Liban

Le prisonnier du Hezbollah remis par l'EI accueilli par la foule dans son village natal

"Vous êtes l'exemple, le commandant, la liberté et la promesse", a déclaré Ahmad Maatouk, s'adressant à Hassan Nasrallah, lors d'un discours prononcé à Seir el-Gharbiyé, dans la région de Nabatiyé.

Ahmad Maatouk, combattant du Hezbollah libéré mercredi soir en Syrie par le groupe État islamique qui le retenait prisonnier. Photo tirée du compte Facebook du média de propagande du parti chiite.

Ahmad Maatouk, un combattant du Hezbollah libéré mercredi soir en Syrie par le groupe État islamique qui le retenait prisonnier, est arrivé jeudi matin dans son village natal de Seir el-Gharbiyé, dans la région de Nabatiyé, au Liban-Sud, rapporte le média de guerre du parti chiite.

Une cérémonie populaire a été organisée en son honneur au cours de laquelle le combattant s'est adressé au secrétaire général du parti chiite, Hassan Nasrallah en ces termes : "Vous êtes l'exemple, le commandant, la liberté et la promesse".

L'homme était entré à l'aube en territoire libanais à travers le poste-frontière de Joussé-Qousseir, précise le média de propagande.

Le convoi de jihadistes et de civils évacués du Liban, qui était bloqué depuis fin août dans le désert syrien près de la frontière irakienne, était entré hier soir dans une zone contrôlée par l'EI dans la province syrienne de Deir ez-Zor.

L'évacuation de ces combattants islamistes entre dans le cadre de l'accord scellé entre le Hezbollah et le groupe jihadiste à l'issue de la bataille victorieuse menée par l'armée libanaise et le parti chiite des deux côtés de la frontière libano-syrienne. Cet accord comprenait également la remise des dépouilles mortelles de dix soldats libanais pris en otage par le groupe jihadiste et la remise de combattants du parti chiite faits prisonniers.

 

Pour mémoire

La coalition a levé sa surveillance du convoi des jihadistes évacués du Liban et bloqués en Syrie

Les frappes de la coalition compromettent la libération du prisonnier du Hezbollah


Ahmad Maatouk, un combattant du Hezbollah libéré mercredi soir en Syrie par le groupe État islamique qui le retenait prisonnier, est arrivé jeudi matin dans son village natal de Seir el-Gharbiyé, dans la région de Nabatiyé, au Liban-Sud, rapporte le média de guerre du parti chiite.


Une cérémonie populaire a été organisée en son honneur au cours de laquelle le combattant...

commentaires (4)

IL EST UN HEROS BIEN SUR CAR IL -CROYAIT- COMBATTRE POUR UNE JUSTE CAUSE...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

17 h 23, le 14 septembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • IL EST UN HEROS BIEN SUR CAR IL -CROYAIT- COMBATTRE POUR UNE JUSTE CAUSE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 23, le 14 septembre 2017

  • Grace a Dieu il a été épargné et c'est tant mieux pour lui et sa famille. Mais la question qui se pose est: Pourquoi et avec un grand "P"? Il est Chiite, combat dans les rangs du Hezbollah et donc de l'ennemi qui tue et s'en prend au sunnisme en Irak, au Yémen, a Bahreïn, en Syrie et au Liban. Alors pourquoi a-t-il été épargné et pas tué comme les soldats de l’armée qui eux n'ont rien a voir dans cette guerre et pourtant... il ont été tous assassiné! Nous comprenons de mieux en mieux le fait de n'avoir jamais combattu proprement l'EI en Syrie, le deal et maintenant la libération des hommes du Hezbollah...! Il va devoir rendre beaucoup de comptes ce parti la! Beaucoup de comptes!

    Pierre Hadjigeorgiou

    12 h 17, le 14 septembre 2017

  • "l'exemple" = de quoi...de l'arrogance et de la force par les armes ? "le commandant" = des guerres sans fin pour les autres et qui ne mènent à rien, en définitive ? "la liberté" = d'empêcher continuellement le Liban d'être indépendant ? "la promesse" = d'un avenir digne pour vous et les vôtres ? Pauvre Liban ! Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 02, le 14 septembre 2017

  • Hamdellah 3assalemeh Ahmad . Tu es le visage vivant du nouveau Liban, libéré de ses chaînes d'un passé de lâches, auxquels CERTAINES cellules dormantes internes veulent nous (re) rattacher. Bon repos bien mérité parmi les tiens .

    FRIK-A-FRAK

    10 h 57, le 14 septembre 2017