X

La Dernière

Tavolina, pas de prétention, mais beaucoup de saveurs

L’Aile ou la cuisse
24/06/2017

Tavolina est une trattoria sans prétention, mais elle est devenue un passage obligé pour les aficionados de l'authentique cuisine italienne. Tout au long des cinq dernières années, Dany, le chef exécutif de Tavolina, a servi sans relâche des plats savoureux qui mettent l'eau à la bouche. Passionné, ayant une vaste expérience dans le passé (il a travaillé avec Béchara Nammour, Lina Lteif et Michel Ferneiné pour ne citer que quelques-uns), il a fini par se spécialiser dans la cuisine italienne, après avoir affûté ses couteaux dans des restaurants européens.

À Tavolina, les « premiers arrivés sont les premiers servis ». Il faut donc venir tôt, d'autant plus que l'endroit affiche complet tous les jours de la semaine. Une petite astuce, allez : comme la cuisine est ouverte tout au long de la journée, l'équipe en charge de la salle ne prend pas de pause après le service de déjeuner ; vous pouvez alors débarquer en début d'après-midi et profiter d'un bon repas sans être bousculé par la clientèle animée. À tenter si l'horaire le permet, d'autant plus que les serveurs sont plus ou moins inattentifs lorsque la salle est bondée. Cela dit, le personnel est compétent, accueillant et très serviable. Le service (aimable) et les prix (tout à fait raisonnables) ajoutent encore plus de valeur aux délicieux plats qui vous seront servis.

 

Razzia du shiitake
Tout commence avec un panier de pain frais, servi avec quelques olives. Un régal en soi et de bon augure pour les choses à venir. Le pain est délicieux, même avant de le tremper dans l'huile d'olive et le vinaigre balsamique, ou même avant d'y ajouter une pincée de parmesan râpé.
Il ne faut surtout pas manquer de jeter un coup d'œil sur les spécialités du jour inscrites sur le tableau noir. C'est là que vous lirez le nom de l'un de leurs plats les plus délectables : des champignons shiitake servis dans une sauce à base d'oursin. Un délice que vous ne pouvez pas rater, et dont vous ne vous rassasierez pas. Gageons que vous allez commander du pain supplémentaire pour le tremper dans cette sauce, ou du moins ce qui en restera après la razzia du shiitake.

Quelles que soient vos envies du jour, ne manquez surtout pas de goûter à la pizza, doucement cuite au four à bois. Le pizzaiolo aux commandes, œuvrant hardiment derrière ce feu féroce, est un véritable magicien des fourneaux. Il sort des pizzas à la chaîne, chacune plus délicieuse et fondante que l'autre. Lorsque le fromage est étalé sur la pâte ronde et fine, enduite d'herbes et de tomates, pour enfin être soumise à la chaleur implacable du four, que vous ayez opté pour la pizza con mozzarella di Bufala, ou la pizza Diavola, ou même la pizza Tavolina, vous êtes assuré d'obtenir une pizza sans égale. Le résultat est en effet un chef-d'œuvre en fusion – une pizza croustillante mais pas dure, bien dorée mais pas brûlée, saupoudrée de farine mais pas sèche. Mais encore, le top du top, c'est bien la pizza Vieil Antibes. La saveur beurrée avec une touche de noisette de ce fromage Cantal français la distingue de toutes les autres pizzas de style napolitain, typiquement préparées avec de la mozzarella.

Et si vous êtes à table en groupe, je vous suggère alors de commander plusieurs hors-d'œuvre à partager, afin d'avoir un avant-goût de toute cette arche de Noé de saveurs. Vous devrez certainement essayer les Calamari alla Griglia (si tendres) et la mozzarella di Bufala, même si, en fonction de l'humeur du chef, vous pourriez obtenir une dose de vinaigrette supplémentaire ou, au contraire, pas assez ; et vous pourriez même ne pas obtenir une goutte de vinaigre balsamique sur votre mozzarella. La cohérence dans la présentation des plats n'est visiblement pas un point fort des lieux. Un jour, le plat est garni de feuilles de roquette énormes, qu'il faudra couper plus d'une fois avant même d'essayer de les mettre dans la bouche. Un autre jour, vous aurez de jeunes pousses beaucoup plus faciles à mâcher. Il y a de ces jours où les champignons shiitake auront une belle taille et d'autres où ils seront très petits. N'empêche, le goût y est à tous les coups. Parmi les spécialités à ne pas rater : les raviolis di Porcini e Ricotta al Tartufo, qui est un must si vous aimez la truffe, ou le Parmigiani di Melanzane ou même le plat de Frittura Mista. Un conseil cependant,
évitez le risotto, c'est absolument le plat dont la recette a besoin d'être complètement repensée, tellement elle est mal conçue.

