Rechercher
Rechercher

Lifestyle - L’aile ou la cuisse

Casablanca, 20 ans et toutes nos dents

Déjà 20 ans et le cœur battant toujours aussi fort... Casablanca est bien plus qu'un simple restaurant. C'est plutôt un club, avec ses fidèles clients qui viennent et reviennent avec le même plaisir. En fait, presque une grande famille.

Installé dans une vieille bâtisse de la région de Aïn el-Mreisseh, le local est un joyau en lui-même. Une maison libanaise traditionnelle, avec un grand espace ouvert et de larges fenêtres donnant sur la mer et la Corniche. Ce qui excuse la simplicité du décor de la salle, située au haut des escaliers que vous devez grimper pour y accéder. Ne cherchez donc pas l'accès aux handicapés et/ou aux seniors avec des problèmes de mobilité, hélas, vous n'en trouverez nulle part...

Que vous vous y rendez pour un brunch un dimanche matin, ou pour un repas en cours de semaine, vous n'avez rien à craindre puisque vous êtes quasiment assurés d'avoir des plats parfaits. Tout donne l'eau à la bouche, chacun étant bien pensé, avec une sauce sublime et des accompagnements qui se marient incontestablement avec le produit. Mais il n'empêche que l'introduction de nouveaux plats, de temps en temps, et la découverte de nouvelles saveurs donneraient un coup de peps à ce menu à présent vieillissant. Que dire aussi de ce canapé installé au pied du mur ? Un simple meuble en bois recouvert d'un tissu rouge. Sans coussins ni tapissage adéquat pour rendre le siège plus souple. On ne peut pas faire moins confortable, même en essayant...

Partager les amuse-gueules au Casablanca est fortement suggéré. Ainsi, vous aurez la chance de goûter, au grand dam du régime que vous essayez de suivre, à leurs différents plats : Cabbage Tempura, Summer Rolls, Calamari S&P, Grilled Octopus, Wild Mushrooms, ils ne sont qu'un bouquet des possibilités que vous pouvez offrir à votre palais. Une fois servis à table, le parfum même qui en exulte vous emmènera loin. Vous sentirez alors que vous avez débuté votre journée de la plus belle des manières. Si vous attaquez le brunch du dimanche, vous pouvez même ajouter un plat de Eggs Benedict au reste (je suggère fortement l'option de saumon fumé dans ce cas-là) et sûrement, par la suite, dire au revoir à votre diète pour les 24 heures qui suivent.

Si vous avez encore faim après tout cela, pourquoi ne pas commander un Beef Medallion ou un Grilled Tender Beef... Mais ne vous aventurez pas avec un plat de poisson. Ce choix-là au Casablanca n'est pas toujours des plus sages : même si, il faut quand même l'avouer, il est souvent bon, il peut se révéler parfois fade, sans véritable goût, vous obligeant ainsi à vous jeter sur le riz qui, heureusement, l'accompagne.

Le jus frais facturé à 9 900 LL est limite, mais le prix de deux morceaux de pain grillés fixé à 6 600 LL est tout simplement inacceptable ! Le tarif moyen par personne avec boissons est de 80$+. Un coût assez élevé, certes, mais le repas vaut bien le détour. Et les desserts encore plus : le sablé au chocolat, aussi croquant soit-il, fond dans la bouche avec sa boule de glace saveur café ; le cheesecake et sa sauce vanillée est encore un autre délice à savourer, mais le dessert à ne pas rater reste quand même le pain perdu. Caramélisé à la perfection, accompagné de petites tranches de bananes et de fraises, ce dessert, entre autres plats, vous rappellera qu'il faudrait bien retourner visiter ce restaurant, et très bientôt.

S'il y avait un point réellement négatif à soulever au Casablanca, ce serait le bruit et cet écho qui accapare la salle et empêche toute conversation normale, à deux ou plus. En effet, l'espace est trop bruyant, voire carrément gênant. Et lorsque vous êtes un client régulier, vous avez un souci supplémentaire : le serveur. Ou plutôt, un en particulier. Réservation pour 4 ? Il faudrait à l'évidence demander une chaise supplémentaire, la 5e, rien que pour lui. Il participera à la conversation avec assiduité, partagera ses opinions sur tous les sujets discutés et se mêlera d'une manière ou d'une autre à vos convives, comme s'il était invité à votre table, lui aussi. Un peu trop de familiarité, surtout quand vous n'êtes pas d'humeur pour cela. Sinon, tous les serveurs sont très professionnels, toujours présentables et attentifs aux besoins de chacun, prêts à suggérer la spécialité du jour, décrivant le plat avec tous ses détails minutieux.

 

Data
Son : niveau max = 104.9 dB, TWA = 68.7 dB
Air (le soir, fenêtres fermées) : 57/100 (pollué), COV 2.4ppm, humidité 30 %, temp +22C
Air (à midi, terrasse ouverte) : 63/100 (moyen), COV 0.9ppm, humidité 50 %, temp +19C.

Notes
Son : 2/5
Déco : 3/5
Personnel : 4/5
Plats : 4/5
Propreté : 4/5
Avis : très bien
Prix : élevé.

En résumé...
On aime bien : l'ambiance, le service, les entrées
On aime moins : le bruit, le poisson
Le conseil : partager les entrées.

 

 

Il agit dans l'ombre, même si sa signature énigmatique lui donne des airs de gentlemen franco-anglais. Cordon Courtine sévit dans les restaurants de la capitale undercover pour y goûter le meilleur, et parfois le pire. Un samedi sur deux, il vous servira ses impressions, toujours très objectives, sur tout ce qui fait la (bonne) réputation d'un restaurant, des saveurs aux odeurs, en passant par la décoration et la propreté des lieux. Bon appétit.

 

*Critique gastronomique
FB: www.facebook.com/CordonCourtine/
Insta: cordon.courtine
Mail: cordon.courtine@gmail.com

Déjà 20 ans et le cœur battant toujours aussi fort... Casablanca est bien plus qu'un simple restaurant. C'est plutôt un club, avec ses fidèles clients qui viennent et reviennent avec le même plaisir. En fait, presque une grande famille.
Installé dans une vieille bâtisse de la région de Aïn el-Mreisseh, le local est un joyau en lui-même. Une maison libanaise traditionnelle, avec un...
commentaires (4)

Bravo pour la description ...

Hind Faddoul FAUCON

22 h 17, le 08 avril 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Bravo pour la description ...

    Hind Faddoul FAUCON

    22 h 17, le 08 avril 2017

  • Que vive longtemps le Casablanca ! "comme à une certaine époque la Spaghéttéria" , il est encore quelques part l'âme nostalgique .... du "village" Ain El-Mreisseh...

    M.V.

    12 h 47, le 08 avril 2017

  • Apparemment une excellente serie d'articles a suivre ...

    Remy Martin

    12 h 23, le 08 avril 2017

  • enfin!!! bravo pour cette initiative

    George Khoury

    10 h 29, le 08 avril 2017

Retour en haut