X

À La Une

Une jeune Libanaise arrêtée pour un post sur facebook critiquant Aoun

Liban

Hanadi Gergès devra rester en détention au moins jusqu'à lundi. 

OLJ
13/08/2017

Hanadi Gergès, jeune Libanaise de 27 ans, a été arrêtée vendredi soir pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des messages s'en prenant au chef de l'État Michel Aoun et au gouvernement.

Selon la chaîne LBCI, la jeune Hanadi a été transportée du poste de police de Hbeich, à Hamra, à celui de Barbar el-Khazen à Verdun et enfin au siège du Procureur général à Tripoli, au Liban-Nord. Aucune décision, de la libérer ou d'engager des poursuites à son encontre, n'a été prise.

Toujours selon la LBCI, la jeune femme devra rester en détention au moins jusqu'à lundi, son avocat n'ayant pas pu déposer de demande de libération car la décision d'incarcérer la jeune fille a été prise tard dans la soirée. Cette mesure a été prise en dépit du fait que les magistrats ont suspendu depuis trois semaines leurs activités pour protester contre l'impact du projet de la nouvelle grille des salaires sur leur mutuelle.

Plusieurs personnes ont été arrêtées ces derniers mois pour des raisons similaires à celle qui a conduit à l'interpellation de Hanadi.

Au Liban, la diffamation, la calomnie ou l'insulte à l'égard de responsables officiels relèvent du pénal et les personnes jugées coupables d'avoir insulté le président, le drapeau ou l'emblème de la nation encourent jusqu'à deux ans de prison.

 

Pour mémoire 

Selman Samaha innocenté après avoir été sommé de comparaître devant le tribunal militaire

Aoun et Hariri renoncent à poursuivre un militant arrêté pour les avoir critiqués

L’arrestation de Ramzi Kadi, entre liberté d’expression et atteinte à l’ordre public

Un étudiant libanais arrêté pour un message sur Facebook dans lequel il s'en prend à l'Etat

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

" la diffamation, la calomnie ou l'insulte " à l'égard de n'importe qui, et non pas seulement de "responsables officiels", sont condamnables. Par contre, dans toute démocratie, la critique est permise.

Micheline Soued

Personne n'a vu le drapeau israelien sur sa page?????

Bouez Chahine

Je profite de l'occasion pour suggérer que l'on supprime tous les titres honorifiques naphtalinisés hérités des Ottomans comme "fakhamat" ou "ooutoufat" ou "siyadat" ou "bayk" ou "affendi" et autres... Nous sommes au XXIème siècle et la Liberté, l'Egalité et la Fraternité sont devenues la devise de tous les pays. Pourquoi pas du Liban ?

Bouez Chahine

Si François Hollande et Emmanuel Macron devrait procéder comme Michel Aoun, 75% des Français seraient en prison.

J.georges bassil

Étonnant de la part de général Aoun, lui qui tjr été en contre courant. C'est la démocratie sélective à la libanaise. Liberez cette jeune femme. Donnez l'exemple.

Irene Said

Un futur Erdogan "à la libanaise " ???
Ne nous manquait plus que cela...
Si on veut se faire respecter, il faut agir en conséquence, surtout quand on est à la tête de l'Etat et qu'on a fait des promesses en veux-tu en voilà pour y accéder !
Irène Saïd

Wlik Sanferlou

Ok, les élus, pour servir le peuple, insulte le peuple toutes les minutes avec leurs déclarations, leurs indécisions et leurs mophishisme meurtrier, mais les critiquer est un crime. Hahahaha... Respet de la loi exige!!!

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.