 

Protéines et desserts
Encore faim ? Envie de protéines? Le Tagliata di Manzo est à recommander et le Pollo alla Diavola est une merveilleuse option volaille, sertie d'une garniture d'herbes rehaussant délicatement sa saveur. Assurez-vous quand même de laisser un petit coin pour le dessert, comme le Panna Cotta qui est à mourir et le Souffle al Cioccolato qui vaut bien la peine de patienter dix minutes pour sa préparation. Mais le plaisir ultime est à déguster à la saison des mûres, avec une glace comme vous n'en avez jamais goûtée, sauf chez le légendaire glacier Hanna Mitri (d'où elle provient) et qui la fabrique de manière artisanale.

Enfin, il convient de le noter qu'il manque malheureusement un plat essentiel au menu : la Burrata. Suggestion au chef Dany : passer outre le plat de mozzarella fraîche et le remplacer par une Burrata, qui élève la mozzarella à un niveau supérieur. Elle a une saveur de beurre et de lait avec une texture crémeuse, sans être trop indulgente. Et la vraie magie se produit lorsque la Burrata est coupée en tranches et qu'alors, l'intérieur crémeux déborde. Vous ne pouvez pas vraiment être italien et ne pas avoir un plat de Burrata dans votre menu, surtout que ce produit est déjà disponible sur le marché libanais, même à un prix élevé.

En attendant, et alors que les plats sont tous riches, la décoration des lieux est plutôt fade. Le Tavolina ressemble à une cantine, aux murs blancs, avec des tables alignées si près les unes des autres que le confort du client s'y perd. De plus, les carrelages au sol noir et blanc ont sérieusement besoin d'un bon polissage. Sans compter les toilettes, qui devraient avoir un contrôle de routine plus fréquent. En outre, ceux qui sont assis en terrasse recevront quelques grains de poussière venant du parking (non asphalté!) d'en face. Depuis peu, le trottoir a été heureusement réaménagé et élargi, pour accueillir facilement des tables à quatre, sans crainte que notre chaise ne finisse sur la rue.

Dans l'ensemble, Tavolina assure et surmonte toutes ces petites mésaventures. Cela reste un véritable succès, l'une des meilleures tables en ville, surtout que la qualité des plats a été constamment maintenue, avec des prix très raisonnables pour le Liban : une moyenne de 45$ par personne.

Data
Son: niveau max = 101,0dB, TWA = 65,0 dB
Qualité de l'air : 68/100 (modéré), COV 0.6ppm, humidité 42 %, température +22 °C.

Notes
Son : 3/5
Déco : 3/5
Personnel : 4/5
Plats : 4/5
Propreté : 3/5
Note: très bon
Prix : raisonnable

En bref...
On aime bien : la pizza, les champignons shiitake, le service aimable.
On aime moins : le risotto.
Le conseil : optez pour un déjeuner tard dans l'après-midi, pour éviter la cohue, et commandez une multitude de hors-d'œuvre pour accompagner la pizza.

TAVOLINA
Mar Mikhaël, intersection des rues d'Arménie et de Madrid.

 

*Critique gastronomique

Il agit dans l'ombre, même si sa signature énigmatique lui donne des airs de gentlemen franco-anglais. Cordon Courtine sévit dans les restaurants de la capitale undercover pour y goûter le meilleur, et parfois le pire. Un samedi sur deux, il vous servira ses impressions, toujours très objectives, sur tout ce qui fait la (bonne) réputation d'un restaurant, des saveurs aux odeurs, en passant par la décoration et la propreté des lieux. Bon appétit.


FB: www.facebook.com/CordonCourtine/
Insta: cordon.courtine
Mail: cordon.courtine@gmail.com

 

Dans la même rubrique

Skirt, un concept fort, mais des viandes faibles

Baron, une première année bien épicée

Al-Halabi, la qualité dans la continuité

Bar du Port : quelques consolations...

Casablanca, 20 ans et toutes nos dents

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Décidément, d'une quinzaine à l'autre, Cordon Curtine (CC pour le mystère et les intimes) donne dans le pire ou le meilleur. Mention très bien pour le papier de ce jour.

George Khoury

"Un conseil cependant,
évitez le risotto, c'est absolument le plat dont la recette a besoin d'être complètement repensée, tellement elle est mal conçue"

et vous mettez quand meme 3/5??

ayez le courage de vos opinions et mettez lui un zero pointé, il s'en relevra et en servira surement un meilleur. c'est cela le role d'un critique

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué