X

Liban

Des voix chrétiennes s’élèvent après la nomination d’un directeur de section sunnite à l’UL

Zahlé

La décentralisation au sein de l'université publique, une option désormais pour les partis chrétiens.

OLJ
12/07/2017

Les Forces libanaises et le Courant patriotique libre section Zahlé ont observé un sit-in hier dès 6 heures du matin à Ksara-Zahlé, devant le bâtiment de la faculté des sciences sociales de l'Université libanaise, section 4. Et ce pour protester contre la nomination par le conseil de faculté de Abdallah Hussein Sayed, de confession sunnite, au poste de directeur de la section 4 des sciences sociales, après le départ à la retraite de Haykal Rahi, grec-catholique.

Les manifestants ont dressé une tente devant l'entrée du bâtiment et bloqué l'accès des lieux avec des fils de fer barbelés. Ils dénonçaient « les vexations répétées contre les communautés chrétiennes » et « leur marginalisation au sein des institutions de l'État ». L'affaire n'a pas tardé à se politiser. Parmi les manifestants, le député Joseph Maalouf, les responsables des FL et du CPL à Zahlé, Michel Tannouri et Kozhaya Zouki. Une rixe a même opposé les manifestants à un certain nombre de fonctionnaires empêchés de rejoindre leur lieu de travail. Ce qui a nécessité l'intervention des forces de l'ordre.
« Notre sit-in est symbolique. Il n'est dirigé contre personne, et certainement pas contre Abdallah Sayed, ni contre le recteur de l'UL, a souligné pour l'occasion M. Maalouf. En revanche, nous observons depuis un certain temps une campagne systématique d'embauche de personnes d'une même couleur, pour ne pas parler de confessionnalisme. » Le député a dans ce cadre réclamé « davantage de justice et de participation » pour la communauté chrétienne dans les institutions en zone rurale.

Le chef des FL, Samir Geagea, a de son côté invité les autorités « à préserver la justice et l'équilibre confessionnel au sein des institutions, et plus particulièrement au sein de l'UL ». Il a insisté sur la nécessité « de prendre en considération les compétences lors des nominations ». M. Geagea a tenu ces propos devant une délégation de doyens et d'enseignants de l'UL qui ont appelé à faire appliquer la décentralisation au sein de l'université publique.

Face au tollé suscité par l'affaire, l'ancien directeur de l'institut Haykal Rahi a rappelé, dans un communiqué, que selon l'article 78 de la loi 66 du 4 mars 2009, les candidats au poste de directeur de section doivent avoir au moins le titre de professeur assistant. « Or, a-t-il dit, deux enseignants chrétiens ont refusé de présenter leur candidature. Une enseignante a par contre accepté de présenter sa candidature, mais une attestation manquait à son dossier. C'est la raison pour laquelle a été acceptée la candidature de l'enseignant sunnite, dont le dossier était complet. »

Une personnalité proche du dossier contactée par L'OLJ dénonce toutefois « les pratiques discriminatoires à l'égard des doyens et des enseignants de confession chrétienne, systématiquement remplacés par des collègues chiites », voire sunnites. « La candidate chrétienne était éligible, martèle-t-elle. Il ne manquait à son dossier qu'une attestation que l'UL devait lui délivrer et qui a été visiblement retenue pour empêcher sa nomination. » La personnalité promet en revanche qu'un brouillon de loi est en préparation pour la décentralisation au sein de l'université publique.

Par ailleurs, le courant du Futur a organisé une réunion au siège de la faculté à Zahlé avec les différentes parties, histoire, dit-il, de « remettre les pendules à l'heure ». Il a appelé les parties « à la retenue » et insisté sur la nécessité « qu'aucune nomination nécessitant certaines compétences ne soit effectuée sans l'accord du recteur ». Le parti a de plus dénoncé « la surenchère confessionnelle dans les discours, qui ne ressemble en rien à l'esprit de l'université publique ».

 

Pour mémoire 

« Si l’UL va continuer à être à ce point soumise, il n’y aura aucun espoir de changement pour la jeunesse »

À l’UL de Tripoli, la grève estudiantine se poursuit sur fond de menaces d’escalade

Conflit à caractère confessionnel à l’UL

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.