X

Liban

La reprise des exécutions au Liban est un pas dans la mauvaise direction, avertit HRW

Justice

Nouhad Machnouk appelle à un contrôle plus strict des véhicules équipés de vitres teintées sans permis ; Yaacoub Sarraf annule les permis de port d'armes délivrés en 2016.

OLJ
13/06/2017

« Le Liban ne doit pas reprendre les exécutions. Celles-ci constitueraient un pas dans la mauvaise direction. » C'est en ces termes que Human Rights Watch (HRW) répond aux voix qui se sont élevées au lendemain du meurtre de Roy Hamouche, réclamant l'application de la peine de mort contre les agresseurs du jeune homme.

Roy Hamouche, 24 ans, avait été abattu la semaine dernière, dans la nuit de mardi à mercredi, d'une balle dans la tête. Le jeune homme, qui fêtait son anniversaire, rentrait d'une soirée avec son ami, Johnny Nassar, qui était au volant. Au niveau de Jal el-Dib, la voiture des deux jeunes hommes avait percuté une BMW aux vitres teintées au bord de laquelle se trouvaient trois hommes. Roy Hamouche a été tué par l'un des trois hommes au terme d'une course-poursuite de Jal el-Dib jusqu'à la Quarantaine. Johnny Nassar a pu échapper aux agresseurs.

Rappelant que le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, s'était prononcé en faveur de la peine capitale, HRW a souligné que « le Liban a un moratoire non officiel sur la peine de mort et n'a pas procédé à une exécution depuis 2004, bien que les tribunaux continuent de prononcer des jugements dans ce sens ». « Il faut résister à toute démarche vers la reprise des exécutions », a insisté l'organisation.

 

(Pour mémoire : Machnouk se dit en faveur de la peine de mort)

 

« Le moratoire du Liban est un point positif dans son registre sur les droits de l'homme et s'aligne sur une tendance mondiale visant à abolir la peine de mort », a précisé HRW dans un communiqué. Elle souligne qu' « en 2016, vingt-trois pays ont procédé à des exécutions ». « La reprise des exécutions constituerait un troublant revers pour le Liban, sans que le pays ne soit pour autant plus sûr ou que les crimes soient prévenus », a encore insisté l'organisation, notant que les études ont montré qu'il n'y a pas de preuves que la peine de mort puisse prévenir les crimes. « En 2010, le Liban a résisté à des appels similaires lancés par des responsables politiques » en faveur de la réinstauration de la peine capitale, a rappelé HRW, soulignant que la reprise des exécutions serait « troublant en raison des inquiétudes liées au manque de garanties d'un procès équitable dans les tribunaux ».

L'organisation rappelle qu'en octobre 2008, l'ancien ministre de la Justice, Ibrahim Najjar, avait présenté au Conseil des ministres un projet de loi en vue d'abolir la peine de mort qui serait remplacée par la prison à vie assortie de travaux forcés.

Affirmant qu'elle s'oppose farouchement à la peine de mort « quelles que soient les circonstances », HRW a affirmé que le fait de « mettre un terme au moratoire ne servira qu'à ternir le registre du Liban en matière de droits de l'homme ». « Le Parlement devrait, plutôt, renforcer la position du Liban comme chef de file sur cette question au Moyen-Orient et abolir totalement la peine capitale », a conclu HRW.

De son côté, Me Najjar est revenu hier à la charge en se prononçant contre la peine capitale. Dans une interview accordée à l'agence al-Markaziya, l'ancien ministre de la Justice a qualifié le Liban de « désert juridique » et d'une « jungle ». Il a affirmé que « l'application de la peine capitale ne peut être dissuasive ». Il faudrait plutôt, selon lui, « réinstaurer le prestige de l'État face aux débordements ».

 

(Pour mémoire : A Beyrouth, des proches de victimes d'armes à feu dans la rue pour réclamer justice)

 

Coopération
Entre-temps, les ministres de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, et de la Défense, Yaacoub Sarraf, ont pris hier de nouvelles mesures visant à renforcer la sécurité sur les routes.

Ainsi, M. Machnouk a adressé une lettre aux Forces de sécurité intérieure (FSI) les appelant à « sanctionner de manière plus stricte les infractions liées aux véhicules équipés de vitres teintées sans permis ». Cette mesure survient alors que « des propriétaires de tels véhicules ont récemment été impliqués dans des incidents sécuritaires ou des disputes ayant dégénéré en tirs », a précisé un communiqué publié par le bureau du ministre. M. Machnouk a souligné que « plusieurs crimes, notamment des meurtres, des vols, des enlèvements ou encore un trafic de drogues impliquaient des véhicules aux vitres teintées ». Il rappelle que seuls les permis délivrés par le ministère de l'Intérieur sont valables.

Yaacoub Sarraf a pour sa part publié une décision annulant les permis de port d'armes délivrés en 2016. « Récemment, des incidents sécuritaires se sont multipliés en raison de la détention incontrôlée d'armes à feu, ce qui a eu un impact négatif sur la stabilité nationale et entraîné un sentiment d'insécurité chez les citoyens », a constaté le ministère de la Défense dans un communiqué.

« En raison de la confusion entourant la délivrance de permis de port d'armes par le ministère de la Défense, tous les permis délivrés en 2016 sont d'ores et déjà annulés », a ajouté le texte. Il a expliqué que toute autorisation de port d'armes nécessite une demande accompagnée des documents requis et de remplir un formulaire disponible sur le site du ministère à l'adresse suivante: www.mod.gov.lb

Dans l'après-midi, une réunion s'est tenue au ministère de la Défense en présence de MM. Sarraf et Machnouk qui ont insisté sur « la coopération entre leurs ministères », affirmant que « les forces de sécurité bénéficient d'une couverture politique totale ».

 

(Lire aussi : La corde, mais quoi d'autre ? L'édito de Issa GORAIEB)

 

Course-poursuite à Jbeil
Dimanche soir également, une dispute entre deux conducteurs, dont un agent des FSI, sur une priorité de passage dégénère en attaque. L'incident s'est déroulé sur l'autoroute de Halate. J.I. tentait de doubler une Mercedes lorsque le conducteur l'en a empêché. L'homme a alors tenté de le doubler du côté droit et a embouti le véhicule. Quelques instants plus tard, J. I. a entendu des tirs et le conducteur de la Mercedes l'a pourchassé jusqu'à Jbeil où il l'a obligé à arrêter son véhicule puis l'a roué de coups. J.I. a été transporté à l'hôpital.
En soirée, les Forces de sécurité intérieure ont précisé qu'à la suite de l'accident survenu sur l'autoroute, l'officier a dû poursuivre J.I. jusqu'à Blatt, où ils sont disputés. Dans un communiqué, les FSI ont affirmé que « l'officier n'était pas en possession d'une arme ». Et de souligner que les tests d'alcoolémie effectués à l'hôpital ont montré que le taux d'alcool dans le sang de J. I. était supérieur à la limite légalement autorisée.

 

 

Lire aussi

Devenir un fait divers, puis être balayé par le prochain...

Affaire Roy Hamouche : Tous les suspects arrêtés, mais le traumatisme reste vivace

« Je trouve choquant qu’à chaque crime, les appels se multiplient pour tuer, pour se venger »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

La prison a vie

Henrik Yowakim

La reprise des exécutions au Liban est un pas dans la mauvaise direction, avertit HRW

ET VOILA QUE LE HRW SE MUE EN POLICE DE LA CIRCULATION

POLICE QUI DEFEND LE POLITIQUEMENT CORRECT MODERNE

PARMI CES IDEES POLITIQUEMENT CORRECTES:

1:LA PEINE CAPITALE EST MAUVAISE CAR ELLE CONTREDIT LE COMMANDEMENT DE DIEU QUI DIT TU NE TUERAS POINT.
D'APRES LE HRW CE COMMANDEMENET S'APPLIQUE A LA VICTIME MAIS PAS A L'ASSASSIN

2 :SELON LE HRW IL FAUT LAISSER VIVRE LAISSER FAIRE LAISSER PASSER LES PAUVRES ASSASSINS ET LES SERIAL KILLERS QUI NE SAVENT PAS CE QU'ILS FONT :LA PREUVE LE CRIMINEL DE GUERRE KISSINGER ET LE GENOCIDEUR DE LA SYRIE LE NOMMEE BACHAR DE ASSADE

3:LA BONNE DIRECTION SELON LE HRW
C'EST D'EMPRISONNER LES ASSSASSINS,LES LOGER,NOURRIR SOIGNER
POUR QU'A LEUR SORTIE DE PRISON ILS RECOMMENCENT LEURS CARNAGES

4:CE QUE LE HRW OUBLIE C'EST QUE LA FORMULE TU NE TUERAS POINT S'APPLIQUE A TOUT LE MONDE.A LA VICTIME ET AU BOURREAU.
SI TU NE VEUX PAS ETRE TUEE NE TUES PAS.
COMME LE DISAIT LE JOURNALISTE NOUS SOMMES CONTRE LA PEINE CAPITALE MAIS QUE MESSIEURS LES ASSASSINS COMMENCENT LES PREMIERS

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SANS PRESENCE DE L,ETAT SUR TOUT SON TERRITOIRE ET LA SECURITE ASSUREE LA PEINE DE MORT SERAIT VAINE !

NAUFAL SORAYA

HRW a une fois de plus raté l'occasion de se taire! Elle défend systématiquement et inconditionnellemet la cause du réfugié, jamais celui de l'habitant, la cause du criminel, jamais celui de la victime... Elle vit de ça et le prouve toujours avec arrogance...

Bustros Mitri

HRW devrait s'occuper des droits des familles des victimes d' abord..

NAUFAL SORAYA

Personne n'est pour la peine de mort, c'est horrible, ni celle-ci ne stoppe la criminalité qui existe depuis Cain et Abel... Mais dans quelques cas, exceptionnellement, c'est la solution qui soulage (si elle est immédiate, pas au bout d'un macabre rituel de procès, contre-procès etc...) quelque part la population, malheureusement.

Combien de fois, on voit qu'on la réclame en Europe, après un crime particulièrement monstrueux!

George Khoury

c'etait avant l'hecatombe qu'il fallait reagir, politiciens inutiles.

Vous emettez des decisions et circulaires que tout le monde meprise. pour 50 dollars je peux non seulement mettre des vitres fumees mais aussi une sirene comme celle que vous utilisez de facon compulsive pour vous frayer un chemin dans le traffic dense dont vous etes responsable et arriver a vos rdv...inutiles

je me fais un grand plaisir de vous bloquer lorsque je vois un convoi de politiques, et j'appelle a tout les Libanais patriotes a faire de meme. votre temps est bien plus inutile que le notre, vous touchez un salaire indu pour un travail fictif.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants