X

À La Une

A Mossoul, 100.000 civils retenus comme "boucliers humains" par l'EI

Irak

Sans eau ni nourriture et privés d'électricité, ces civils, piégés dans la Vieille ville, "vivent dans une situation croissante de pénurie et de terreur", prévient le représentant du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés en Irak.

OLJ/AFP
16/06/2017

L'ONU a estimé vendredi que plus de 100.000 civils irakiens étaient pris au piège par les jihadistes du groupe Etat islamique dans la Vieille ville de Mossoul (nord), que les forces irakiennes tentent de reprendre.

"Plus de 100.000 civils pourraient être encore retenus dans la Vieille ville... Ces civils sont en fait essentiellement retenus comme boucliers humains", a déclaré le représentant du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés en Irak, Bruno Geddo, lors d'une conférence de presse à Genève.

Les forces irakiennes poursuivent les combats pour reprendre la Vieille ville de Mossoul à l'EI, un objectif stratégique mais compliqué.

Située sur la rive occidentale du Tigre, fleuve qui coupe la ville en deux, la Vieille ville est un dédale de petites rues fortement peuplé, guère propice à l'avancée des blindés, où l'usage d'armes lourdes risque de mettre en péril la population civile.

M. Geddo a expliqué que l'EI a capturé des civils à l'extérieur de Mossoul et les a fait venir de force dans la Vieille ville. "Nous savons que l'EI les a pris avec eux" alors qu'ils fuyaient des combats, a précisé le représentant du HCR.

Sans eau ni nourriture et privés d'électricité, ces civils, piégés dans la Vieille ville, "vivent dans une situation croissante de pénurie et de terreur", a-t-il dit, précisant que des snipers tentent de tuer ceux qui essaient de quitter la zone sous contrôle des jihadistes.
Quelques uns parviennent malgré tout à s'enfuir et sont "profondément traumatisés", indique-t-il.

Les forces irakiennes mènent depuis mi-octobre l'offensive pour reconquérir Mossoul, tombée en juin 2014 aux mains de l'EI.

Depuis le début de l'offensive, 862.000 personnes ont été déplacées de Mossoul. 195.000 d'entre eux sont toutefois revenus dans la ville, essentiellement dans l'est (partie de la ville déjà reprise). Au total, 667.000 civils sont toujours déplacés et vivent dans des familles d'accueil ou dans les 13 camps érigés par le HCR.
L'agence onusienne a pu venir en aide à plus de 500.000 déplacés jusqu'à présent.

 

Lire aussi

Trois ans après avoir perdu Mossoul, l'armée irakienne tient sa revanche

Après l'EI, des déplacés de Mossoul doivent affronter serpents et scorpions

Allaiter, une épreuve de plus pour des Irakiennes épuisées et traumatisées

Dans un quartier libéré de Mossoul, le pillage silencieux des maisons désertées

L'homme qui a sauvé le patrimoine des chrétiens d'Irak s'appelle Najeeb Michaeel

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUS LES TARES... A QUELLE FACE DES DEUX FACES DE LA MEME MONNAIE QU,ILS APPARTIENNENT... SE CACHENT EUX ET LEURS ARMES PARMI LES CIVILS ET LES PRENNENT EN OTAGE METTANT LEURS VIES ET LEURS BIENS EN DANGER DE MORT ET DE DESTRUCTION...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.