des enfants ont été tuées dans des frappes russes au sud de Mayadine. Elles « traversaient l'Euphrate sur des radeaux de fortune », pour fuir les violences, selon l'OSDH.
Hier toujours, les forces du régime ont « mis fin à leurs opérations militaires dans l'est de la province de Homs », dans le centre du pays, après avoir « éliminé les derniers regroupements » de l'EI dans « ce secteur de 1 800 km carrés, qui a été libéré », selon l'agence officielle SANA. Dans la province de Homs, l'EI contrôle toujours la ville d'al-Qaryatayn, qu'il a reprise le 1er octobre.
Source : AFP

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Opération vérité

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.