X

À La Une

La défaite du vainqueur

L'Orient Littéraire
18/06/2017

Le nouvel ouvrage de Jean-Paul Chagnollaud Israël/Palestine : la défaite du vainqueur est un essai politique lucide, d'une clarté remarquable, sur une question qui, malgré la succession des horreurs des autres conflits du Moyen-Orient, occupe toujours une place centrale.

Le texte est destiné à la fois aux connaisseurs, leur présentant une synthèse condensée et éloquente, rappelant des faits que l'affluence des événements fait parfois oublier, et à ceux qui souhaitent comprendre les dynamiques et les caractéristiques d'un des conflits les plus anciens et les plus complexes de notre ère.

Chagnollaud organise son essai en cinq parties. Dans la première, intitulée « L'obsession de la force », il revient sur les guerres israélo-arabes dans leur phase étatique, puis dans le tournant de l'invasion du Liban en 1982, puis dans les confrontations entre l'armée israélienne et les organisations libanaises et palestiniennes, et finalement dans l'oppression et la violence quotidiennes de l'occupation et de la colonisation. La politique de la « puissance de feu disproportionnée » que mettent en œuvre les Israéliens est exposée, et leurs déclarations officielles l'affichent en tant que « dissuasion de l'ennemi ». Les civils palestiniens (comme libanais), déshumanisés, ne comptent pas dans cette politique, et la série de guerres à Gaza (et au Sud-Liban) en a fait à maintes reprises la preuve.

Dans la seconde partie, « Tuer d'abord, négocier ensuite », Chagnollaud rappelle plusieurs assassinats menés par les gouvernements israéliens depuis les années 1990, leurs conséquences politiques et leur impact sur le terrain. Il montre comment ils ont contribué à la fin du processus d'Oslo dont Ariel Sharon annonça la mort dès 2002. « Oslo n'existe plus ; Camp David et Taba n'existent plus. Nous ne retournerons jamais dans ces endroits. » (Le Monde, 8 septembre 2002)

La troisième partie de l'ouvrage, « À droite toute », analyse le glissement à droite de la société israélienne et de ses élites politiques, au niveau de la scène électorale, des discours idéologiques dominants et de la radicalisation de l'opinion publique.

Quant à la quatrième partie, « Jérusalem et l'instrumentalisation du sacré », elle explique (cartes à l'appui) comment la bataille pour cette ville prend différentes dimensions : religieuses, foncières, et démographiques. La fragmentation de l'espace de vie des Palestiniens à Jérusalem-Est, de même que le harcèlement bureaucratique qu'ils subissent, n'ont toutefois pas eu raison de leur forte « résilience démographique » (se traduisant jusqu'à aujourd'hui par une croissance constante).
Enfin la cinquième partie, « Tout a commencé le septième jour » revient, cinquante ans après la guerre de 1967, sur ce que cette guerre a signifié et aux mesures israéliennes qui l'ont suivie : transfert de population, colonisation, expropriations de biens et de terres, humiliations, mur de séparation et systèmes de discrimination.

En guise de conclusion, Chagnollaud considère que malgré leur victoire militaire et le rapport de force qui leur est toujours favorable, les Israéliens subissent aujourd'hui ce qu'il qualifie de « défaite du vainqueur ». Car outre la résistance continue des Palestiniens, « l'implacable domination imposée (à ces derniers) est un système d'apartheid qui doit faire horreur à la culture du peuple juif ». Par conséquent, la seule issue possible réside selon l'auteur « dans l'invention d'un compromis historique entre les deux peuples pour que chacun soit maître de son destin. Ce serait pour les uns et les autres une véritable victoire, celle du droit, la seule qui importe parce qu'elle est la seule à fonder une paix juste et équilibrée. Toutes les autres ne sont, à l'échelle de l'histoire, que des défaites différées »...

 

BIBLIOGRAPHIE

Israël/Palestine : la défaite du vainqueur de Jean-Paul Chagnollaud, Actes Sud, 2017, 146 p.

 

Retrouvez l'intégralité de L'Orient Littéraire ici

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LEURS CHEFS ONT RATE TOUTES LES CHANCES DE FAIRE LA PAIX AVEC LES PALESTINIENS ET LES ARABES ET PARTANT DE GARANTIR L,EXISTENCE DE LEUR PEUPLE DANS LA REGION ...

Chammas frederico

Objectif,
Bonne analyse, mais la conclusion est "d'un optimisme difficile à partager". Car il ignore que dans la culture arabophone-musulmane, il n'y a pas de paix...mais des trêves opportunes...en attendant de reprendre la lutte jusqu'à la victoire finale...
Israël, tout puissant, à deux "talons d'Achille"
1.-le déficit démographique...que "l'alia" des juifs du monde ne saurait compenser
2. L'inévitable lassitude d'une jeunesse désabusée...devenue "laïque"
Réexaminer la question dans 10 ans...30 ans,,,100 ans...
Étudiant à Paris , en 1952, à un colloque à SciencesPo, je développais déjà ce point de vue...65 ans ont passé depuis...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Les enfants de Jacques Chirac

Décryptage de Scarlett HADDAD

Démission de Hariri : la fin d’un épisode, mais le feuilleton continue

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.