X

Économie

L’Arabie lance un appel d’offres pour deux centrales nucléaires

Construction
OLJ/Reuters
15/09/2017

L'Arabie saoudite devrait lancer dès le mois d'octobre un appel d'offres pour la construction de ses premières centrales nucléaires. Dans ce cadre, elle va prendre contact avec des fournisseurs potentiels comme la France, la Corée du Sud et la Chine.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, souhaite lancer en 2018 la construction de deux centrales d'une capacité totale de 2,8 gigawatts (GW), ont ainsi confirmé trois sources différentes à Reuters. L'Arabie saoudite deviendrait ainsi le second pays du monde arabe, après les Émirats arabes unis, à opter pour le nucléaire afin de diversifier ses sources d'énergie. La première centrale des Émirats devrait entrer en fonctionnement en 2018 après des retards. L'appel d'offres saoudien, qui pourrait représenter plusieurs milliards de dollars, devrait être moins important que ceux envisagés en Inde et en Afrique du Sud, mais les importantes ressources financières de Riyad et l'absence de mouvement antinucléaire dans le pays pourraient en faire l'un des plus intéressants pour un secteur en mal de contrats depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, en 2011.

 

Cinq candidats potentiels
« La concurrence va être rude », prévient une source du secteur, ajoutant que l'Arabie saoudite devrait adresser une demande d'information aux éventuels candidats en octobre. Le processus d'appel d'offres serait ainsi officiellement lancé le mois prochain. Riyad devrait donner davantage de détails lors de la conférence générale de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) prévue la semaine prochaine à Vienne, ont indiqué des sources.

L'autorité saoudienne chargée de piloter ce projet (Kacare) n'a pas répondu dans l'immédiat aux sollicitations de Reuters. L'Arabie saoudite envisage de se doter d'une capacité en énergie nucléaire de 17,6 GW d'ici à 2032, précise l'agence gouvernementale Kacare sur son site internet, soit l'équivalent de la production de 17 réacteurs nucléaires standard. Une source du secteur en Corée du Sud a confirmé que Riyad devrait déposer une demande d'information pour les deux premières centrales en octobre auprès de cinq candidats potentiels : la Corée du Sud, la Chine, la France, la Russie et le Japon. Paris cherche depuis des années à vendre des réacteurs nucléaires à Riyad. Une délégation saoudienne, conduite par le directeur de Kacare, s'est rendue à Paris en juillet pour discuter des projets de Riyad en matière nucléaire.

 

 

Pour mémoire

L’Arabie saoudite crée une nouvelle entreprise militaire

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NUCLEAIRE ET OBSCURANTISME NE VONT PAS ENSEMBLE ! VALABLE POUR LES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE...

AIGLEPERçANT

Pourquoi ne pas ouvrir cet appel d'offre à la Corée du Nord ? Les bensaouds ont de visu les progrès que font ces courageux coréens ! Hahahahahahaha......

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants