X

Économie

Paradis fiscaux : le Liban évite la liste noire de l’OCDE

Transparence
Céline HADDAD | Le Commerce du Levant
01/07/2017

Le Liban a obtenu la notation « largement conforme » à l'issue de l'examen par les pairs du Forum mondial pour la transparence fiscale, a confirmé hier le ministère des Finances dans un communiqué. Il évite ainsi d'être inscrit sur la liste noire des paradis fiscaux non coopératifs de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) que le Forum mondial doit remettre lors du prochain sommet des vingt pays les plus riches, le G20, le 7 juillet prochain à Hambourg en Allemagne.

Après l'affaire des Panama papers, les pays du G20 avaient demandé au Forum mondial de définir les critères permettant d'identifier les juridictions devant figurer sur cette liste noire.
« La décision a été prise, les 12 et 13 juin, lors des réunions du Forum à Panama », auxquelles ont pris part le directeur général du ministère des Finances Alain Bifani, le directeur du département juridique à la BDL, Pierre Kanaan, et la directrice du département de la mise en conformité à la BDL, Carine Chartouni, a précisé le communiqué.

 

Procédure accélérée
L'examen, mené en procédure accélérée, visait à vérifier en pratique l'accessibilité des informations de l'administration fiscale dans le cadre de l'échange d'informations à la demande de pays tiers. Cette procédure accélérée a été créée pour que les 15 pays – dont le Liban – qui n'avaient pas obtenu des notations satisfaisantes auparavant puissent être réévaluées avant la réunion du G20 afin de prendre acte de leurs récents efforts. Le Liban avait réussi en novembre dernier à passer in extremis l'étape précédente de l'examen par les pairs qui portait sur l'adaptation du cadre législatif du pays à l'échange d'informations fiscales sur demande.

Résultat, le Liban ainsi que 12 autres pays – dont Andorre, les Émirats arabes unis, le Panama, le Guatemala, Vanuatu et Samoa – ont été notés « largement conformes » par le Forum mondial, tandis qu'un seul État, les îles Marshall, ne remplit que « partiellement » ses obligations.

Seul pays recalé : Trinité-et-Tobago. Il « figurait auparavant dans la catégorie des pays non conformes, (et) n'a pas été en mesure de démontrer des progrès permettant un changement de catégorie », a précisé l'OCDE dans un communiqué distinct.
« Ces notations en procédure accélérée marquent la fin du premier cycle d'examen par les pairs du Forum mondial concernant l'échange d'informations à la demande et seront remises au Sommet du G20 du 7 au 8 juillet 2017 à Hambourg en Allemagne. Un second cycle d'examen par les pairs est maintenant en cours, les premiers résultats seront publiés plus tard dans l'année », ajoute le communiqué de l'OCDE. Prochaine étape, l'échange automatique d'informations que le Liban s'est engagé à appliquer dès septembre 2018.

 

 

Pour mémoire

Comment conjuguer transparence fiscale et attractivité du Liban ?

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué